Publié par Mireille Vallette le 20 décembre 2017

Un sondage réalisé auprès de 17’000 personnes montre une peur croissante de l’islam. Elles surestiment le nombre de ses adeptes. Les journalistes sont très étonnés.

La Tribune de Genève publie le résultat d’un sondage consacré entre autres à la question musulmane. Le principal résultat ? Quelque 70% des Suisses seraient dérangés par une augmentation de cette population. Mais pas les Verts, ni les socialistes (38% tout de même).

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’éditorialiste s’étonne, vu que «l’écrasante majorité des musulmans ne pose aucun problème». C’est vrai, mais cette écrasante majorité ne réagit ni aux calamités que produit sa religion ni à la petite minorité qui fait progresser son offensive. A quoi sert-elle donc ? Principalement à rassurer.

Le journaliste souligne que les sondés surestiment le pourcentage de la population musulmane en Suisse : 17% en moyenne, alors qu’elle n’est que de 5%. Le plumitif s’adresse alors à un spécialiste de la victimisation pour tenter de comprendre cet étrange phénomène. Réponse : «Quand une minorité est stigmatisée, pointée du doigt, il est courant d’exagérer sa présence.»

«La peur de l’islam augmente avec l’âge», nous apprend encore le quotidien : plus des trois quarts des plus de 65 ans… mais encore 57% chez les 18-34 ans.

Oui, l’islam fait peur

Il fait peur, car il a généré des dizaines de milliers de terroristes (dont près d’une centaine en Suisse), et l’Etat le plus féroce de la planète.

Il fait peur, car dans les pays qu’il régit, les apostats sont pourchassés, les femmes opprimées, les minorités discriminées et de plus en plus persécutées.

Il fait peur, car il est capable d’inventer des lois qui obligent les femmes violées à épouser leur violeur.

Il fait peur, car il montre régulièrement des foules fanatisées qui réclament la peine de mort des dissidents.

Il fait peur, car l’antisémitisme ronge ses adeptes.

Il fait peur, car dans nos pays, ses porte-étendard ne cessent de revendiquer des droits moyenâgeux au nom de leur Dieu, et ne cessent de les obtenir.

Il fait peur, car il étend son emprise en Europe sur un nombre de quartiers, voire de villes de plus en plus nombreux. Les conséquences de cette quasi-sécession ? Règne du mâle, dogmatisme, domination des commerces «ethniques», délinquance, dégradation de l’environnement.

L’islam fait peur, car il est protégé par les politiques, les antiracistes, les journalistes, les universitaires, les Centres islam et société… Soit quelque 30% de chantres de la diversité qui détiennent le pouvoir et étouffent la voix de ceux qui font un lien entre ces fléaux et leur origine.

L’islam fait peur, car ses prosélytes et leurs compagnons de route ont réussi à neutraliser les voix dissidentes en faisant passer leur lucidité pour de la maladie mentale, du racisme, voire du fascisme.

L’islam fait peur, car ses pieux adeptes refusent de reconnaître les germes de la violence et du rejet que contient leur livre adoré, parfait et incréé. Et encore moins de les déclarer caduques.

Il fait si peur et produit tant de conflits que la population en vient à croire que ses adeptes sont trois fois plus nombreux qu’ils ne sont en réalité.

Quoi de plus normal ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz