Quantcast
Publié par Jean Vercors le 29 janvier 2018

Le 27 janvier 2018 célébrait la journée internationale de l’Holocauste.

Quelque part dans le futur de l’histoire, un bâtard se lèvera et affirmera que cela n’est jamais arrivé

Mise à jour : l’information disant que la Grande-Bretagne a supprimé l’enseignement de la Shoah est fausse. C’est un fake, et nous nous en excusons. L’article a été corrigé.

Donald Trump dans un tweet déclarait :

Lors du jour du souvenir de l’Holocauste, nous pleurons et pleurons le meurtre de 6 millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs innocents, et des millions d’autres qui ont péri dans le génocide nazi. Nous nous engageons avec toute notre force et notre détermination : plus jamais ! »

Quand le commandant suprême des forces alliées, le général Dwight Eisenhower, a découvert les victimes des camps de la mort, il a ordonné que des photographies soient prises et que les Allemands des villages environnants soient rassemblés dans les camps pour voir et enterrer les morts.

 » Faites tout ce qui est en possible maintenant –enregistrez-moi tout cela, faite des films– trouvez les témoins– parce que quelque part dans le futur de l’histoire, un bâtard se lèvera et affirmera que cela n’est jamais arrivé. »

Le camp d’Ohrdruf était un camp annexe du camp de concentration de Buchenwald et le premier camp nazi libéré par les troupes américaines.

Lorsque les soldats de la 4e division blindée entrèrent dans le camp, ils découvrirent des amas de corps, certains couverts de chaux, d’autres partiellement incinérés sur des bûchers. L’effroyable nature de leur découverte a conduit Eisenhower à visiter le camp le 12 avril avec les généraux George S. Patton et Omar Bradley. Après sa visite, Eisenhower a télégraphié le message suivant au général George C. Marshall, chef de l’état-major interarmées à Washington, décrivant son voyage à Ohrdruf :

. . . La visite la plus intéressante– quoiqu’horrible– que j’ai rencontrée pendant le voyage fut une visite dans un camp d’internement allemand près de Gotha. Les choses que j’ai vues sont indescriptibles. Pendant que je visitais le camp, j’ai rencontré trois hommes qui avaient été détenus et par une ruse ou une autre avaient réussi à s’évader. Je les ai interviewés avec l’aide d’un interprète. L’évidence visuelle et le témoignage verbal de la famine, de la cruauté et de la bestialité étaient si puissants qu’ils me laissaient un peu malade. Dans une pièce, où s’entassaient vingt ou trente hommes nus, tués par la faim, George Patton n’est même pas entré. Il a dit qu’il serait malade s’il le faisait. J’ai fait la visite délibérément, afin d’être en mesure de donner des preuves de première main de ces choses si jamais, à l’avenir, il se développe une tendance à accuser ces allégations simplement comme de la « propagande ».

« Tout ce qui est nécessaire pour le triomphe du mal, c’est que les hommes bons ne fassent rien » écrit Edmund Burke.

Entre les années 1939 et 1945, l’Holocauste a coûté la vie à des millions de personnes, la plupart ayant été emmenées dans des camps de la mort tels que Auschwitz-Birkenau dans la Pologne occupée par les nazis.

  • On estime que 11 millions de personnes sont mortes durant l’Holocauste.
  • 1,1 million d’entre eux étaient des enfants.
  • Environ 6 millions de victimes étaient juives et les 5 autre millions étaient des Polonais, des Gitans, des homosexuels, des handicapés mentaux et physiques, des syndicalistes, des Témoins de Jéhovah, des Russes, des prêtres et des pasteurs, des résistants et des conjoints non juifs.
  • Sur les 6 millions de juifs, 3 millions étaient polonais. On estime que la population juive de la «solution pré-finale» en Pologne était de 3,3 millions de personnes, et que le nombre de juifs polonais qui ont été exterminés est de 3 millions, soit 90%.
  • En Europe et en Russie, la population juive d’avant l’Holocauste est estimée à 9,5 millions et, après la guerre, 3,8 millions.

Les nazis emprisonnèrent leurs victimes dans des camps de concentration, allant des camps de travail où ils contraignirent les prisonniers à des travaux forcés– soutenant généralement les efforts de guerre nazis– à des camps d’extermination où ils assassinèrent des juifs et d’autres personnes qu’ils jugeaient superflues.

Le plus grand camp d’extermination fut Auschwitz-Birkenau en Pologne occupée par les nazis. Il fut établi en 1942. Les SS y gazaient jusqu’à 6000 juifs par jour. On estime que plus d’un million de personnes ont perdu la vie dans ses murs.

  • Le nombre de morts pour le camp d’extermination Treblinka était de 870 000,
  • Belzec, 435 000,
  • Sobibor, 200 000,
  • Chelmno, 150 000,
  • et pour Majdanek, 78 000.

Tous ces camps de la mort étaient basés dans ce qui est maintenant la Pologne, mais étaient occupés par les nazis.

Ce ne sont pas seulement des chiffres. Chacun est un être humain avec une histoire, un passé, une famille, des souvenirs, des amis, des émotions, des rêves, une éducation et une culture, qui a souffert comme vous ne souffrirez jamais et a perdu sa vie de la façon que vous ne pouvez pas imaginer.

Se souvenir de ceux qui ont été assassinés parce qu’ils étaient juifs– et peu importe s’ils étaient religieux ou laïques, pratiquants ou militants, incroyants ou anti-juifs– ne consiste pas seulement à les honorer, à honorer leur famille et à faire en sorte que les victimes ne soient jamais oubliées. C’est aussi pour combattre ceux qui nient de telles atrocités– ils sont faciles à détecter : ce sont ceux que vous entendez se plaindre qu’on « parle trop de la Shoah », autant que ceux qui nient ou minimisent. C’est le point de départ de ce genre d’horreurs. Dénoncer, attaquer ceux qui nient l’Holocauste est une chose que vous pouvez faire pour aider, ainsi qu’assister aux événements qui se déroulent à travers le monde pour rendre hommage aux vies perdues.

Plus que jamais, avec l’Iran, parmi d’autres, qui affirment que l’Holocauste est «un mythe», il est impératif de s’assurer que le monde n’oublie jamais.

Ces photos ont été prises en Allemagne par James Emison Chanslor, un sergent-major de l’armée qui a servi pendant la Seconde Guerre mondiale de 1942 à 1945.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz