Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 décembre 2017

128 pays ont voté la résolution qui condamne la loi votée en 1995 par le Congrès, et reconnaît que Jérusalem est la capitale de l’Etat juif, et que l’ambassade doit y être déplacée.

Si l’on se contente de mentionner ce chiffre, les Etats-Unis ont pris une déculottée.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Mais les chiffres, disait un ami, ils sont têtus mais ils parlent.

Car il y a un mais.

65 pays ont refusé, d’une manière ou d’une autre, de « marginaliser » les Etats-Unis et de voter contre eux :

  • 9 ont voté en soutien des Etats-Unis,
  • 35 n’ont pas voulu voter contre et se sont abstenus,
  • 21 ont également refusé de condamner l’Amérique et ont décidé de ne pas se déplacer pour voter.

Ce n’est pas, je vous l’accorde, un résultat dont on peut tirer une immense fierté, mais si l’on considère les antécédents, l’issue prend une tournure bien différente :

  1. 128 pays ont voté contre. Mais savez-vous combien de pays appartiennent au MAN (1) ? Bien-sûr, les médias ne vous diront pas ce qu’est le MAN ni ce qu’il représente, car cela met par-terre le narratif médiatique anti-Occidental. Le MAN (Mouvement Non Aligné) comprend le bloc arabe et les non alignés. Il est composé de 120 membres qui votent comme 1 ! Faites les comptes.
  2. Jérusalem est la ville symbole dont l’UNESCO, dans ses résolutions, a dépouillé le peuple juif de l’ensemble de ses liens historiques, lui a volé tous ses lieux saints pour les attribuer aux Arabes, et a rayé d’un coup 3000 ans de présence juive. Imagine-t-on que ce vote aurait contredit l’UNESCO ?
  3. La « communauté internationale » vote toutes les résolutions anti-israéliennes de l’UNESCO, elle a suivi avec une constance moutonnière le biais anti-israélien dénoncé par les derniers Secrétaires généraux des Nations Unies, dont Ban Ki-Moon, qui n’a jamais fait œuvre de sionisme.
  4. Bien avant cette résolution, les Nations ont déclaré vouloir satisfaire, à première demande (récente) des Arabes palestiniens, leur intention de faire de Jérusalem leur capitale, tandis qu’ils refusent catégoriquement cette demande à Israël depuis 1948.
  5. Israël est le seul Etat au monde à qui les Nations unies refusent le droit d’avoir une capitale.
  6. Enfin et surtout, selon le plan de partition de 1947– c’est la résolution 181– Jérusalem a été exclue de la division de la Palestine entre l’Etat juif et l’Etat arabe, car elle devait être administrée par un corps international. Sauf que :
    • De corps international il n’y jamais eu : il n’a jamais été mis en place, et sans l’intervention d’Israël, la ville n’aurait jamais été administrée. Impossible.
    • Ce plan de partition dont se revendiquent maintenant les Arabes palestiniens– et qu’invoquent les Nations pour accuser les Américains, il a été rejeté par les Arabes !
    • En somme, le monde réclame en 2017 l’application d’un plan dont une des parties n’a pas voulu en 1947 !

Un esprit tordu ne ferait pas mieux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

(1) http://www.nti.org/learn/treaties-and-regimes/non-aligned-movement-nam/

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz