Publié par Jean Vercors le 4 février 2018

 » La seule chose nécessaire pour le triomphe du mal est que les hommes de bien ne fassent rien. »– Edmund Burke.

Le sultan turc est pire que Daesh dans la cruauté, c’est un terroriste en costume qui reçoit les chefs d’État sur un tapis rouge teinté du sang kurde.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Kurdes combattent depuis des mois l’Etat Islamique pendant qu’Erdogan pactise avec eux. Les Kurdes veulent désespérément la liberté et leur indépendance – pourquoi le monde libre ne les soutient-il pas ?

Une attaque turque brutale contre les Kurdes.

Je n’ai pas de mots pour dire l’impuissance et à la tristesse que je ressens en voyant cette vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, avec tous ces civils innocents tués. Et le monde qui sait si bien faire la morale à Israël, se tait face à cette barbarie. C’est plus qu’honteux, c’est abject.

Depuis plusieurs jours, l’aviation turque pilonne Afrin, un village Kurde près de la frontière turque.

L’offensive militaire transfrontalière de la Turquie contre les résistants kurdes soutenus par les Etats-Unis a conduit les civils vivant dans l’enclave syrienne du nord-ouest à la clandestinité. Selon les Nations Unies, 16 000 personnes ont été déplacées par les combats, ce qui a été ponctué par des frappes aériennes et des bombardements incessants.

Afrin subit des frappes aériennes turques depuis le 20 janvier, date à laquelle Ankara a lancé l’Opération « Branche d’olivier » pour anéantir le PKK, mouvement de résistance kurde, le PYD, parti d’union démocrate kurde syrien, et les militants de l’Etat islamique de la région située le long de sa frontière.

Opération « Branche d’Olivier » ? Quelle honte !

Premièrement, étant donné qu’Ankara considère les YPG, l’Unité de protection du peuple, comme une organisation terroriste, il est difficile de comprendre comment la Turquie pourrait donner un nom de code aussi manifestement trompeur à ce qui constitue une incursion militaire. Encore une fois, la tromperie fait partie intégrante d’Erdogan. Plus important encore, en lançant une opération aérienne et terrestre contre les YPG, la Turquie a gravement violé l’intégrité territoriale d’une nation étrangère.

Il est également important de noter que les YPG reçoivent un soutien militaire direct des américains dans leur combat contre l’État islamique (IS, anciennement ISIS), ce qui rend l’opération d’Erdogan non seulement très risquée, mais assez loin de toute branche d’olivier, symbole de la paix. Il a été rapporté que des dizaines de civils ont été tués et environ 5 000 déplacés depuis le début des frappes aériennes et l’envoi de blindés par Ankara.

Les Kurdes ne méritent pas de couverture médiatique, il ne sont pas « Palestiniens » ou Rohingyas en Birmanie.

Les Kurdes, un vrai peuple avec une langue, une culture et un territoire

Je me souviens du commandant afghan Massoud, surnommé le «Lion du Pandjchir». Il était venu en 2001 s’entretenir avec des Eurodéputés au parlement européen pour parler de la situation dans son pays. Il dénonçait al Qaïda et les talibans, et sollicitait une aide financière pour répondre aux nécessités des familles fuyant le régime. L’Europe l’a lâché. Il fut assassiné deux jours avant les attentats du 11 septembre 2001.

L’Union européenne, toujours la première à condamner Israël, ou étiqueter ses tomates en provenance de Judée ou Samarie, a exprimé en septembre 2017 son opposition à un référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien, qualifiant le vote à venir de « contre-productif ». Le dirigeant kurde irakien Massoud Barzani et des représentants des partis politiques de la région ont déclaré le référendum comme « historique ».

Après le référendum kurde de septembre 2017, les puissances occidentales et régionales ont exprimé leur opposition au résultat du vote, mais les responsables kurdes irakiens ont insisté sur le fait que le référendum irait de l’avant comme prévu. « L’Union européenne réitère son soutien indéfectible à l’unité, à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Irak », avait déclaré Federica Mogherini, chef de la politique étrangère de l’UE.

« Les actions unilatérales, telles que le référendum proposé, sont contre-productives et doivent être évitées. » L’UE reconnaît qu’il y a « des questions en suspens entre Erbil et Bagdad qui doivent être résolues », a-t-elle ajouté, appelant au dialogue qui conduit à une « solution mutuellement convenue basée sur la pleine application des dispositions de la Constitution irakienne ».

Blablabla et reblablabla depuis le traité de Sèvres en 1919, qui prévoyait la création d’un Etat kurde.

En mars 2016, les États européens et la Turquie ont convenu qu’en 2016 et 2017, l’Union Européenne verserait à Ankara un total de 3 milliards d’euros pour un régime d’aide aux réfugiés. Le financement fait partie d’un accord de rapatriement dans lequel les réfugiés et les migrants doivent être renvoyés de Grèce vers la Turquie. Alors qu’ils continuent d’affluer vers l’Europe par milliers. Une belle arnaque turque.

C’est pourquoi l’Occident devrait soutenir les Kurdes dans leur quête d’indépendance dans la région kurde autonome et quasi souveraine au nord de l’Irak, zone la plus pacifique de la région. Dans une région où l’Occident commence seulement à apprendre les leçons sanglantes du passé, le maintien d’une présence forte et modérée est primordial pour la stabilité.

Le Kurdistan serait un allié fiable dans une région hostile, car le Kurdistan réduirait la dépendance de l’Occident vis-à-vis de la Russie pour ses besoins énergétiques, et parce que l’Europe prouverait ainsi qu’elle est sérieuse pour étendre les droits de l’homme et la démocratie au reste du monde.

Éviter les conflits avec la Turquie

Le 25 janvier 2018, la Turquie a exhorté les Etats-Unis à cesser leur soutien aux combattants des YPG kurdes sauf à risquer d’affronter les forces turques sur le terrain en Syrie. Certains commentaires d’Ankara laissent même un risque d’affrontement potentiel avec l’OTAN dont la Turquie est membre.

Le général Joseph Votel de l’US Central Command, a déclaré que les Etats-Unis font « tout ce qu’elles peuvent » pour éviter une confrontation avec la Turquie en Syrie. Les responsables américains ont également noté que le président Donald Trump a parlé directement du conflit avec Erdogan et que le gouvernement américain exhorte publiquement la Turquie à limiter son fonctionnement. Les officiels Kurdes disent qu’ils ne s’attendent pas à ce que les Etats-Unis entrent en guerre avec la Turquie ou envoient des troupes à Afrin.

Les États-Unis comptent environ 2 000 soldats en Syrie, officiellement dans le cadre d’une coalition internationale menée par les États-Unis contre l’État islamique. Washington a irrité Ankara en fournissant des armes, une formation et un soutien aérien aux forces kurdes syriennes que la Turquie considère comme terroristes.

La bravoure des Kurdes a été ignorée par l’Occident pendant trop longtemps

Les rêves kurdes d’établir une patrie indépendante ont prospéré depuis l’Empire ottoman et se sont poursuivis malgré la trahison de la cause kurde à la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque les puissances victorieuses ont décidé de diviser les territoires kurdes entre les nouveaux États de Turquie, Syrie et Irak.

C’est lors de la conférence de Paix de Paris (1919) que se décida le sort des Kurdes. En 1920, le Traité de Sèvres prévoyait la division de l’Empire ottoman et évoquait notamment la possible autonomie des provinces kurdes avec à terme, la création d’un État kurde indépendant. Cependant, en 1923, le Traité de Lausanne, signé après le refus du précédent traité par Mustafa Kemal, revint sur cette autonomie.

Le village Kurde d’Afrin se trouve depuis une semaine sous les bombardements massifs de l’armée turque. Aujourd’hui en Syrie, les Kurdes sont les principales victimes d’un jeu d’alliances contradictoires qui les prend en étau.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, loin de condamner cette attaque barbare et dangereuse du gouvernement turc, reprend la rhétorique d’Erdogan en amalgamant le PKK (parti des travailleurs du Kurdistan) à une organisation terroriste.

Les Kurdes syriens ont réagi avec rage aux vidéos montrant des rebelles soutenus par la Turquie mutilant et filmant le corps d’une combattante kurde violée et assassinée. La jeune femme, Barin Kobani, a rejoint l’unité des femmes du YPJ en 2015 et combattait les Turcs dans le nord-ouest de la Syrie lorsqu’elle a été tuée. 

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz