FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 17 janvier 2018

Impossible d’accuser Israël d’être responsable de la déroute de la Tunisie.

La secrétaire générale du Syndicat des médecins, médecins dentistes et pharmaciens hospitalo-universitaires (SMMDPHU) en Tunisie, Habiba Mizouni, a déclaré ce mardi 16 janvier 2018, que face au manque de moyens, les hôpitaux publics du pays risquent de voir interrompre la distribution d’eau et d’électricité.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La responsable tunisienne a expliqué à une radio locale, Shems FM, que la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE) et la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG) menacent d’arrêter l’alimentation des établissements de santé publics à cause des impayés.

Le gouvernement doit, selon la responsable, assumer sa responsabilité et injecter de l’argent dans les caisses des hôpitaux.

Habib Mizouni a fait savoir, dans le même sens, que pour la première fois depuis l’indépendance, des services au sein d’hôpitaux publics ont fermé leurs portes. Elle a ajouté que la situation actuelle oblige parfois à reporter des interventions chirurgicales non urgentes, et à la tenue d’autres interventions dans des conditions ne respectant pas les normes.

« Avec des coupures de courant de plusieurs heures par jour, les services de base pourraient s’arrêter« , a prévenu la responsable tunisienne.

Malgré cette situation difficile, le mois dernier, dans plusieurs villes en Tunisie, des personnes se sont rassemblées à l’appel de partis de gauche et groupes islamistes, aux cris de « Nous sommes tous Palestiniens ».

La puissante centrale syndicale UGTT et le parti islamiste Ennahda, qui fait partie de la coalition gouvernementale, utilisent répétitivement la question palestinienne pour absorber la frustration de la population. Dans ce pays, des journalistes professionnels pensent même que des «colons juifs vivent dans la bande de Gaza !» Ce n’est pas une blague !

L‘Autorité palestinienne n’a pas payé, durant six mois, l’électricité livrée à la bande de Gaza

L’alimentation en électricité est une préoccupation permanente à Gaza.

La situation difficile en Tunisie rappelle l’attitude des responsables palestiniens de l’Autorité de Ramallah qui décident d’un instant à un autre de cesser de payer l’électricité livrée à la bande de Gaza, une décision aux conséquences potentiellement lourdes.

L’Autorité palestinienne se sert des besoins humanitaires de base des deux millions de Gazaouis comme outil de négociation dans des luttes politiques contre le mouvement islamiste Hamas qui gouverne la bande de Gaza.

L’Autorité palestinienne a été chassée de Gaza par la force par le Hamas en 2007, et n’exerce plus son autorité qu’en Judée-Samarie. Par contre Israël fournit 120 mégawatts à Gaza pour environ 11 millions de dollars par mois, rappelle l’ONG israélienne Gisha, et c’est l’Autorité palestinienne qui doit payer la note.

C’est l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, rivale du Hamas, qui a décidé de réduire de façon significative les paiements qu’elle effectue à Israël pour l’électricité que ce dernier livre à Gaza. L’Autorité chercherait ainsi à faire pression sur le Hamas.

A défaut de paiement par l’Autorité palestinienne, l’électricité peut en théorie être payée par la communauté internationale ou des entités privées pour garantir le fonctionnent des 13 hôpitaux de Gaza.

L’Autorité palestinienne a accepté, le 3 janvier 2018, de payer à nouveau l’électricité pour six mois après avoir stoppé ses versements. L’idée est de pousser le mouvement terroriste Hamas, qui dirige l’enclave, à s’engager sur la voie de la réconciliation palestinienne.

Le gouvernement palestinien a notifié de sa décision les Autorités israéliennes qui fournissent l’électricité à la bande de Gaza. Le Hamas et l’Autorité palestinienne étaient parvenus, en octobre 2017, à un accord de réconciliation qui tarde à être appliqué.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz