FLASH
[19/09/2018] Plusieurs personnes atteintes par balles y compris des policiers près d’un bâtiment du gouvernement de Pennsylvanie  |  Mauvaise nouvelle : un sondage montre que les électeurs Républicains sont certains de gagner les élections de mi-mandat  |  USA : les Républicains remportent l’élection sénatoriale du Texas dans 1 district tenu par les Démocrates depuis 10 ans  |  [18/09/2018] Val-d’Oise : Le terroriste qui a percuté délibérément et blessé gravement 2 policiers est mineur, déjà connu de la police  |  Syrie : un avion russe a été abattu par la DCA syrienne  |  [17/09/2018] « La Hongrie est le seul pays d’Europe à avoir demandé l’avis du peuple sur l’immigration illégale », déclare le ministre des Affaires étrangères  |  [16/09/2018] L’Ambassadeur palestinien aux États-Unis Hossam Zamal confirme que Washington a demandé à sa famille de quitter Washington immédiatement  |  Les médias jurent qu’ils sont neutres. Alors pourquoi les gros titres quand une palestinienne, interdite de sortir d’Israël, ne peut assister à la fête de l’huma, et pas une ligne quand un terroriste palestinien tue un père de famille israélien ?  |  Les électeurs ont voté Brexit. La classe politique britannique a retardé, bloqué et traîné les pieds. Elle a le culot de dire maintenant que ça fait si longtemps, qu’il faut un autre vote (car les gens n’auraient pas voté comme il faut)  |  Samedi, Israël a abattu à l’aéroport de Damas un boeing cargo iranien chargé d’armes. L’avion avait récemment décollé de Téhéran  |  Pendant la seconde guerre mondiale, les Palestiniens étaient alliés à Hitler. J’ai du mal à comprendre que le fête de l’huma invite une palestinienne qui appelle à terminer le travail d’Hitler  |  Les palestiniens ont applaudi le terroriste qui vient de tuer un père de famille israélien. Les mêmes criminels neo-nazis avaient applaudi 9/11  |  Judée Samarie: Un Israélien grièvement blessé à coups de couteau selon la même méthode et les mêmes “Usual Suspects” qu’à Nîmes la semaine dernière  |  [15/09/2018] Toulouse : un homme tabassé à coups de barre de fer par un Syrien. « Les réfugiés doivent rentrer dans leur pays » dit le Dalai Lama  |  Val-de-Marne : 3 voitures de police incendiées à Limeil après une double interpellation (source Syndicat National des Policiers Municipaux)  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 22 janvier 2018

En Occident, la dérive islamophile de certains prêterait à sourire si elle n’était aussi redoutablement dangereuse.

Si L’Oréal a paradoxalement choisi une Barbie voilée pour illustrer les bienfaits d’un shampoing pour les cheveux, la ville de Dresde a organisé des cours d’initiation à la merveilleuse beauté cachée de la mode pudique islamique.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

(Certains commentateurs anglophones ont célébré avec ironie le choix de la Barbie halal par L’Oréal en parodiant Barbie girl du groupe Aqua).

She’s a Barbie girl in a Muslim world

Life’s fantastic with some plastique.

Come on Barbie, let’s blow Barbie. Allah, Allah

(C’est une Barbie dans un monde musulman, la vie est fantastique avec un peu de plastique, vient Barbie, allons faire exploser Barbie, Allah ! Allah !)

Dirigée par le maire islamophile Dirk Ilbert (FDP), la ville de Dresde a eu la lumineuse idée de sponsoriser un cours d’intégration particulièrement sournoisement orienté. Afin de mieux faire apprécier l’apport tout en finesse et en beauté de la civilisation islamique, sans laquelle, nous les Occidentaux vivrions encore à l’âge des cavernes, l’Université populaire de Dresde (Volkshochschule) organisait le 8 janvier dernier un cours d’initiation au port de la très seyante burka, de l’élégant tchador, du raffiné hijab et autres pimpants voiles islamiques, symboles gracieux de la liberté de la femme musulmane de choisir ses déguisements pour plaire à Allah, le misogyne. Un autre cours sera offert le 11 juin prochain, dirigé par Frau Dr. Verena Böll de l’Université de Hambourg. Encore une féministe occidentale respectueuse du droit de la femme musulmane à décider de quelle prison textile, elle souhaite se revêtir ! Ou comment stimuler le vivre ensemble par la reconnaissance sociale officielle des symboles de l’oppression de la femme musulmane et donner envie à la femme occidentale de succomber à la fashion made in islam !

Le but de cette opération de charme à l’attention des impudiques femmes allemandes était de convaincre ces dernières à s’intégrer à la culture dominante du futur en essayant l’une de ces fabuleuses tenues de la modest fashion ou mode pudique islamique, avec une touche vintage, d’une élégance intemporelle. Les vilains clichés sur les femmes musulmanes voilées, opprimées, soumises relèveraient de la pure stigmatisation de la part d’affreux islamophobes.

Rappelons au passage, sans aucune arrière-pensée, quelques versets coraniques des plus élogieux pour les femmes. De quoi vous donner une envie irrépressible de vous convertir illico presto à cette douce religion d’amour.

Sourate 4:34

Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes Haut et Grand.

Selon le hadith de Bokhari, l’Apôtre d’Allah a dit :

 Ô femmes ! J’ai vu que la plupart des habitants du feu de l’enfer sont des femmes. Je ne connais personne qui soit plus déficient au plan mental et religieux que vous. (1 301,28 ; 2 171)

Le Prophète a dit :

Après moi, je n’ai pas laissé de calamité plus douloureuse pour les hommes que les femmes (Récit de Usama ibn Zaïd, Bokhari 62.33)

L’Apôtre d’Allah a dit :

S’il y a un signe maléfique quelque part, c’est dans la femme, le cheval ou la maison (Récit de Sahl ibn Sad Saidi, Bokhari, 52.111)

Les choses qui annulent les prières ont été mentionnées devant moi : les chiens, l’âne et la femme. (Récit d’Aïcha, Bokhari, 9.490).

Dans les pays musulmans, régis par la charia, les femmes sont obligées de suivre l’élégance intemporelle de la modest fashion sinon elles risquent l’exécution, les coups de fouet ou l’emprisonnement, et ce dans le silence glacial des femmes musulmanes en Occident, adeptes farouches pour certaines de la mode pudique islamique.

Le cours fait l’éloge des différents modèles de vêtements pudiques, de leurs couleurs chatoyantes, de la beauté des tissus. On y explique l’origine et la signification de la burka, du tchador, du niqab, du hijab et on invite les participantes à les essayer, afin de ressentir les sensations de bien-être que ces habits de la vertu procurent à celles qui les portent. Seules les vilaines harpies prétendent que ces vêtements– religieusement imposés par les hommes aux femmes musulmanes, afin d’exalter leur beauté pudique– ne sont en réalité que les symboles de l’oppression de la femme musulmane.

Afin d’attirer de nombreuses Allemandes à cette leçon conviviale d’apartheid islamique et d’oppression joyeuse de la femme, le cours d’intégration des Allemandes à la tradition vestimentaire islamique était évidemment gratuit. C’est un investissement pour le futur : préparer psychologiquement la femme allemande à son bel avenir de femme soumise à Allah dans la future République islamique d’Al-Almani.

Soutenue par les Autorités de la ville, cette banalisation d’une loi de la charia– celle de la domination de l’homme musulman sur toutes les femmes– présentée comme un évènement folklorique festif, relève d’une duperie écœurante, car cela revient à promouvoir la reconnaissance sociale de la charia et à considérer l’oppression d’une moitié de l’Humanité comme un simple fait normal.

Après le cours sur les joyeuses tenues vestimentaires pudiques, va-t-on par la suite expliquer théoriquement comment lapider, décapiter, couper les bras et les jambes, de manière élégante et festive selon la charia, avant de passer à la pratique avec quelques koufars ? Au point où nous en sommes arrivés, rien ne peut plus surprendre !

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : Scharia als Volkshochschulkursus – Stadt Dresden fördert Kurs zum farbenfrohen Burkatragen (PI News)

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz