Publié par Gaia - Dreuz le 24 décembre 2017

Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme demande à l’Irak un moratoire immédiat sur l’application de la peine de mort dans ce pays. Une demande formulée au lendemain de l’exécution de 38 personnes. Les condamnés à mort avaient été reconnus coupables d’appartenance aux groupes jihadistes Etat islamique et Al-Qaïda.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les pendaisons ont eu lieu jeudi à la prison de Nassiriya dans le sud de l’Irak. Selon les autorités du pays, les 38 condamnés à mort étaient des ressortissants irakiens, et l’un d’entre eux possédait aussi la nationalité suédoise.

Ce n’est pas la première fois que des exécutions de masse sont ainsi organisées. Le 25 septembre dernier, 42 personnes ont été pendues dans la même prison après avoir été condamnées pour terrorisme.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

A Genève ce vendredi, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU se dit « profondément choqué et atterré ». Selon la porte-parole de l’organisation, il est peu probable que les personnes exécutées aient bénéficié d’une procédure judiciaire en bonne et dûe forme et d’un procès équitable… Le Haut-Commissariat demande aux autorités de Bagdad de décréter un moratoire sur l’usage de la peine de mort et de procéder « à un examen complet de leur système de justice pénale ».

L’Irak est aujourd’hui l’un des pays où les exécutions sont les plus nombreuses, après la Chine, l’Iran et l’Arabie saoudite.

Source : Rfi.fr

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous