Publié par Magali Marc le 31 janvier 2018

Dernièrement NGO Monitor et le Comité de rédaction du New York Post ont publié des articles démontrant le biais anti-israélien d’Aministie Internationale qui était considérée, il y a vingt ans, comme une organisation respectable de défense des droits humains.

« Le Centre des droits de l’homme d’Amnesty International de Grande-Bretagne avait organisé un débat devant avoir lieu le 24 janvier entre Hillel Neuer de UN Watch et Fred Carver de l’Association des Nations Unies, et qui devait être animé par le défenseur des droits de l’homme et membre du conseil de Yahad, Danny Friedman.

L’événement était parrainé par le Conseil du leadership juif du Royaume-Uni.

Quelques jours avant l’événement, cependant, Amnesty-UK a brusquement annulé l’événement au motif que l’organisation ‘mène une campagne pour que tous les gouvernements du monde interdisent l’importation de biens produits dans les colonies israéliennes illégales. Nous ne pensons donc pas qu’il soit approprié qu’Amnesty International organise un événement de la part de ceux qui soutiennent activement de telles colonies.’

Amnesty n’a apporté aucune preuve de ses affirmations selon lesquelles les groupes et les intervenants impliqués « soutiennent activement ces colonies ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’est le dernier d’une série d’incidents impliquant l’extrême hostilité d’Amnesty-UK envers Israël et la communauté juive britannique. Cela cadre avec le rôle principal d’Amnesty dans les campagnes de démonisation et de guerre politique contre Israël, qui comprend son soutien au mouvement BDS et aux batailles juridiques contre l’État hébreu.

Par exemple, en avril 2015, Amnesty-UK a souligné son hypocrisie et sa banqueroute morale en rejetant une campagne contre l’antisémitisme au Royaume-Uni. Lors de l’assemblée générale annuelle 2015 d’Amnesty-UK, 16 des 17 motions ont été adoptées. La seule proposition de résolution qui a été rejetée appelle Amnesty UK à mener une « Campagne contre l’antisémitisme au Royaume-Uni », ainsi qu’à « faire pression sur le gouvernement britannique pour lutter contre la montée des attaques antisémites en Grande-Bretagne» et à « surveiller l’antisémitisme de près». Selon la motion, « ni l’AI-UK ni le Secrétariat international [d’Amnesty International] n’ont entrepris de travaux de recherche ou de campagne portant spécifiquement sur l’antisémitisme au Royaume-Uni ».

Un autre indicateur majeur est constitué par les nombreuses plaintes déposées par des groupes juifs basés au Royaume-Uni contre Krystian Benedict, responsable de la campagne d’Amnesty-UK Crisis & Tactical, pour avoir tenu des propos antisémites. Amnesty-UK a, à plusieurs reprises, tout simplement ignoré la preuve détaillée qui lui a été présentée.

Par exemple, lors d’une interview du 9 février 2011 avec Labor Friends of Palestine, Benedict a déclaré:

« Les États-Unis se servent des côtés arabe et israélien pour générer de l’argent, du pouvoir et du contrôle. Leurs principales raisons sont les suivantes:

Le commerce des armes: le conflit fait faire beaucoup d’argent au commerce des armes. Israël s’arrange pour que tous les États arabes environnants comme la Syrie et le Liban ne se sentent pas en sécurité. Ensuite ils achètent des armes à d’autres États ce qui génère de gros profits.

Israël est maintenant inclus dans la liste des régimes dictatoriaux stupides qui abusent des droits universels fondamentaux des peuples – avec la Birmanie, la Corée du Nord, l’Iran et le Soudan, son gouvernement a la même attitude aveugle envers les êtres humains …. En outre, il semble que beaucoup de membres de la coalition actuelle soient animés d’un sentiment de suprématie ethnique.

Je suis également d’accord avec le sentiment qu’a exprimé le juge Richard Goldstone dans son rapport d’enquête de l’ONU de 2009: ‘Le traitement de la Falestine est destiné à punir, humilier et terroriser (les Falestiniens)’.»

  • Un Tweet de Benedict contenait également des déclarations antisémites. En novembre 2012, il a tweeté :

« Louise Ellman, Robert Halfon et Luciana Berger entrent dans un bar … chacun commande une série de B52s … #Gaza» – qualifiant de « bellicistes» trois députés juifs.

  • En novembre 2014, par exemple, Benedict a posté un tweet comparant Israël à l’État islamique, affirmant que « la réponse des régimes israéliens à notre rapport sur Gaza c’est qu’Amnesty est un outil de propagande pour le Hamas et d’autres groupes terroristes».

Le hashtag Twitter « #JSIL» signifie «État juif au Levant » et vise à comparer Israël et le judaïsme avec l’organisation terroriste internationale ISIL (ISIS), impliquant que les activités d’Israël sont assimilables aux exécutions publiques de masse et aux décapitations effectuées par ISIS et que le judaïsme est l’équivalent de la forme extrême de la religion promue par l’État islamique.

  • Le 6 avril 2012, Benedict a tweeté « What must be said », le poème de Günter Grass en anglais (http://j.mp/HPzT4Y # israel #Iran #hypocrisy). Dans ce poème, Grass qualifie Israël de menace pour la paix mondiale. Le poème a suscité beaucoup d’indignation, en particulier en Israël et en Allemagne, et a été généralement reconnu comme étant antisémite.

Les événements d’Amnesty-UK visant à commémorer l’Holocauste minimisent ou ignorent de manière inquiétante la souffrance juive. L’événement prévu pour célébrer le jour du Souvenir de l’Holocauste le 27 janvier 2018 a lieu dans une église et se concentre sur les groupes ayant « souffert et sont morts lors de génocides commis par les nazis contre les juifs et d’autres groupes ; et des génocides au Cambodge, au Rwanda, en Bosnie, au Darfour et au Myanmar. Nous marquerons le Jour du souvenir de l’Holocauste en déclarant que nous nous opposons aux préjugés et au racisme d’aujourd’hui.»

Un événement du 29 juillet 2015 portant sur l’Holocauste était intitulé « Souvenons-nous des Projamos, l’Holocauste des Roms ».

Le Centre Human Rights Action d’Amnesty-Royaume-Uni a été utilisé régulièrement comme plate-forme pour promouvoir le mouvement antisémite BDS et les activistes marginaux sur Israël. (…)

Amnesty-UK fait taire les voix d’Israël qui ne sont pas extrémistes, accepte celles ouvertement et militairement favorables au BDS, et refuse de s’attaquer au problème de l’antisémitisme au Royaume-Uni et dans son propre bureau.

Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles cette ONG autrefois honorable a perdu toute crédibilité ou capacité à revendiquer le titre de défenseur des droits de l’homme. [1]

[1] Ce n’est pas la première fois qu’une branche d’Amnesty International annule un événement parce qu’il n’est pas suffisamment anti-israélien. Selon l’éminent professeur de droit Alan Dershowitz et des étudiants de l’université Columbia, Amnesty-USA a forcé la section d’Amnesty Columbia à annuler un événement mettant en vedette Dershowitz, pour lequel le groupe avait déjà annoncé et vendu des billets. Amnesty International Columbia a annulé l’événement, laissant l’organisation de l’événement à un groupe de défense israélien sur le campus. Voir Alan Dershowitz, «Comment Amnesty International réprime la liberté d’expression», Jerusalem Post, 11 novembre 2014, (jpost.com) »

*****************************

Amnesty International montre encore une fois son préjugé anti-israélien
Le comité de rédaction du New York Post, 27 janvier

Selon Amnesty International, « communiquer entre nous et s’exprimer librement est essentiel pour vivre dans une société ouverte et juste », exception faite, semble-t-il, de ceux qui ne sont pas d’accord avec la politique de l’organisation.

Cela est apparu évident la semaine dernière lorsque l’organisation a annulé – presque au dernier moment – un débat concernant l’obsession (anti-israélienne) du Conseil des droits de l’homme de l’ONU devant se tenir à son siège de Londres.

Officiellement, l’excuse était qu’Amnesty soutient la campagne anti-israélienne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), et qu’« il serait inapproprié [pour nous] d’accueillir un événement de la part de ceux qui soutiennent activement les colonies juives en Cisjordanie.»

AI désignait spécifiquement le groupe de surveillance UN Watch – dont le directeur exécutif extrêmement efficace, Hillel Neuer, devait débattre contre un défenseur pro-onusien.

Pire encore, Amnesty a soudainement affirmé que le fait de permettre à Neuer d’apparaître dans son édifice mettrait en danger le travail de ses collaborateurs sur le terrain.

Ce qui signifiait probablement que certains de ses partisans fortunés avaient soulevé des objections. Ou peut-être que le groupe a simplement craint de faire face à l’embarras potentiel d’organiser un débat dans lequel Neuer était sûr de l’emporter.

Rien d’étonnant à cela: Amnesty International a une longue histoire d’opposition à la politique israélienne – mais, pire encore, elle traite l’État juif selon un deux poids deux mesures qui devrait lui permettre d’accéder au membershhip du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Amnesty, comme tous les gauchistes a un intérêt obsessionnel et déséquilibré contre Israël. L’organisation publie régulièrement des rapports dénonçant les actions israéliennes tout en ignorant les attaques terroristes palestiniennes – y compris les tirs de missiles – qui les provoquent.

Elle a exigé qu’Israël – mais pas le Hamas – soit poursuivi pour crimes de guerre. Et ses «collaborateurs sur le terrain » n’ont parlé que d’une seule personne ayant servi de «bouclier humain» contre les troupes israéliennes.

Amnesty International a échoué depuis longtemps à se maintenir à la hauteur de son propre battage médiatique. Peut-être que ses collaborateurs devraient reporter le débat à une date ultérieure et ensuite rester pour le regarder.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous