FLASH
[22/02/2018] Attentat-suicide près du complexe de l’ambassade des États-Unis au Monténégro  |  [21/02/2018] Cauchemar absolu pour BDS : Intel investi 5 milliards de dollars pour ouvrir une usine en Israël  |  Mali: 2 soldats français ont été tués par des islamistes, en sautant sur une bombe artisanale  |  [20/02/2018] Danemark : Le suspect qui a attaqué un couple à la hache a été arrêté – oups! C’est encore un musulman  |  Effet Trump : La confiance des petites entreprises atteint un sommet record début 2018 après la victoire de la réforme fiscale de Trump  |  La nuit dernière, Tsahal a arrêté 7 terroristes musulmans en Judée-Samarie, recherchés pour implication dans des attaques terroristes et des violents troubles contre des civils et le personnel de sécurité  |  [19/02/2018] Logique : Israël supprime les subventions de l’Etat à un théâtre arabe anti-israélien de Haifa  |  En ½ siècle, le monde est passé de 75% à 9% de la population qui vit dans l’extrême pauvreté  |  Russie : L’Etat islamique revendique l’attentat dans une église du Dagestan qui a fait 5 morts  |  [18/02/2018] Une roquette vient d’être tirée depuis Gaza vers Israël. Les sirènes ont été déclenchées à Sderot et Sha’ar Hanegev  |  Judée Samarie : un terroriste islamiste palestinien muni d’un fusil automatique arrêté devant un tribunal militaire  |  Russie : Un homme ouvre le feu à la sortie d’une église au Daguestan. Au moins 4 morts et 4 blessés  |  Comment dire ça aux médias sans déclencher des crises d’apoplexie : Macron en baisse de 6 points dans les sondages. Trump en hausse de 3 points  |  [17/02/2018] Une roquette tirée depuis Gaza dans le sud d’Israël a atteint une maison d’Ohr Haner, et s’est coincée sur le toit, aucun blessé  |  Plusieurs sirènes ont été activées ce soir au sud d’Israël, forçant les gens d’environ 10 communautés à se réfugier dans les abris – tout ça parce que les Arabes passent leur temps à chercher à tuer des juifs  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 12 février 2018

Le documentariste Gilles Perret a suivi pendant près de deux mois le leader de la France insoumise totalement soumis à l’idéologie communiste, lors de la dernière campagne présidentielle. Jean-Luc Mélenchon y apparaît tour à tour affable, confiant et déçu par l’issue de la présidentielle.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Tribun du peuple, chef de parti, ancien socialiste en rupture avec sa famille politique… Qui est Jean-Luc Mélenchon ? Gilles Perret lève une partie du voile sur le leader de la gauche de la gauche dans « L’Insoumis », un documentaire qui sortira le 21 février dans les salles de cinéma, et dont une version raccourcie a déjà été diffusé sur Public Sénat en août. Le réalisateur, déjà auteur de deux documentaires sur le Conseil national de la résistance et la Sécurité sociale, promène un regard bienveillant sur le patron de la France insoumise qu’il a suivi dans les derniers mois de la campagne présidentielle. L’ancien sénateur socialiste y apparaît sûr de ses chances de se qualifier au second tour, puis extrêmement déçu de son élimination.

Il se voyait au second tour

Dans l’une des scènes les plus marquantes du documentaire, le leader de la France insoumise assiste aux résultats du premier tour de la présidentielle dans une minuscule chambre d’auberge de jeunesse parisienne, près de la gare de l’Est. Rideaux tirés, dans la pénombre, Jean-Luc Mélenchon reçoit les premiers retours des instituts de sondages, entouré de son premier cercle. Ils sont mauvais. Le candidat de la gauche de la gauche est distancé par Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon. Mais il n’en démord pas : le vote des grandes villes peut encore faire basculer le rapport de forces en sa faveur. Quelques minutes plus tôt, il a harangué ses troupes : « Je pense que ça va le faire. Préparez-vous, soyez forts et dignes, et rappelez-vous que l’on ne représente pas une secte mais le peuple français ».

A 20 heures, le couperet tombe : TF1 donne un second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Incrédulité du leader de la France insoumise. « Moi j’y croirai quand le ministre de l’Intérieur l’aura confirmé », se renfrogne-t-il. Une amertume à la hauteur des espoirs suscités par la campagne du tribun de la gauche. Porté par des bons sondages et l’effondrement de la candidature socialiste de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon y aura cru jusqu’au bout. Quelques jours avant le premier tour, il s’ouvre au documentariste : « Si on est pas au deuxième tour, il va y avoir beaucoup de monde de déçu, moi aussi d’ailleurs. Je me suis tellement fait à l’idée maintenant ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Source : Challenges.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz