FLASH
[22/02/2018] Attentat-suicide près du complexe de l’ambassade des États-Unis au Monténégro  |  [21/02/2018] Cauchemar absolu pour BDS : Intel investi 5 milliards de dollars pour ouvrir une usine en Israël  |  Mali: 2 soldats français ont été tués par des islamistes, en sautant sur une bombe artisanale  |  [20/02/2018] Danemark : Le suspect qui a attaqué un couple à la hache a été arrêté – oups! C’est encore un musulman  |  Effet Trump : La confiance des petites entreprises atteint un sommet record début 2018 après la victoire de la réforme fiscale de Trump  |  La nuit dernière, Tsahal a arrêté 7 terroristes musulmans en Judée-Samarie, recherchés pour implication dans des attaques terroristes et des violents troubles contre des civils et le personnel de sécurité  |  [19/02/2018] Logique : Israël supprime les subventions de l’Etat à un théâtre arabe anti-israélien de Haifa  |  En ½ siècle, le monde est passé de 75% à 9% de la population qui vit dans l’extrême pauvreté  |  Russie : L’Etat islamique revendique l’attentat dans une église du Dagestan qui a fait 5 morts  |  [18/02/2018] Une roquette vient d’être tirée depuis Gaza vers Israël. Les sirènes ont été déclenchées à Sderot et Sha’ar Hanegev  |  Judée Samarie : un terroriste islamiste palestinien muni d’un fusil automatique arrêté devant un tribunal militaire  |  Russie : Un homme ouvre le feu à la sortie d’une église au Daguestan. Au moins 4 morts et 4 blessés  |  Comment dire ça aux médias sans déclencher des crises d’apoplexie : Macron en baisse de 6 points dans les sondages. Trump en hausse de 3 points  |  [17/02/2018] Une roquette tirée depuis Gaza dans le sud d’Israël a atteint une maison d’Ohr Haner, et s’est coincée sur le toit, aucun blessé  |  Plusieurs sirènes ont été activées ce soir au sud d’Israël, forçant les gens d’environ 10 communautés à se réfugier dans les abris – tout ça parce que les Arabes passent leur temps à chercher à tuer des juifs  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 13 février 2018

Le gouvernement américain a retrouvé la trace de certains des 1,7 milliard de dollars, remis à l’Iran par l’administration Obama. Une partie a été transférée à des terroristes soutenus par l’Iran au cours des deux années qui ont suivi le transfert de l’argent.

Selon des sources bien informées, l’Iran a utilisé les fonds pour payer son principal mandataire, le groupe terroriste basé au Liban Hezbollah, ainsi que la Force Qods, principale force de renseignement et d’action secrète de l’Iran et élément du Corps des gardiens de la révolution islamique.

L ‘argent américain fourni à l’Iran dans le cadre d ‘un règlement d’armements remontant aux années 1970 a également été attribué au soutien de l’Iran aux rebelles houthis cherchant à prendre le pouvoir au Yémen. L’Iran a soutenu les rebelles du Yémen dans le cadre d’une tentative d’encerclement de l’Arabie Saoudite, ayant comme finalité de prendre au final le contrôle de ce pays.

Les renseignements qui retracent les transferts des fonds américains aux terroristes soutenus par l’Iran devraient alimenter les efforts du président Trump pour défaire l’accord nucléaire iranien, la principale initiative de politique étrangère de l’administration Obama codifiée dans le plan d’action global conjoint de 2015.

Malgré les promesses de rejeter l’accord pendant la campagne présidentielle, M. Trump a annoncé en janvier que les États-Unis ne se retireraient pas pour le moment de l’accord nucléaire iranien. Mais le président a critiqué le transfert d’argent à Téhéran et a signalé que Washington s’en prend au financement du terrorisme par l’Iran.

« L’énorme avantage financier que le régime iranien a reçu grâce à cet accord – accès à plus de 100 milliards de dollars, dont 1,8 milliard en espèces – n’a pas été utilisé pour améliorer la vie du peuple iranien », a déclaré M. Trump le 12 janvier. « Au lieu de cela, il a servi de caisse noire pour les armes, la terreur et l’oppression, et pour alimenter davantage les poches des dirigeants corrompus du régime. »

M. Trump a déclaré que les Etats-Unis s’opposaient aux guerres par procuration iraniennes au Yémen et en Syrie et coupaient les flux d’argent du régime aux terroristes.

« Nous avons sanctionné près de 100 personnes et entités impliquées dans le programme de missiles balistiques du régime iranien et ses autres activités illicites », a-t-il déclaré.

L’argent américain envoyé par l’administration Obama a d’abord été envoyé en Suisse à bord d’un avion non immatriculé, puis converti en euros, francs suisses et autres devises. Un avion de transport iranien a transporté l’argent vers l’Iran en janvier et février 2016 en trois envois. Le premier avion est arrivé à Téhéran le 16 janvier 2016, avec 400 millions de dollars empilés sur des palettes en bois. Deux autres envois d’argent par avion ont été expédiés le 22 janvier 2016 et le 5 février 2016, totalisant 1,3 milliard de dollars.

En tout, l ‘Iran a reçu 1,7 milliard de dollars américains en espèces qui ont servi à financer ses opérations secrètes de soutien au terrorisme.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le premier 400 millions de dollars a coïncidé avec la libération de quatre Américains retenus en otage par l’Iran, un geste de l’Iran pour faire apparaître le versement comme une rançon payée par l’administration Obama à Téhéran pour la libération des Américains.

L’administration Obama a cherché à justifier les transferts de fonds au principal sponsor du terrorisme en affirmant que le gouvernement américain était sur le point de perdre une affaire d’arbitrage judiciaire concernant les achats d’armes des Etats-Unis par le gouvernement du Shah d’Iran, le gouvernement précédant régime islamiste qui a pris le pouvoir en 1979. Cependant, la motivation principale était l’effort du président Obama de courtiser le régime iranien et chercher à changer son soutien au terrorisme au Moyen-Orient.

L’administration Trump a radicalement changé de direction et travaille dur pour punir l’Iran pour ses activités terroristes. L’Iran a été lié, de par son soutien au terrorisme, à la mort de nombreux Américains.

Le secrétaire à la Défense James N. Mattis a été l’un des principaux faucons de l’administration sur le sujet de l’Iran, bien qu’il ait récemment adouci sa position au sujet du rejet de l’accord nucléaire iranien. Dans le projet de stratégie de défense récemment publié par l’administration, M. Mattis a porté l’attention sur les défenses américaines contre les terroristes opposés aux États-nations. Il a déclaré que l’Iran « continue de semer la violence et reste le défi le plus important pour la stabilité au Moyen-Orient ».

« Au Proche-Orient, l’Iran est en concurrence avec ses voisins, affirmant un arc d’influence et d’instabilité tout en luttant pour l’hégémonie régionale, utilisant des activités terroristes soutenues par l’Etat, un réseau croissant de mandataires et son programme de missiles pour atteindre ses objectifs » a-t-il déclaré.

Stratégie de révision conjointe du personnel

L’état-major interarmées du Pentagone travaille à une révision de la stratégie militaire américaine à la suite de la publication de la nouvelle stratégie de défense nationale du secrétaire à la Défense, James N. Mattis, et de la mise à jour de l’examen de la posture nucléaire. La stratégie et la revue décrivent des changements significatifs dans l’approche des menaces étrangères et dans la direction des réponses américaines.

Le général Paul J. Selva, vice-président des chefs d’état-major interarmées, a annoncé le lancement de la révision de la stratégie militaire lors d’une audience mardi devant le comité des forces armées.

« La stratégie de défense nationale fournit des orientations détaillées en matière de politique de défense pour la stratégie, la planification et les opérations militaires », a déclaré le général Selva dans sa déclaration. « Par conséquent, la stratégie militaire nationale classifiée du président pour 2016 nécessitera une mise à jour afin de maintenir une cohérence totale avec la stratégie de défense nationale et la stratégie de sécurité nationale du président publiée en décembre. »

Le processus de révision de la stratégie militaire a débuté peu après l’annonce de la nouvelle stratégie de défense.

Le général Selva n’a pas fourni de détails sur les révisions mais a noté que celles-ci seront « un pas vers l’augmentation de la létalité et de la flexibilité de la force conjointe à la lumière de la réapparition de la grande compétition de pouvoir« .

La révision devrait modifier l’approche de l’armée face à la Chine, la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, et le terrorisme – la principale matrice de menaces qui, comme presque tout au Pentagone, a reçu son propre acronyme : CRIKT. La lutte antiterroriste continuera à être ciblée, mais non plus l’objectif principal de l’armée.

L’état-major interarmées, le groupe militaire du Pentagone qui soutient le président et le vice-président du Comité des chefs d’état-major interarmées, est également en train de se réorganiser.

« Nous avons commencé à examiner l’organisation et les processus de l’état-major interarmées pour déterminer si nous devons apporter des ajustements pour soutenir les responsabilités d’intégrateur global du président et mieux positionner le président pour appuyer la prise de décision du secrétaire », a déclaré le général Selva.

Les sanctions du Trésor envers les terroristes asiatiques

Le Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor a ciblé mercredi les réseaux de soutien et de financement du terrorisme en Asie du Sud en désignant trois personnes comme soutiens majeurs du terrorisme. Les trois ont été identifiés comme étant Rahman Zeb Faqir Muhammad, Hizb Ullah Astam Khan, et Dilawar Khan Nadir Khan.

Les sanctions bloquent tous les biens et intérêts soumis à la juridiction des États-Unis et visent à empêcher les financiers de transférer de l’argent et de collecter des fonds.

Le département du Trésor « poursuit agressivement et expose les radicaux qui soutiennent les organisations terroristes et dirigent des réseaux financiers illicites à travers l’Asie du Sud », a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au terrorisme et au renseignement financier, dans un communiqué.

« Nous ciblons des agents qui ont fourni un soutien logistique, des engins explosifs improvisés et d’autres aides technologiques à Al-Qaïda, au Lashkar-e Taiba, aux Talibans et à d’autres groupes terroristes », a-t-elle déclaré.

Les sanctions font partie des efforts intensifiés par le Trésor pour perturber la collecte de fonds contre le terrorisme.

Mme Mandelker a déclaré que l’administration Trump appelle le gouvernement pakistanais et d’autres dans la région « à travailler avec nous pour refuser le refuge à ces individus et organisations dangereux ».

Raham Zeb est un financier et un opérateur technologique pour le groupe terroriste pakistanais Lashkar-e Taiba, connu sous le nom de LeT, impliqué dans des opérations terroristes afghanes.

Hizb Ullah est un faiseur de bombes et un financier pour les terroristes liés à Shaykh Aminullah, un terroriste désigné. Il était lié à des cargaisons de produits chimiques précurseurs d’engins explosifs improvisés envoyés du Pakistan en Afghanistan et utilisés par les Taliban et un autre groupe terroriste.

Dilawar a également travaillé avec Shaykh Aminullah et a aidé à communiquer le message du shaykh parmi les terroristes et a facilité les transferts de fonds, y compris les transactions internationales.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Nurphi Sitraka Stell Randrianirainy pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz