Publié par Gaia - Dreuz le 30 janvier 2018

C’est une découverte pour le moins inquiétante que viennent de faire des policiers en démantelant un réseau de trafiquants de drogue.

Les policiers de l’antenne de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) de Marseille cherchent toujours à comprendre comment et pour quelles raisons des trafiquants d’une cité du 13e arrondissement de la ville se sont procuré des armes de guerre d’une redoutable puissance.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En investissant un immeuble de la cité du Petit Séminaire, implantée dans les quartiers nord de la ville, le 15 janvier dernier, 150 policiers, mobilisés pour cette vaste opération, ont interpellé 13 personnes soupçonnées de se livrer à un intense trafic de résine et d’herbe de cannabis capable de fournir entre 300 et 400 clients par jour. Deux autres complices ont été arrêtés, ce mercredi 24 janvier. Neuf suspects ont finalement été placés en détention provisoire.

En fouillant plusieurs appartements squattés et servant de lieu de stockage pour la drogue, les enquêteurs de l’OCRTIS ont saisi près de 10 kilos de résine, 150 grammes de marijuana, un fusil d’assaut kalachnikov, un fusil 22 Long-Rifle, un pistolet automatique, plus de 600 munitions et près de 4 000 euros en argent liquide.

Une plantation « en appartement » d’herbe de cannabis en cours de pousse a également été découverte dans un logement.
Armes de guerre

Mais les policiers de l’OCRTIS ont surtout mis la main sur cinq grenades antichars et sept grenades antipersonnel, dissimulées dans un simple sac. Des armes de guerre d’une rare puissance destructrice…

« C’est la première fois que, dans une affaire de stups, on saisit ce genre d’armes à Marseille, confie une source proche de l’affaire. Nous avons établi qu’elles provenaient d’ex-Yougoslavie et qu’elles pouvaient être utilisées avec un fusil d’assaut kalachnikov, équipé d’un adaptateur. En revanche, on ne sait pas ce que les trafiquants envisageaient de faire avec ces grenades. Si vous tirez sur une voiture ou sur quelqu’un, il n’en restera plus que des confettis. Même sur un fourgon blindé, les dégâts seraient considérables. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

En 2016 déjà, la police avait démantelé un premier réseau de trafiquants dans cette cité très délabrée et principalement occupée par des familles de gitans sédentarisés. À l’époque, les enquêteurs avaient saisi un fusil d’assaut kalachnikov et un Famas, fusil d’assaut utilisé par l’armée française.

« Ce plan stups de la cité du Petit Séminaire pouvait rapporter entre 10 000 et 15 000 euros de chiffre d’affaires par jour, estime un enquêteur. Le démantèlement de ce réseau nous a aussi permis de constater que l’herbe de cannabis est de plus en plus consommée et pourrait, à terme, supplanter la résine. »

Source : Lepoint.fr

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous