FLASH
[23/02/2019] Situation tendue à la frontière du Venezuela et de la Colombie. 3 gardes nationaux ont brisé le blocus avec leurs tanks et fait défection  |  #ActeXV des #giletsjaunes : deux figures iséroises du mouvement interpellées à l’aube – vive la liberté, l’égalité et la fraternité  |  Effet Trump : la stratégie gagnante d’un grand président : Lors de la réunion dans le Bureau oval, les Chinois se sont engagés à acheter 10 millions de tonnes métriques supplémentaires de soja américain  |  L’envoyé du Canada Kelly Knight Craft est nommé ambassadeur des États-Unis à l’ONU par Trump  |  3e mois: Les #Giletsjaunes résistent à Paris, Bordeaux, Rennes, Toulouse, Clermont-Ferrand et ce sont les juifs qui prennent  |  [22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 8 février 2018

Cela ne cesse pas. La grande presse française cultive une haine anti-Trump depuis le jour où, en juin  2015, Donald Trump a présenté sa candidature à l’élection présidentielle américaine. Et depuis que Donald Trump est devenu Président, cela n’a fait que s’accentuer.

La grande presse française n’est pas seule. Les émissions de divertissement contribuent.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il suffit, désormais, sur un plateau de télévision de citer le nom, Donald Trump, pour que des ricanements émergent et que des insultes fusent.

Un présentateur a pu aller jusqu’à proférer un appel au meurtre contre Trump sans susciter de réprobation.

Tenter de tenir un propos plus nuancé sur le sujet conduit immédiatement à des réprobations et a des questions venues d’un grand inquisiteur collectif invisible, mais omniprésent.

Il n’y a, ce doit être souligné, rien eu de tel dans l’histoire récente concernant un Président américain.

Ronald Reagan, en son temps, avait été traité d’imbécile et d’acteur raté, et nombre de commentateurs ne comprennent toujours pas pourquoi il est considéré aux États-Unis comme un très grand Président et comme un homme qui a changé le cours du monde pour le meilleur.

George Walker Bush a été présenté comme un crétin alcoolique et un fasciste.

Mais, avec Donald Trump, c’est infiniment pire.

Ce qu’il y a d’absolument malsain en tout cela est qu’il n’y a aucune base rationnelle, logique, factuelle pour fonder en quoi que ce soit la haine disséminée : ce qui se passe constitue un remplacement de l’information par la désinformation et par la propagande la plus vile.

Et il est scandaleux que des gens dont le métier est d’informer se livrent sans retenue à la désinformation et que des gens dont le métier est de divertir se transforment en propagandistes insidieux.

C’est ce que font les uns et les autres sur un nombre croissant de sujets, je le sais bien. Il n’empêche.

L’incitation à la haine, légitimement condamnée lorsqu’elle s’exerce vis-à-vis d’autres personnalités, se donne là libre cours.

Plus délétère encore : derrière la désinformation et la propagande concernant Donald Trump, c’est, en réalité, une opération de désinformation et de propagande xénophobe contre le peuple américain lui-même qui se trouve engagée.

Des gens qui passent leur temps à dénoncer la xénophobie l’exercent sans retenue, dès lors qu’il s’agit des millions d’Américains qui ont voté Donald Trump, et qui sont, comme lui, traités par eux d’ignorants (il peut même y avoir une dimension raciste dans certains articles, puisque les électeurs de Trump y sont qualifiés de « petits blancs »).

Sous la désinformation et la propagande concernant Donald Trump, il y a aussi une volonté de diaboliser la politique américaine, et une volonté symétrique d’exonérer, sans le dire explicitement, des régimes politiques criminels. Cette exonération est particulièrement sournoise.

Kim Jong-Un menace le monde et traite abominablement les Nord-coréens, mais, dès que Donald Trump, au nom des États-Unis, adopte une attitude de ferme dissuasion, c’est Donald Trump, qui se trouve dénigré, et en conséquence, la ferme dissuasion qu’il exerce.

Et ce qui se passe concernant Kim Jong-Un se retrouve lorsqu’il s’agit du régime iranien.

Nombre de commentateurs semblent avoir davantage de mansuétude pour le régime nord-coréen et le régime des mollahs que pour la démocratie américaine.

Ou, pour le moins, ils paraissent considérer que c’est la fermeté à l’égard de ces régimes qui constitue un danger, et non ces régimes eux-mêmes.

Ce qu’il y a de plus sournois encore est que la désinformation et la propagande contre Donald Trump visent (consciemment ou non) à empêcher de comprendre l’ère en laquelle nous sommes.

Le monde aujourd’hui est très instable.

La puissance américaine a été gravement détériorée pendant les années Obama, ce qui a donné un appétit de destruction aux ennemis de l’Occident.

Donald Trump s’efforce de rétablir la puissance américaine. Seule celle-ci aujourd’hui a les moyens et la volonté de résister aux ennemis de l’Occident. Ni la France telle qu’elle est gouvernée, ni l’Europe n’ont la volonté et les moyens requis.

Suggérer que c’est Donald Trump, le dictateur et le psychopathe dangereux équivaut à aider les réels dictateurs et psychopathes dangereux.

© Guy Millière

Adapté d’un article publié sur les4verites.com

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :