FLASH
[18/10/2018] Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 5 janvier 2018

Il n’y avait aucune illusion à avoir concernant Emmanuel Macron.

Nombre de déclarations faites par lui auraient du, avant qu’il accède à l’Elysée susciter un choc bien plus grand que cela n’a été le cas, et le rendre inéligible.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Un homme qui traite la colonisation française de crime contre l’humanité sur le sol algérien, en présence de dirigeants d’un mouvement qui a accédé au pouvoir par le terrorisme s’est, invalidé moralement d’une manière nette et définitive. Un homme qui déclare que la culture française n’existe pas doit être classé dans la catégorie des crétins invétérés. Un homme qui passe une campagne électorale entière sans parler du péril islamique, qui reçoit le soutien des Frères Musulmans et qui, lorsqu’un attentat terroriste qui coûte la vie à un policier déclare qu’il s’agit d’un type d’événement «impondérable» qui fera «partie du quotidien» français doivent s’habituer pour les années à venir, puis, qu’il n’a pas conçu le moindre plan pour lutter contre le terrorisme, doit être considéré comme un danger public. Un homme qui utilise les Juifs exterminés il y a sept décennies en se rendant, en un geste de fausse compassion et de démagogie absolument vile, au Mémorial de la Shoah quelques jours avant l’élection, mais qui montre, dans la même période, qu’il n’a aucune considération pour les Juifs assassinés au présent en France, et qui ne dit pas un seul mot concernant un assassinat antisémite qui vient d’avoir lieu, celui de Sarah Halimi, doit être considéré comme n’ayant ni scrupules ni honneur.

Macron a néanmoins été élu grâce à une campagne de propagande médiatique d’une ampleur sans précédent. Des millions de gens se sont laissés séduire.

Quand bien même une fois à l’Elysée, il a multiplié les gestes contradictoires, se montrant un jour insultant, un jour déférent vis-à-vis de Donald Trump, et adoptant le même type de comportement sans épine dorsale vis-à-vis de Binyamin Netanyahou, il n’en a pas moins suivi une ligne en politique étrangère, qui a montré que ce qui était détectable avant l’élection se confirmait.

Macron a procédé lors d’un passage à Abu Dhabi à des déclarations si élogieuses et si dithyrambiques sur l’islam qu’elles ont surpassé en dhimmitude servile tout ce qui avait pu être dit dans le passé par le dhimmi corrompu appelé Jacques Chirac, qui était pourtant allé très loin en ce domaine.

Par sa volonté effrénée de voir Saad Hariri revenir au Liban pour servir de Premier ministre de carton-pâte un peu plus longtemps et pour sauver la mise du mouvement terroriste islamique Hezbollah, il a montré qu’il était prêt à tout pour plaire au régime criminel des mollahs, y compris se faire complice de tous les crimes commis par le Hezbollah.

En accordant par deux fois une réception chaleureuse au chef de bande terroriste islamique antisémite Mahmoud Abbas et en osant le remercier pour avoir œuvré en faveur de la «non-violence» (!), il a ajouté à sa complicité dans tous les crimes commis par le Hezbollah une complicité dans tous les crimes commis par les «Palestiniens».

En s’indignant de la reconnaissance de Jérusalem capitale d’Israël par les Etats-Unis et en réaffirmant que Jérusalem doit être divisée et donnée pour moitié à la bande terroriste islamique antisémite dirigée par Mahmoud Abbas, ce après avoir entériné toutes les déclarations de l’UNESCO piétinant sur un mode négationniste l’histoire juive en terre d’Israël, il a ajouté à ses autres complicités une complicité avec ceux qui veulent détruire Israël et avec les falsificateurs de l’histoire.

Son attitude vis-à-vis du soulèvement du peuple iranien contre le régime des mollahs n’a rien de surprenant dès lors. Macron a téléphoné a son «homologue» Hassan Rouhani et lui a demandé de la «retenue». Il n’a pas incriminé une seule seconde un régime totalitaire et sanguinaire. Il n’a pas eu un mot, un seul, pour des gens tentant de résister à l’oppression. Il s’est situé du côté des oppresseurs, et en leur demandant de la «retenue» a, de fait, approuvé la répression qu’ils exercent. Macron a ajouté une phrase infâme et digne de Chamberlain et Daladier à Munich, disant que «les États-Unis, l’Arabie saoudite et Israël tiennent un discours qui va conduire à la guerre en Iran».

Macron fait semblant d’ignorer que le régime des mollahs mène d’ores et déjà la guerre contre son propre peuple, et mène aussi la guerre en Syrie, au Liban, au Yémen, en terre d’Israël, et jusque dans la péninsule coréenne en contribuant au financement du programme nucléaire nord-coréen. Il fait semblant d’ignorer que le régime des mollahs se donne explicitement un but génocidaire : la destruction d’Israël et du peuple juif israélien. Il fait semblant d’ignorer que le régime des mollahs soutient, outre le régime syrien, le Hezbollah, le Hamas, al-Qaida, les milices Houthi au Yémen, mais aussi d’autres factions terroristes islamiques, et est aujourd’hui le principal financier du terrorisme islamique international.

Il est dès lors complice là encore : complice des Gardes révolutionnaires et des milices qui tuent en Iran, complice de tous les groupes criminels que soutiennent les mollahs, complice du but génocidaire des mollahs, complice de quasiment tout le terrorisme islamique sur terre.

Il entend sans aucun doute vendre quelque chose au régime des mollahs, et si le peuple iranien retrouvait la liberté ce seraient vraisemblablement des contrats qui disparaîtraient pour la France.

Coopérer avec un régime tel que le régime des mollahs porte un nom : collaboration avec un ennemi de la civilisation occidentale et de la liberté.

Il y a eu des collaborateurs dans le passé de la France. Et il y a, hélas une dimension collaborationniste dans le passé politique français.

Macron est trop jeune pour avoir connu la France de Vichy et du maréchal Pétain, mais il y a du pétainisme en lui. C’est politiquement, un enfant de Pétain, et au vu de ceux avec qui il collabore un suppôt avéré d’un islam génocidaire et antisémite. Macron trahit le peuple français, et le livre à ses ennemis. C’est un ennemi de la civilisation occidentale. C’est un ennemi de la liberté.

Les médias français étant ce qu’ils sont aujourd’hui, il n’y a pas à espérer que quiconque écrivant ou parlant dans un média français le critique sur ces points. J’ai lu voici peu dans un quotidien que Macron faisait, en politique étrangère, un «sans faute». Mieux vaut lire cela qu’être aveugle. Macron entendant combattre les fake news à sa manière entend apparemment créer en France un ministère de la vérité digne d’Orwell. La vérité sera le mensonge, et le mensonge sera la vérité.

Dans de nombreux domaines, le mensonge est d’ores et déjà la vérité, et concernant l’Iran, les «informations» sur ce qui se passe diffusées en France semblent pour la plupart directement dictées par le régime des mollahs. Si celui-ci l’emporte sur le soulèvement, ce qui est possible, il sera néanmoins très fragilisé, et ses jours seront comptés. Quand il tombera, le peuple iranien se souviendra de ceux qui l’ont soutenu et de ceux qui l’ont trahi. La France de Macron et ses médias seront au premier rang des traîtres.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Islam de France l’effrayant programme de Macron
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz