FLASH
[15/10/2018] ‪La Courneuve : un musulman a poignardé un homme en hurlant Allahou Akbar‬  |  Aubervilliers : attaque au couteau à cris d’Allah Aoukbar : probablement un couteau déséquilibré  |  Cologne: la police parle d’une prise d’otage à la gare  |  Breaking: coups de feu à la gare de Cologne. Quartier évacué  |  L’acteur Alec Baldwin appelle les démocrates à « renverser le gouvernement »- gauche pacifiste !  |  Les soldats israéliens ont déjoué une tentative d’attaque au couteau. Tsahal a ouvert le feu et le terroriste a été neutralisé et tué  |  Effet Trump : La monnaie saoudienne n’a jamais été aussi faible en deux ans – en raison de l’affaire Khashoggi  |  La frontière entre Israël et la Syrie a été ouverte pour la première fois en 4 ans  |  22 terroristes Palestiniens arrêtés en Judée-Samarie. Des armes, cartouches, munitions et propagande de haine saisis  |  3 Palestiniens armés de marteaux ont agressé le juge David Mintz à la Cour suprême. Il a réussi à s’échapper et s’est présenté devant le tribunal indemne  |  [14/10/2018] Un garçon de 12 ans blessé à mort à coups de barre de fer en Seine-Saint-Denis  |  L’Italie a expulsé 3 islamistes, dont l’un voulait tuer des « touristes blancs » (entendre par là chrétiens)  |  Elections en Bavière : revers historique des alliés de Merkel. Ceux que les médias appellent « l’extrême droite » entrent au parlement régional selon les premières estimations  |  Conseiller économique de Trump: « Je pense que le rapport de l’ONU surestime les conséquences du changement climatique »  |  Un directeur de lycée a été viré pour avoir forcé un étudiant à retirer son T-shirt Trump lors d’un match de foot  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Danièle Lopez le 12 janvier 2018

L’année qui vient de s’écouler a mis nos nerfs à rude épreuve. Elle a fait douter les plus fragiles, les sans-opinions. Elle a ébranlé la foi des plus convaincus patriotes. Elle a couvert de honte ceux qui n’en ont jamais eu et qui continuent de n’en avoir pas. Elle a définitivement prouvé, aux plus sceptiques, que la justice ne s’appliquait pas pour les innocents mais protégeait de son manteau d’hermine les riches et les corrompus. Elle a surtout prouvé que la justice n’avait plus la liberté de juger.

Pourtant, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Cette nouvelle année est à peine commencée que, déjà, des lois s’appliquent, des livres, des articles paraissent, bénéficiant d’une publicité –souvent gratuite– pour itérer sans modération la pensée unique. Cette pensée unique que nous imposent ceux qui s’en sont octroyé le droit. Le droit de diriger, à leur guise, le pays et aussi le droit de modifier nos préférences, nos habitudes, nos traditions pour faire de nous un peuple soumis, sans racine, sans passé, sans avenir, qu’ils pourront modeler à l’envi. Mais pas seulement.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Pendant qu’ils s’échinent à critiquer les pires tyrans qui se sont révélés aux quatre coins de la planète, ils tentent de nous persuader que nous vivons dans un pays de cocagne. Pourtant, la France en décadence depuis déjà quarante ans a hérité, l’an dernier, du chef d’Etat le plus génocidaire de toute son Histoire. Génocidaire de la nation France.

Génocidaire parce que sa dictature impose, à tous les Français, qu’ils soient de souche française, de même culture ou de différentes ethnies qui ont émigré vers la France, un changement radical, une uniformité dangereuse d’où sortiront vainqueurs les plus vindicatifs qui l’emporteront sur la masse. Et il n’y a là, aucune complaisance de sa part mais seulement la volonté rationnelle de détruire notre identité et la remplacer par une autre que, pourtant, la majorité du peuple abhorre : l’identité musulmane comme ils se définissent eux-mêmes.

S’il est tout à fait naturel qu’un Africain, un Japonais, un Arabe ou un Inuit veuille préserver ses traditions afin de les transmettre aux générations nées à l’étranger, il est incompréhensible qu’un Japonais doive vivre comme un Arabe ou un Africain comme un Inuit. Or, jusqu’à preuve du contraire, l’islam n’est pas un peuple, l’islam n’est pas une espèce. L’islam n’est pas une identité, l’islam n’est qu’une religion.

Pourtant, cette propension du chef de la France à imposer cette religion, obligeant les Français à reconnaître ces rites islamiques comme faisant partie de nos traditions est, de loin, son action la plus destructrice de la Nation.

Son incompétence, que l’on disait inexpérience, nous impose d’accepter, pour argent comptant, ses assertions, ses contradictions et ses dissimulations. Impossible de le contredire, en effet, puisqu’il dit, lui-même, tout et son contraire à la fois. Impossible de le contredire, enfin, car son ego surdimensionné n’autorise pas, à l’être inférieur, la voix au chapitre. Ne s’est-il pas qualifié, lui-même, de président jupitérien ?

De fait et, depuis neuf mois, nous voguons dans un bâtiment à la dérive dont le commandant despotique musèle les Français en les privant de leur bonne vieille démocratie. Cette liberté d’expression, cette liberté de culte, qui faisait la force de notre peuple est en voie de disparaître. Place, donc, à la censure généralisée.

De même, le passé de la France n’ayant plus cours puisque «nous n’avons pas de passé», place, donc, à une nouvelle Histoire de France. Celle qui convient au dictateur et à nos détracteurs. Celle qui convient à nos envahisseurs. Pourtant, nous savons que ceux qui ont installé ce chef à la place qu’il occupe n’hésiteront pas à le renvoyer, d’une pichenette, à l’anonymat duquel ils l’ont sorti pour accomplir leurs desseins.

Mais, en attendant, il use et abuse de son pouvoir (ou des ordres reçus) pour annihiler la France pluriséculaire, la France-Nation, lui réservant une place infime (très infime) dans un conglomérat international qui entend diriger le monde.

Que les Français n’y aient rien à gagner, pire, qu’ils aient tout à perdre, ne lui importe guère. Et, pour l’heure, le danger pour la France, celui qui inquiète les Français, celui qui est au cœur de leurs préoccupations, c’est la propagation, l’envahissement de l’islam.

Et ce président qui fait feu de tout bois pour asseoir son règne quinquennal, a choisi d’approuver la politique des pays islamiques dirigés par des dictateurs, ennemis de l’Occident, dont le seul but est de faire, de l’Europe, de la France, une terre d’islam.

En se soumettant à l’Iran et donc à tous les pays arabes satellites pro-iraniens, il vient de rejoindre le camp des ennemis de l’unique pays occidental qui résiste contre l’envahisseur islamique, Israël. En s’aliénant l’Amérique de monsieur Trump, il prive la France du soutien de la plus grande puissance mondiale dressée contre l’expansionnisme islamique.

Mais, par ces décisions, il a engagé la nation France. Et, en France, il ne manque pas de musulmans dont l’antisémitisme notoire et l’antichristianisme ne demandent qu’à être confortés.

L’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Afrique subsaharienne ne cessent de nous expédier leurs ressortissants musulmans dont le nombre, jamais dévoilé, s’élèverait déjà à plus de 15 millions d’âmes.

Lui-même s’est entouré, dans son parti, d’un nombre conséquent de mahométans qu’il a fait élire à l’Assemblée nationale et qui approuvent les «lois» qu’il ne prend même pas la peine de soumettre démocratiquement au débat.

Conscient, bien sûr, que, pour le soutenir dans ses actions, il trouvera les éternels ennemis de la France judéo-chrétienne dans les communistes, principalement, auxquels se joignent les socialistes, les verts et même, nous le voyons depuis quelques mois, cette droite qui se cherche mais n’entend pas lui faire opposition, Les Républicains.

Tous ces partis dont les leaders s’expriment ouvertement en faveur de l’islam hégémonique. L’islam qui entend bien imposer à la France sa doctrine et l’étendre à tous, sans concession.

En ce début d’année, un ouvrage paru en librairie traite –vous l’aviez compris– de l’islam en France et de la place qui lui revient de droit.

Dans «L’islam, une religion française»*, l’auteur proclame que la religion musulmane étant la première religion, en nombre de fidèles, pratiquée en France par des musulmans ayant acquis la nationalité française, devient de facto une «religion française».

Non. Non, l’islam n’est pas une religion française. La religion française est avant tout chrétienne. Et le fait que nos églises soient désertées ne veut pas dire que les Français croient moins ou qu’ils renient leur religion. Et si, aujourd’hui, le pape catholique, en politicien plus qu’en homme d’Église, n’a de paroles que pour encenser l’islam, les Français chrétiens ne se reconnaissent pas dans son discours et le disent. Cela ne fait pas d’eux, pour autant, des apostats.

Contrairement aux assertions de cet auteur, nous affirmons que le nombre de croyants-pratiquants étrangers installés dans notre pays n’a pas le pouvoir d’en changer ses racines, sa tradition et sa croyance, au prétexte qu’ils aient été plus nombreux ou trop nombreux à venir s’y réfugier, un jour.

Cela s’apparenterait à une occupation de notre pays par l’envahisseur étranger. Occupation ou invasion qui imposerait, alors, la loi et la religion de l’envahisseur.

D’ailleurs, dans le synopsis de cet ouvrage, on peut lire : «Parce que la France peut être une terre fertile pour le renouveau théologique et intellectuel dont l’islam a tant besoin».

Nous y sommes. La France, une terre fertile pour l’islam ! Ceci confirme que le but à atteindre par les musulmans est de faire de notre pays, une terre islamique. Encouragés par tous les partis politiques et le chef de l’Eglise catholique dans leur volonté de nous déposséder, ils ne reculent devant rien, grignotant chaque jour un peu plus de notre démocratie pour parvenir à leur fin.

Aujourd’hui, ils affirment que l’islam est une religion française. Et, demain, ils proclameront que l’islam est religion d’Etat en France ? Nous n’en sommes plus trop loin.

La volonté du laïcisme, anticlérical et, par essence, des gens de gauche, est de combattre le christianisme et le judaïsme ancestraux mais laisse une place dominante à l’islamisme, au sens littéral du mot. Nous l’avons vu en plusieurs occasions, dans les prières de rues, dans leurs coutumes religieuses vestimentaires ou alimentaires, contre lesquelles, jamais, ce laïcisme ne s’est manifesté en aucune manière.

Mais ce qui est bien plus grave, encore, c’est l’obligation qui nous est faite de ne pas afficher nos coutumes et nos croyances pour ne pas contrarier la croyance des musulmans. Tant et si bien que, la loi aidant et grâce aux subventions de l’Etat, ils ont pris la fâcheuse manie de poursuivre en justice tous les contrevenants à leur dogme.

Un chef d’Etat honnête, au service de son pays, aurait déjà dû faire preuve de fermeté quand on sait qu’il tolère sans broncher que les musulmans contreviennent à nos lois. Mais là n’est pas son but, loin s’en faut.

Et, non, nous ne sommes pas au bout de nos peines. La propagande islamophile, en France, va son petit bonhomme de chemin.

Nous vous en parlerons dans la seconde partie de cet article.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Danièle Lopez pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz