FLASH
[17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 janvier 2018

Dans son premier discours du Nouvel An en tant que président, Emmanuel Macron a dit que des mesures étaient nécessaires pour défendre la démocratie française, alors que la démocratie repose sur une neutralité des médias qui ne peut pas exister quand l’écrasante majorité des journalistes militent à gauche. Macron avait déjà visé les médias russes pour avoir prétendument répandu des contrevérités avant les élections.

Le président français Emmanuel Macron, feignant d’ignorer que les journalistes se croient habités de la mission de protéger les Français contre eux-mêmes, et les dissuader de voter pour ce qu’ils tiennent pour le plus grand danger, à savoir l’extrême droite, a dit qu’il proposerait une nouvelle loi pour lutter contre les fausses nouvelles en ligne durant la période préparatoire des élections françaises. Mais les journalistes ne sont-ils pas constamment dans la propagande électorale ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

«Nous allons faire évoluer nos moyens légaux de protéger la démocratie contre les fausses nouvelles», a dit M. Macron dans un discours du Nouvel An à la presse à Paris. «Si nous voulons protéger les démocraties libérales, nous devons avoir une législation forte.» 

L’intention est la matrice des Fake News. L’erreur humaine qui conduit à la diffusion d’une information erronée n’est pas une fausse information. La fausse information, c’est l’information motivée par l’intention de tromper le lecteur, et les grands médias la pratique quotidiennement par le choix de mots ambivalents sans être jamais inquiétés.

Macron a vivement critiqué les médias russes pour avoir prétendument diffusé de fausses informations peu de temps avant son élection en mai, mais il n’a évidemment jamais critiqué les médias qui se sont acharnés sur les costumes de luxe de son concurrent Fillon afin de contribuer à lui faire perdre l’élection, et ont passé sous silence (à part Gala) l’abus des tenues proposées par les couturiers à Macron Brigitte.

Le président a déclaré que les médias russes RT (anciennement connu sous le nom de Russia Today) et Sputnik ont publié des  «contre-vérités diffamatoires» et de la «propagande mensongère» lors d’une conférence de presse conjointe avec le président russe Vladimir Poutine, ignorant que les médias français ont publié des contre-vérités diffamatoires sur son concurrent concernant d’hypothétiques détournements de fonds qui ont finalement fait pschitt– comme par hasard dès l’élection terminée.

Promettant plus de détails dans les semaines à venir, Macron a déclaré que les modifications légales permettraient aux juges de répondre rapidement aux « faux contenus » en ligne en supprimant les informations, en fermant le compte associé ou en bloquant l’accès aux sites web d’origine : lorsque la justice est mise au service de la politique, la Stasi n’est plus très loin.

Les plates-formes en ligne seraient également tenues d’être plus transparentes au sujet du contenu sponsorisé par l’extérieur, a-t-il dit, alors que Facebook a clairement indiqué que son outil ne permet pas de savoir qui finance les campagnes de publicité sur ses pages, tandis que le nombre de médias sponsorisés serait limité, dans un contexte où l’Etat finance déjà, et de manière peu transparente et avec des préférences difficiles à justifier, des journaux qui sans la manne publique devraient fermer, justement parce que les lecteurs n’ont pas confiance dans l’honnêteté des propos qu’ils publient, comme l’Humanité ou Libération.

L’organisme de surveillance audiovisuel de la France aurait également le pouvoir de «lutter contre toute tentative de déstabilisation par des chaînes de télévision contrôlées ou influencées par des États étrangers», mais aucun pouvoir pour lutter contre toute tentative de déstabilisation par des chaînes de télévision contrôlées ou influencées par l’État français, lesquelles sont des monuments de mépris pour la diversité d’opinion.

Macron a dit que la presse serait consultée sur les détails de la loi : n’est-ce pas formidable ? La presse, qui cherche à se protéger contre la perte du monopole non pas de l’information, mais de ce qui doit être dit et ce qui doit être caché, la presse qui a une majorité écrasante de journalistes de gauche, va être consultée !

Les mesures proposées, a ajouté le président, ne nuiraient pas à la liberté de la presse– voilà l’hypocrisie portée à son paroxysme– car elles ne seraient appliquées que pendant les campagnes électorales : «Aucune des libertés de la presse ne doit être remise en question par ce texte» qui remettra en question toutes les libertés de la presse.

Cette annonce intervient après l’adoption par les législateurs allemands d’une nouvelle législation anti fausses nouvelles qui permet aux autorités d’infliger des amendes allant jusqu’à 50 millions d’euros (60 millions de dollars) aux réseaux sociaux qui ne retirent pas les informations fausses ou haineuses rapidement. Notez le mot haineux, qui dépend entièrement de la décision d’une justice qui ne cache même plus son penchant politique. Un journaliste allemand a par exemple été condamné à 6 mois de prison parce qu’il a publié une photo montrant le grand mufti de Jérusalem assis avec son allié Hitler.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz