Publié par Gaia - Dreuz le 15 janvier 2018

Le journaliste israélien, Tsvika Yehezkeli, spécialiste des documentaires dits “d’infiltration” a été accompagné en France par Jean-Paul Ney au coeur des mosquées qui prèchent le djihad. On y voit Samy Debah, un responsable associatif et ex-candidat aux législatives accepter des fonds d’une organisation djihadiste.

Tout d’abord parler arabe. Pour Tsvika Yehezkeli, c’est une formalité. Citoyen israélien, arabisant de langue maternelle, spécialiste incontesté des infiltrations à risque dans les milieux musulmans extrémistes, Tsvi pousse à l’excellence du détail : Le Coran, les textes, les réseaux, les accents, les tics, les heures de prières avec cette alarme-muezzin sur son smartphone et ses cinq prières quotidiennes.

Pour cette investigation et infiltration à haut risque, Tsvi et ses équipes ont forgé une vrai-fausse identité, celle d’un aîné, Abou Hamza, un richissime cheikh du Moyen-Orient qui vient distribuer son argent pour aider ses frères en occident et dans d’autres pays musulmans afin d’y propager la pensée islamiste, celle du djihad, sous couvert de dons à la communauté.

Voici le teaser qui circule déjà sur les médias sociaux.

La suite de l’article sur Leweek.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous