FLASH
[20/07/2018] Ce vendredi soir, le Hamas a tiré 3 roquettes sur des civils israéliens dans l’indifférence du monde occidental  |  L’actrice Whoopi Goldberg a invité la conservatrice Jeanine Pirro pour parler de son dernier livre, et elle l’a traitée « comme un chien » et l’a jeté hors du plateau quand Pirro a parlé du « Trump derangement syndrome ». Vraiment, la gauche a l’esprit totalitaire  |  Des avions de combat israéliens engagés dans une opération d’envergure contre des bases du Hamas à Gaza en réponse à des tirs contre des troupes de Tsahal  |  Effet Trump: La production pétrolière américaine vient d’établir un nouveau record de tous les temps  |  [19/07/2018] 1000 gros bonnets Iraniens ont acheté des passeports des Comores pour voyager sans éveiller les soupçons. La bonne nouvelle est que le gouvernement comorien a changé de camp et a annulé plus de 100 passeports  |  Effet Trump: Les exportations de pétrole de l’Iran pourraient chuter de deux tiers d’ici la fin de l’année en raison des nouvelles sanctions des États-Unis, une excellente nouvelle dans la lutte contre le terrorisme mondial  |  Médias de plus en plus marginalisés: 68% des Républicains approuvent la rencontre entre Poutine et Trump que les journalistes qualifient de « trahison » (sondage CBS)  |  Effet Trump : Le chômage à travers les États-Unis est le plus faible depuis décembre 1969, selon un rapport du ministère du Travail  |  [18/07/2018] Pour faire face à l’afflux de touristes, Lufthansa annonce deux nouvelles routes vers Eilat cet hiver  |  [15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Sidney Touati le 9 janvier 2018
Louis-Ferdinand Céline sous des bannières ornées de svastikas lors d’un congrès du parti pro-nazi canadien en 1938

J’ai pris connaissance de la décision des Editions Gallimard de procéder à la publication des pamphlets politiques de Céline.

Lorsque le public aura lu ces livres, il ne sera plus possible de dire que Céline était un écrivain génial

Il faut savoir que ces livres n’étaient pas édités en raison de la volonté de la veuve de Céline qui avait pris cette décision pour ne pas nuire à l’écrivain Céline.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Ces écrits politiques, d’un antisémitisme totalement délirant, sont complètement débiles.

Même les Allemands en avaient honte ! Et pour cause.

Le langage ordurier qu’utilise Céline est la vérité même de l’antisémitisme.

Les antisémites détestent être démasqués, être vus pour ce qu’ils sont, des gens vulgaires. Céline met à nu cet aspect primordial de l’antisémitisme.

Nietzsche le premier avait souligné ce lien entre antisémitisme et vulgarité. Ne disait-il pas de Wagner qu’il était tellement vulgaire, qu’il était même antisémite…

Pour avoir lu tous les livres de Céline, je ne suis nullement opposé à leur publication et j’applaudis des deux mains la décision des Editions Gallimard. Lorsque le public aura lu ces livres, il ne sera plus possible de dire que Céline était un écrivain génial comme le répète à longueur d’antenne Fabrice Lucchini. Il est clair qu’on ne pourra plus en toute innocence lire les livres de ce pauvre type qu’était Céline autrement qu’avec un pince-nez.

On dit qu’il n’y a pas de point commun entre les pamphlets politiques-antisémites et les romans de Céline.

Cela est faux.

Le point commun est simple : les deux démarches sont écrites dans un style identique et sont animées par le mépris des « petites gens » d’où découle la haine des juifs, qui sont les défenseurs de l’humanité. Tous les fascismes reposent sur le mépris des « petites gens ». Tous les fascistes sont à des degrés divers antisémites.

Il est impossible de lire Céline (sauf lorsque l’on a 20 ans, que l’on est révolté, un peu perdu, sans repère, et que l’on ne peut s’exprimer que négativement) sans ressentir une sorte de nausée.

Toutes les phrases écrites par Céline, qu’elles soient tirées de ses romans ou de ses pamphlets, sont imprégnées par une vision dégradée de l’humanité. Tout est petit (à son image), mesquin, moche… il dépeint les actions et les pensées humaines à partir de la boue dans laquelle il s’est toujours vautré.

Aux yeux de Céline, rien, absolument rien n’est grand en l’homme.

Et pour lui, la quintessence de l’homme, c’est le juif.

Son style lui-même est la traduction dans le langage d’un processus de dégradation. Il prend la langue française et la met dans le ruisseau. Toutes les phrases sont hachées, coupées… «crachées»… il éructe… c’est dans une langue en charpie qu’il exprime une sorte de bouillon de culture, une vision du monde morcelée, brisée, vomie.

Céline publie le « Voyage au bout de la nuit« * à un moment où les démocraties sont en crise ; doutent d’elles-mêmes et sont prêtes à céder aux sirènes du fascisme, voire du nazisme et de l’antisémitisme.

Céline est immédiatement traduit en Union Soviétique où son ouvrage connaît un certain succès.

Il plaît à la « gauche anti-humaniste ». Aragon lui demande d’adhérer au parti communiste et Elsa participe à la traduction du « Voyage… » !

Dans l’univers glauque de Céline, l’homme n’est rien.

Pas étonnant qu’il ait été apprécié par les dictatures, qu’elles soient de droite ou de gauche.

Pas étonnant, qu’aujourd’hui où la France est en crise, en perte d’identité, Céline retrouve un regain de popularité.

Avec la publication des pamphlets politiques, les gens ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas qui était Céline.

Un type méprisable. Un pauvre diable, vide, qui ne croit en rien et qui se raccroche aux mépris des hommes, à la haine des juifs, pour donner sens à sa vie. « J’ai mille ans de haine en moi » disait Céline.

Le judaïsme étant la religion de la vie, de la joie, ils ne pouvaient que la haïr

Les gens doivent savoir que Céline était pro-nazi ; qu’il était un collaborationniste fervent qui trouvait les occupants allemands trop bien, trop gentils… (trop juifs ?) ; il soutient Doriot et la LVF ; c’est un négationniste qui considère que les juifs n’ont rien subi pendant la guerre… à peine une petite ballade loin de chez eux…

A la fin de la guerre, lorsqu’il fuit, il n’oublie pas d’emporter ses pièces d’or avec lui… Céline aura été minable jusqu’au bout.

Logiquement, Céline aurait dû connaître le sort de Robert Brasillach, écrivain collaborationniste, condamné à mort et exécuté.

Un jeune juif américain l’a sauvé. Il écrit un livre dans lequel il conclut que Céline est moralement coupable, mais pénalement irresponsable.

Céline sera condamné à l’indignité nationale… puis gracié en 1951…

Ceux qui admirent l’écriture de Céline tentent de le sauver en établissant une dichotomie entre l’écrivain et l’homme.

La ficelle est un peu grosse et ne résiste pas à l’analyse.

A mes yeux, l’homme et l’écrivain sont intimement mêlés. «L’homme» qu’il décrit dans ses ouvrages (l’homme ordinaire dans ses romans, le juif dans ses pamphlets), n’est que la projection de lui-même : un quasi-néant.

On peut dire que le nazisme a deux écrivains : Heidegger côté philosophique, avec son culte et son rapport à la mort ; Céline côté littérature, avec son mépris illimité des êtres humains. Les deux situent l’être du côté du néant, de la haine. Les deux sont portés par l’instinct de mort pour utiliser le langage de Freud.

Pas étonnant que Céline et Heidegger aient été antisémites et pro-nazis. Le judaïsme étant la religion de la vie, de la joie, ils ne pouvaient que la haïr.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz