FLASH
[26/05/2018] Affaire de viol – New-York : l’avocat de Weinstein est le même que celui de DSK  |  Gaza : Ce samedi matin, des terroristes arabes se sont infiltrés en Israël et ont tiré sur les soldats israéliens. Tsahal a riposté, les colons arabes ont fui vers Gaza  |  Oh non ! Si les USA cessent de financer l’UNRWA, qui va enseigner aux enfants palestinien comment trancher la gorge des juifs ?  |  Israël : la Cour suprême (très à gauche, très pro-palestinienne) donne son feu vert pour l’utilisation de balles réelles contre les terroristes qui tentent de détruire la frontière de Gaza  |  En France où les honnêtes gens n’ont pas le droit d’être armés, 2 hommes ont été abattus à la Kalachnikov à Marseille cette nuit  |  Paris : 2 éboueurs ont été interpellés à l’Opéra après avoir volé un camion-poubelle dans le 18ème. Ils voulaient déverser des ordures devant le siège de LREM  |  [25/05/2018] Gaza : les cerfs-volants transportant des cocktail molotov provoquent des incendies en Israël – silence des écologistes  |  L’an dernier, la mairie de gauche de la Nouvelle-Orléans a accusé le réchauffement climatique d’être responsable des inondations. Il s’avère que les pompes à eaux étaient cassées  |  Désinformé par les médias, le gouvernement sud-africain demande à Israël de se retirer de Gaza …. 13 ans après qu’Israël se soit retiré de Gaza !  |  [24/05/2018] Israël autorise la construction de 2500 logements en Judée Samarie revendiquée par les colons arabes  |  Israël, Jérusalem : pendant la nuit, la police des frontières a arrêté un terroriste palestinien qui avait tiré sur des soldats et projeté sa voiture contre celle de l’armée  |  Elon Musk (Tesla) aux médias : « pourquoi croyez-vous que Trump a été élu ? Parce que plus personne ne vous croit. Vous avez perdu toute crédibilité depuis longtemps »  |  [23/05/2018] Allemagne : les étudiants de l’université Gutenberg virent les militants antisémites de BDS à coup de pied au cul  |  Si le taux de popularité de Trump atteint 50% contre 48% pour Obama à la même période, cela dit quoi des médias qui le disent incapable ?  |  Effet Trump : le taux de popularité du président atteint 50% dans le sondage Reuters, et les Républicains sont en tête pour les élections de mi-mandat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2018
Articles en vente sur la Boutique Trump France : https://trumpfrance.shop/

Un an de présidence Trump, par Vivien Hoch*.

Insaisissable, Donald Trump est critiqué mais pas pensé. Comme s’il se dérobait à toute description, les penseurs n’arrivent pas à le cerner sans tomber dans le commentaire abscons ou l’invective. Par mépris de classe, les intellectuels autorisés n’ont pas pensé Donald Trump à sa juste mesure. Ils l’ont dépeint comme une sorte de cavalier de l’apocalypse, quintessence d’un monde qu’ils rejettent (et qui les rejette).

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Du côté des partisans –plus nombreux qu’on ne le pense– on aligne les excellents chiffres de l’économie américaine, le recentrement réussit de l’Amérique sur elle-même, les joutes victorieuses contre les Fake News, les indéniables progrès dans la défense de la vie, les promesses tenues, mais il manque une description philosophique du tableau Donald Trump.

Pourtant, Donald Trump mérite d’être pensé à sa juste valeur. Son comportement public, sa manière d’inscrire son action dans l’efficacité et de nouer des deals, demandent une analyse rigoureuse qui le prenne au mobilisent des concepts et transforment l’art de faire de la politique. Donald Trump n’est pas un politique. Il pratique la grande politique, qui inscrit ses actions dans le temps long et qui provoque une métamorphose de la société.

En guise d’hommage pour l’anniversaire de ses un an de présidence, je dresse trois déplacements politiques et philosophiques majeurs opérés par Trump : 1° le monde des affaires devient l’affaire du monde, 2° l’exception devient la norme et 3° le sommeil dogmatique des médias devient le réveil de la démocratique.

1. Du monde des affaires à l’affaire du monde : Donald Trump et l’esprit d’entreprise 

Beaucoup ont souligné le caractère faustien de l’épopée trumpienne : ce qui aurait pu être qu’un simple jeu, un défi lancé à soi-même et au monde, voire une opération commerciale gigantesque, s’est pourtant réalisé envers et contre tout, peut-être même envers son principal intéressé, dépassé par les événements. Mais il n’y a rien d’incontrôlé dans cette victoire. Chez Trump, la présidence des Etats-Unis vient couronner un tempérament, une stratégie et, comme le disent les philosophes, une vision du monde qui est gagnante.

Cet vision du monde, c’est celle du Businessman. Trump mène sa vie, sa famille, son entreprise, sa campagne et son pays comme un homme d’affaires : «Tout est de l’ordre des affaires, que vous le vouliez ou nom». Cette affirmation n’est absolument pas anodine : l’homme contemporain est un être-pour-les-affaires. Cela veut dire que l’homme se définit comme celui pour qui tout est à faire, tout est à construire, tout se négocie dans un seul but : son propre intérêt– en l’occurrence celui du peuple américain. Il ne s’agit pas de s’enfermer dans le monde des affaires, mais faire du monde une affaire.

«Donald Trump recentre la civilisation occidentale sur ce qu’elle a de meilleur : l’esprit d’entreprise et d’impertinence»

Faire des affaires veut également dire : prendre des risques, s’aventurer dans des possibles inattendus, et désamorcer en permanence les certitudes.  Ce sont les qualités qui ont propulsé l’Occident en maître du monde. Donald Trump condense dans sa personne et dans son être ce qui a fait la réussite de l’homme occidental.

2. Donald Trump, un être étymologiquement exceptionnel 

Quand un peuple est soumis en permanence à des entreprises d’agitation, de propagande et de conditionnement de masse, seul un être exceptionnel, porté par une stratégie exceptionnelle, peut renverser la situation. Les médias font passer Donald Trump pour un fou, un incompétent et un dangereux. C’est parce qu’il est l’exception, en sortant de leurs normes préconçues.

Evidemment, Donald Trump n’est pas un homme normal. La norma, rappelait Michel Foucault, désigne un outil de mesure. Cet outil, étendu à l’ordre social et à la morale, permet d’instituer un ordre normatif qui renoue avec l’aspect instrumental de la norme pour mesure les comportements humains. La normalisation des citoyens et des hommes politiques est une entreprise idéologique. Par son comportement a-normal, inattendu et imprévisible, Donald Trump s’engage dans une contre-entreprise de normalisation. Il bouleverse l’ordre établi par les «sachants». C’est ce que le peuple américain attendait de lui.

3. Donald Trump descend la valeur média auprès de l’opinion

Donald Trump a réussi à s’imposer dans le milieu extrêmement redoutable de l’immobilier new-yorkais. Un milieu «où vous avez affaire aux gens les plus malins, les plus durs et les plus vicieux du monde» dit Trump lui-même. «J’ai appris à y prendre du plaisir». Par rapport aux requins qui hantent l’immobilier new-yorkais, le petit monde médiatique ne l’effraie absolument pas. C’est lui qui a rapidement effrayé les politiques et les journalistes ;

Un grand mérite de l’épopée Trump, c’est qu’il a, à lui seul, complètement dévalué la « valeur média » auprès de l’opinion américaine. Il rappelle que tous les discours sont idéologiquement situés, et que le discours des médias dominants est univoque. Il pousse les médias à avouer clairement leurs présupposés et leur situation d’énonciation, c’est-à-dire le « point de vue » duquel ils parlent, et montre que ce point de vue est souvent profondément le même. Sous couvert d’être «ouverte aux tendances», la dialectique des médias revient en fait toujours au même : mêmes critiques, mêmes conclusions, mêmes idées.

Donald Trump dénonce cette rigidité hypocrite des médias. Il réintroduit de l’herméneutique là où il n’y avait que de la répétition inlassable du même. Il montre que les médias sont enfermés dans un abject mimétisme. Il réintroduit de l’altérité là où il n’y avait que consanguinité d’intellects. Par là, il sauve la raison d’être du journalisme : en donnant en permanence à commenter des faits, des paroles et des actes qui sont totalement étrangers et répulsifs aux médias, il les réveille de leur sommeil dogmatique. Il permet à la démocratie de revivre, et de réaliser à nouveau son essence : assumer le conflit.

***

En élisant le bouillonnant milliardaire, les Américains voulaient qu’il change tout. C’est sans se douter qu’il avait déjà tout changé : la table, les joueurs, les règles et le jeu lui-même. Bravo, monsieur Trump !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Vivien Hoch pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

* Vivien Hoch est docteur en philosophie et co-fondateur du Comité Trump France, actif dès l’annonce inattendue de la candidature de Donald Trump en 2015. Il dirige également la boutique Trump France, qui propose des produits dérivés de l’univers du Président américain.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz