FLASH
[20/05/2018] Le Président Trump vient de demander officiellement une enquête pour savoir si le FBI et le département de la Justice d’Obama ont placé une taupe dans sa campagne présidentielle  |  [19/05/2018] Fusillade de Santa Fe : des photos nazis sur l’ordinateur de l’auteur de la tuerie (10 morts, 10 blessés)  |  [18/05/2018] Santa Fe : la tuerie de l’école a été arrêtée grâce à un professeur armé, comme Trump l’avait proposé : rien ne protège mieux des armes que les armes  |  Syrie : Les médias arabes affirment que l’explosion est une attaque israélienne sur des missiles utilisés par le Bavar-373, la version iranienne du système de défense antimissile russe S-300  |  Syrie : multiples explosion dans des dépôts d’armes à Hama près de l’aéroport militaire  |  Santa Fe, Texas : fusillade dans une école, 9 morts. Motif inconnu. Tueur arrêté  |  Attentat « à l’explosif ou au poison (à la ricine) » évité selon Gérard Collomb. 2 frères égyptiens arrêtés. Ils étaient surveillés sur Telegram. Quand le gouvernement protège les citoyens, on applaudi  |  Médias complices des morts de Gaza : le Hamas, heureux des condamnations par les médias, veut encore plus de morts, et prépare une autre journée d’émeutes  |  « A votre enterrement, l’Etat n’envoie pas des fleurs, mais une sommation d’impôts de succession à payer »  |  Après les aveux d’un chef du Hamas que les morts étaient des combattants, la presse de gauche américaine accuse le Hamas de commettre des « sacrifices humains »  |  [17/05/2018] Qui a inventé les attentats suicides ? Les Palestiniens ou les Iraniens ?  |  Une unité des «mistaravim (commando de Tsahal spécialisé dans le déguisement pour mieux infiltrer les communautés Arabes), se rendent sur un Campus Universitaire de Naplouse et kidnappe un terroriste recherché  |  Sirènes d’alarme dans le Golan: fausse alarme  |  Une plainte a été déposée par nos amis du @bnvca contre Le patron de RIVAROL. La condamnation de cette saloperie de Jérôme Bourbon serait une bonne nouvelle  |  Israël : alerte tir de roquette sur le Golan  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 12 février 2018

Le documentariste Gilles Perret a suivi pendant près de deux mois le leader de la France insoumise totalement soumis à l’idéologie communiste, lors de la dernière campagne présidentielle. Jean-Luc Mélenchon y apparaît tour à tour affable, confiant et déçu par l’issue de la présidentielle.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Tribun du peuple, chef de parti, ancien socialiste en rupture avec sa famille politique… Qui est Jean-Luc Mélenchon ? Gilles Perret lève une partie du voile sur le leader de la gauche de la gauche dans « L’Insoumis », un documentaire qui sortira le 21 février dans les salles de cinéma, et dont une version raccourcie a déjà été diffusé sur Public Sénat en août. Le réalisateur, déjà auteur de deux documentaires sur le Conseil national de la résistance et la Sécurité sociale, promène un regard bienveillant sur le patron de la France insoumise qu’il a suivi dans les derniers mois de la campagne présidentielle. L’ancien sénateur socialiste y apparaît sûr de ses chances de se qualifier au second tour, puis extrêmement déçu de son élimination.

Il se voyait au second tour

Dans l’une des scènes les plus marquantes du documentaire, le leader de la France insoumise assiste aux résultats du premier tour de la présidentielle dans une minuscule chambre d’auberge de jeunesse parisienne, près de la gare de l’Est. Rideaux tirés, dans la pénombre, Jean-Luc Mélenchon reçoit les premiers retours des instituts de sondages, entouré de son premier cercle. Ils sont mauvais. Le candidat de la gauche de la gauche est distancé par Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon. Mais il n’en démord pas : le vote des grandes villes peut encore faire basculer le rapport de forces en sa faveur. Quelques minutes plus tôt, il a harangué ses troupes : « Je pense que ça va le faire. Préparez-vous, soyez forts et dignes, et rappelez-vous que l’on ne représente pas une secte mais le peuple français ».

A 20 heures, le couperet tombe : TF1 donne un second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Incrédulité du leader de la France insoumise. « Moi j’y croirai quand le ministre de l’Intérieur l’aura confirmé », se renfrogne-t-il. Une amertume à la hauteur des espoirs suscités par la campagne du tribun de la gauche. Porté par des bons sondages et l’effondrement de la candidature socialiste de Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon y aura cru jusqu’au bout. Quelques jours avant le premier tour, il s’ouvre au documentariste : « Si on est pas au deuxième tour, il va y avoir beaucoup de monde de déçu, moi aussi d’ailleurs. Je me suis tellement fait à l’idée maintenant ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Source : Challenges.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz