FLASH
[20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  |  Un terroriste musulman a percuté une voiture-taxi dans une foule au centre de Moscou, blessant au moins 7 personnes. Le terroriste musulman, qui a tenté de fuir les lieux, a été arrêté  |  Exceptionnel effet Trump : la banque centrale américaine remonte sa prévision de croissance, à 4,8%  |  [15/06/2018] Effet Trump : je sais que les médias s’en fichent, mais les chiffres de l’emploi sont les meilleurs depuis 44 ans  |  Afghanistan : le chef des taliban pakistanais aurait été tué par un drone américain  |  La France a encore condamné Israël à l’ONU lors d’une résolution qui interdit à Israël de se défendre contre les terroristes  |  [14/06/2018] Ah il est beau le ramadan! Un projet d’attentat sur le sol français a été déjoué avec l’arrestation de deux hommes en Seine-et-Marne  |  [13/06/2018] Israël : le directeur du Shin Bet (agence de sécurité) annonce avoir empêché 250 attentats terroristes en 2018  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 décembre 2017

149100_10151258386914556_203194937_n

La loi sur la neutralité du Net a été votée. Elle offre un nouveau prétexte à accuser le Président Trump de mettre en danger internet et la liberté d’expression. Avram Miller, un démocrate anti-Trump, ex-numéro 4 d’Intel et père de l’internet à haut-débit, affirme que le danger est un mythe.

En mars 2015, j’ai questionné Avram Miller, l’un des experts les plus renommés et un des inventeurs de l’internet à haut débit, sur la neutralité du net. Ancien vice président d’Intel, Miller a contribué à la naissance de l’internet à haut débit. Il est régulièrement sollicité pour avis par des magazines et revues techniques américains, ainsi que de nombreuses Start Up.

Avram Miller est un démocrate, et il a une haine profonde du président Trump. Son témoignage sur la neutralité du net est donc particulièrement intéressant en ce sens qu’il date d’avant la candidature de Donald Trump et n’est donc teinté d’aucun biais politique.

Avram Miller est un ami. Nous nous rencontrons régulièrement pour le petit déjeuner car, fait du hasard, nous habitons tout près l’un de l’autre à la fois à Los Angeles et à Tel Aviv.

Jean-Patrick Grumberg: Avram* tu es … disons, un des grands-pères de l’internet tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Avram Miller : J’aurais préféré que tu dises “un des pères…” mais oui.

C’est parce qu’une génération, en temps internet, c’est deux ans.

Oui, je dirais que je suis un des principaux créateurs, non pas d’internet, mais de la mise à disposition de l’internet haut débit, c’est à dire à grande vitesse, qui a joué un rôle majeur dans l’adoption de l’internet par le grand public.

D’une certaine manière, les discussions autour de la neutralité du net sont une conséquence de cette activité ?

Tout à fait. Le débat sur la neutralité du net aux Etats Unis résulte de l’évolution de l’infrastructure haut débit des USA, qui a d’ailleurs toujours eu des problèmes.

Il y avait une idée reçu, depuis le début d’internet, que chacun dispose gratuitement d’une tranche de la toile, de l’infrastructure, ce qui veut dire que tout le monde peut s’exprimer librement et que rien n’est bloqué.

Oui, et c’est toujours vrai. Quand les gens parlent de la neutralité du net, en fait ils ne parlent pas de l’internet. En réalité, ce dont ils parlent, c’est de l’accès internet à haut débit.

D’une manière générale, je dirais que la structure de l’internet est intacte, et que personne ne la contrôle vraiment.

quand on parle de neutralité du net, on parle en fait de l’accès résidentiel à internet, et non de l’internet lui-même

Dans les années 90, je décrivais l’internet comme l’autoroute de l’information, (une expression inventée par Al Gore lors d’une audition du Congrès à laquelle je participais). J’expliquais que bien que je sois sur l’autoroute, elle n’a, pour entrer et sortir, c’est à dire y accéder depuis chez soi, que des pistes cyclables. Reed Hunt, le président de la FCC (Federal Communication Commission) à l’époque, mentionna ma remarque plusieurs fois. Donc quand on parle de neutralité du net, on parle en fait de l’accès résidentiel à internet, et non de l’internet lui-même.

C’est relativement difficile à comprendre parce que lorsqu’on parle d’internet, on parle de multiples couches de protocole (les 7 couches du modèle OSI). Je ne vais pas entrer dans les détails ici, mais la couche la plus basse, c’est la couche physique, et la couche TCP/IP dont beaucoup ont entendu parler, est à un niveau plus élevé. Ce dont on parle vraiment, ce sont des couches les plus basses, c’est à dire comment on entre et on sort de l’internet.

Dans un bureau, on utilise la WiFi ou on est connecté à internet avec un câble. Et ensuite, ça va où ? Si vous êtes dans un grand immeuble, dans un bureau, ça peut se passer de plusieurs façons, par fibre optique par exemple. De nombreuses sociétés proposent différentes façons de se connecter à internet, et il y une grosse concurrence.

Cependant, si vous êtes un particulier, chez vous, il n’y a en réalité que deux moyens de se connecter, depuis la plupart des domiciles des Etats Unis. L’un est le câble, qui relie plus que 90% des résidences américaines, l’autre est l’infrastructure du téléphone, dont la quasi totalité des habitations sont équipées.

A ce propos, le gouvernement américain impose aux compagnies téléphoniques de raccorder tout le monde, y compris dans les zones rurales, même si c’est économiquement peu rentable, car le gouvernement considère que posséder une ligne de téléphone est un droit essentiel, et que personne ne devrait se voir refuser la possibilité d’avoir le téléphone.

C’est d’ailleurs le décors qui préfigure la question de la neutralité du net. Mais encore une fois, je souhaite insister sur le fait que la discussion porte sur l’accès à internet, et non l’internet lui-même.

Avram, je voudrais diviser le reste de l’interview en trois parties. Un, je voudrais que tu nous dises quels sont les arguments pour et contre la neutralité du net. Ensuite, je voudrais que nous évoquions rapidement les faux arguments, et enfin que tu fasses partager ton opinion d’expert à nos lecteurs.

L’argument en faveur de la neutralité du net – au passage, je pense que c’est une très mauvaise expression, parce que ce dont on parle réellement, c’est du contrôle de l’accès au net…

1- Les arguments en faveur de la neutralité du net

Je vais reprendre mon analogie de l’autoroute de l’information.

Imaginons que vous êtes sur l’autoroute, que vous roulez sur cette autoroute, et que vous pouvez même rouler très très vite. Vous pouvez aller absolument où vous voulez sur cette autoroute, mais l’entrée et la sortie sont contrôlées par différentes sociétés.

Il y a un péage pour entrer. Et puis un péage pour sortir. Bien qu’en théorie vous pouvez aller n’importe où, il se peut que vous ne puissiez pas aller partout, parce que vous n’avez pas les moyens de payer le péage pour entrer et sortir.

Cela pourrait même être pire…

Imaginons qu’on ne vous laisse pas sortir à certains endroits. Imaginons qu’on vous dise que vous ne pouvez prendre cette sortie que si vous conduisez une Mercedes. Si vous roulez en Audi, vous êtes obligé de sortir à la sortie précédente, puis de prendre des départementales. Les gens craignent que les câblo-distributeurs se comportent ainsi.

Pourquoi est-ce tellement un problème, c’est parce qu’ils ont un monopole virtuel. Un câblo-distributeur est placé en situation de monopole par les villes, et en échange, il paye des taxes. Les villes ne veulent qu’un seul fournisseur, parce qu’il doit installer un réseau de câbles. Cela veut dire faire des tranchées dans les rues par exemple. Ce système a été mis en place quand les câblo-distributeurs ne fournissaient que la télévision.

Au début des années 90, quand j’étais un des vice-présidents d’Intel, j’ai compris que les infrastructures que les câblo-distributeurs utilisaient pour la télévision pourraient également servir pour l’internet à haut débit.

Les gens sont inquiets du mauvais usage qui pourrait être fait de ce pouvoir, mais selon moi, ça ne s’est jamais produit

Une autre industrie aurait pu fournir un accès internet à haut début, ce sont les compagnies de téléphone. Nous avons travaillé avec elles pour créer une offre alternative à l’internet par câble. La technologie s’appelle DSL, mais le DSL n’était pas techniquement capable de fournir le débit auquel nous sommes maintenant habitués.

Donc maintenant, pour se connecter à internet à haut débit, il n’existe dans la plupart des endroits que les câblo-opérateurs. Et bien que les gens sont inquiets du mauvais usage qui pourrait être fait de ce pouvoir, selon moi, ça ne s’est jamais produit.

2- L’argument contre la neutralité du net

L’argument contre, c’est qu’une fois que le gouvernement commencera à se mêler de la marche normale des entreprises, le résultat pour l’utilisateur sera déplorable. Pire, il réduira le niveau d’investissement des câblo-distributeurs parce que ce ne sera plus profitable pour eux. L’inquiétude, ici, est que le gouvernement commence à se mêler de fixer les prix et tout un tas d’autres choses.

Si tu regardes ce qui s’est passé avec la FCC, les Républicains, qui appartiennent au parti politique le plus favorable à l’entreprise, ont voté contre cette législation, et je pense que c’était 3 contre 4, et les 4 membres qui ont été choisis par les Démocrates ont voté pour. A propos, ce ratio peut changer, et il change périodiquement, et nous pourrions nous retrouver avec une FCC dominée par les Républicains, et elle pourrait renverser la législation. Cela pourrait se produire dans quelques années à l’occasion d’une nouvelle élection.

3 – Entre les vrais arguments et la désinformation

Le faux argument contre, c’est que le gouvernement [Aujourd’hui Trump] va complètement détruire internet

Les faux arguments pour et contre sont en fait ce que je t’ai expliqué.

On ne sait pas si les câblo-distributeurs vont abuser de leur position afin de bénéficier de rémunérations pour d’autres activités. On pourrait argumenter que la loi aurait pu attendre que ça se produise pour légiférer.

Le gouvernement aurait pu également utiliser la menace sans pour autant voter une loi.

L’argument bidon de l’autre côté, c’est que le gouvernement va complètement détruire internet. Il n’y a aucune preuve. Ce sont des choses qui pourraient arriver, mais il n’existe aucune preuve qu’elles vont arriver.

Conclusion

J’hésite entre le pour et le contre parce que je suis très déçu que les câblo-distributeurs n’aient pas investi plus dans le développement de l’internet à haut débit. Ca m’attriste et m’interpelle de constater que les Etats Unis se retrouvent loin derrière d’autres pays sur l’offre à haut débit. De nombreux pays développés proposent un internet plus rapide que les USA et pour beaucoup moins cher.

le gouvernement est essentiellement dirigé par des politiciens, et ce qu’ils font n’a pas grand chose à voir avec ce qui profite vraiment aux gens

Je suis également inquiet par le manque de développement de l’internet pour les zones rurales, parce que l’internet va devenir la colonne vertébrale de l’éducation, de l’information, et ceux qui ne peuvent pas se connecter en seront privés, et cela les affectera économiquement, etc.

Je pense qu’on aurait pu trouver un moyen de régler ce problème par l’impôt, puis par la réglementation. Par exemple, le gouvernement aurait pu offrir des réductions d’impôt importantes aux câblo-distributeurs qui investissent plus dans les infrastructures. Il y a beaucoup de choses à faire, mais le problème, c’est que le gouvernement est essentiellement dirigé par des politiciens, et ce qu’ils font n’a pas grand chose à voir avec ce qui profite vraiment aux gens. Beaucoup, au gouvernement, n’ont pas les compétences pour comprendre les aspects techniques et commerciaux. Malheureusement, il n’existe pas vraiment de façon pour que les gens qui ont une connaissance approfondie puissent contribuer.

Tu sais, certains expert sont quelques fois recrutés. Par exemple, ils ont recruté une responsable de Google, Megan Smith, comme directrice technique en chef pour les Etats Unis.

Mais je ne pense pas qu’une telle position ait beaucoup d’influence. Le problème principal, c’est que les Etats Unis n’ont pas d’objectifs clairs concernant l’accès internet résidentiel.

  • Qui peut dire quel est l’objectif des Etats Unis en matière d’internet à haut débit ?
  • Qu’est-ce que le gouvernement veut accomplir ?
  • Sans but, comment peut-on avoir une stratégie efficace, pour atteindre quoi ?

C’est là que commence vraiment le problème. Il n’y a pas d’objectifs.

  • Est-ce qu’on veut que tout le monde accède à internet haut débit ?
  • Est-ce qu’on veut s’assurer que les gens économiquement défavorisés puissent avoir accès ?
  • Que tous les enfants aient accès ?
  • Veut-on encourager l’amélioration de l’accès à internet au domicile des utilisateurs ?
  • Comment arriver au meilleur résultat ?

Je pense que le gouvernement devrait faire une déclaration d’intention, d’objectifs, et ensuite laisser les gens en débattre, spécialement les gens qui ont des connaissances et de l’expérience.

Thank you Avram !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

* Avram Miller est un scientifique et un entrepreneur américain du capital risque. Il a été vice President d’Intel (1984-1999). Il est le co-fondateur d’Intel Capital, et a dirigé les démarches d’Intel pour le développement de l’internet résidentiel à haut débit.

Avram Miller publie un blog : www.twothirdsdone.com.

Cette interview a été originellement réalisée en anglais, vous pouvez la lire ici.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz