FLASH
[15/12/2018] Gilets jaunes : une chaîne humaine prévue dans les Alpes-de-Haute-Provence samedi  |  [14/12/2018] Le Weekly Standard, un magazine conservateur psycho-rigide et anti-Trump, ferme après 23 ans d’existence  |  Effet trump : La Chine annonce que sa croissance économique est beaucoup + lente que prévu : elle perd la guerre commerciale contre les USA et a suspendu ses hausses de tarifaires contre les USA. Les États-Unis, en revanche, se portent très bien  |  Israël : un colon musulman palestinien s’est infiltré par la clôture de protection de Gaza et a attaqué un soldat, qui a été légèrement blessé à la tête  |  [13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 13 février 2018

Rappel : Tôt samedi matin (le 10 février), un drone iranien est entré dans l’espace aérien du nord d’Israël, près de la frontière jordanienne, où il a été abattu par un hélicoptère Apache.

Des F16 (Fighting Falcon Jets) israéliens ont mené une série de raids de représailles contre des positions militaires en Syrie au cours desquels l’un d’eux a apparemment été touché par des éclats provenant d’un missile antiaérien syrien, et s’est écrasé dans le nord d’Israël.
Les deux aviateurs se sont éjectés du jet. Le pilote a été grièvement blessé, mais dimanche, selon ses médecins, son état s’est amélioré. Son navigateur n’a été que légèrement blessé et a pu quitter l’hôpital dimanche après-midi.

L’armée de l’air israélienne a effectué une deuxième série de frappes peu avant 9 heures samedi, faisant face une fois de plus à un barrage massif de tirs antiaériens comprenant des dizaines de missiles de défense aérienne de fabrication russe.
Selon l’Armée israélienne, lors des frappes de représailles, les Israéliens ont ciblé au moins une douzaine de sites en Syrie, y compris plusieurs batteries de défense antiaérienne et quatre positions iraniennes.
L’armée israélienne a déclaré que les cibles atteintes incluaient le centre de commandement mobile à partir duquel le drone a été téléguidé, ledit centre étant localisé sur la base aérienne T-4 à l’extérieur de la ville syrienne de Palmyra, sous contrôle iranien depuis des mois.

Tsahal étudie la possibilité que les pilotes du F16 touché n’aient pas remarqué qu’un missile était sur leur trajectoire jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour l’éviter complètement.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Selon le Brigadier général Amnon Ein Dar, chef de la Division de la formation et de la doctrine de l’IDF, une attaque à grande échelle a été menée contre un système de défense aérienne dissimulé – radars, roquettes, batteries, postes de combat.
Les dirigeants politiques et militaires israéliens ont prévenu depuis longtemps que l’Iran travaille à établir des bases aériennes et navales locales à partir desquelles il pourrait armer le Hezbollah et d’autres groupes chiites en Syrie, et mener ses propres attaques.

**************************

Au bord du conflit: les actions de l’Iran mettent la Russie dans une «position délicate»

Par John T. Huddy, The Media Line News, 11 février 2018

L’Iran a célébré le 39ème anniversaire de la Révolution islamique de 1979 avec un rassemblement massif sur la place Azadi (de la Liberté) de Téhéran, un jour après que l’armée de l’air israélienne a abattu un drone iranien et qu’un F-16 israélien, atteint par des tirs antiaériens syriens, s’est écrasé, rapprochant les deux pays d’un conflit potentiel.

Le président iranien Hassan Rouhani n’a pas mentionné l’incident de samedi, disant à la foule de plusieurs centaines de milliers de personnes, y compris ceux qui brûlaient des drapeaux américains et israéliens, que « Ils (les États-Unis et Israël) cherchent à créer des tensions dans la région… Ils cherchent à diviser l’Irak et la Syrie … Ils veulent créer le chaos à long terme au Liban mais … mais grâce à nous, leurs projets ont échoué. »

Rouhani a averti que son pays était prêt à préserver la sécurité dans la région et a appelé les autres pays à coopérer.
La question est de savoir quels pays sont censés coopérer avec l’Iran ?

Le Dr. Emmanuel Navon, professeur de relations internationales et chercheur à l’Institut d’études de sécurité de Jérusalem, a déclaré à The Media Line que l’Iran a, en fait, placé son allié, la Russie, et son président Vladimir Poutine, dans une «position délicate».
« Les actions de Poutine seront essentielles. Il a la capacité de contrôler les Iraniens », a déclaré le Dr Navon. « Je ne pense pas qu’il souhaite être entraîné dans un conflit. »

Le Ministère russe des Affaires étrangères a publié samedi une déclaration appelant « toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue et à éviter tous les gestes qui pourraient compliquer davantage la situation ».

« Il est absolument inacceptable de mettre en danger la vie et à la sécurité des soldats russes qui se trouvent en République arabe syrienne à l’invitation du gouvernement légitime afin de l’aider dans sa lutte contre le terrorisme », ajoute le communiqué.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La Russie est alliée à l’Iran et au régime du président syrien Bachar al-Assad, combattant aux côtés de l’armée syrienne dans la guerre en cours et lui fournissant des armes, notamment les missiles antiaériens qui ont tirés sur des avions de chasse israéliens. On ignore si des soldats russes ont été blessées lors de cet échange.
L’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé en Grande-Bretagne, a rapporté que six membres du «régime et des alliés de nationalités syrienne et non-syrienne » ont été tués lors des frappes aériennes israéliennes mais il n’a pas donné plus de précisions.
Le Dr. Navon pense que l’Iran ne teste pas seulement la détermination d’Israël, mais aussi celle de la Russie et des États-Unis.
« Je pense que les Iraniens et leurs alliés s’exagèrent leur force après la victoire qu’ils ont remportée sur l’État islamique », a déclaré le Dr. Navon à The Media Line. « Ils se sentent invincibles.»

L’Iran a démenti qu’Israël ait abattu l’un de ses drones, alors que l’armée syrienne a déclaré que le drone n’avait pas violé l’espace aérien israélien, mais qu’il tentait de recueillir des renseignements sur les positions de l’État islamique en Syrie.

Le professeur Meir Litvak du Centre de l’Alliance pour les études iraniennes à l’Université de Tel Aviv estime qu’en niant que son drone a été abattu, l’Iran est en train de tenter de faire deux choses. Premièrement, l’Iran cherche à empêcher une nouvelle escalade de la violence, et deuxièmement, les Iraniens souhaitent signifier à Israël qu’il doit cesser de bombarder des cibles iraniennes en Syrie et d’intercepter les transferts d’armes au Hezbollah au Liban.
« Israël est sur la corde raide pour ce qui est d’éviter un conflit à grande échelle », a expliqué le professeur Litvak à The Media Line. « Au cours des derniers mois, les dirigeants des milices chiites en Syrie ont déclaré qu’ils voulaient ouvrir un nouveau front contre Israël. Je pense que l’Iran est intéressé à étendre le front anti-israélien jusque dans les hauteurs du Golan en utilisant ceux qui agissent pour lui par procuration. »

L’Iran peut, en effet, essayer d’utiliser le Hezbollah et ses autres mandataires pour attirer Israël dans un «conflit de faible intensité» en franchissant délibérément ses «lignes rouges» en lançant des drones sur Israël et en attaquant l’armée israélienne.

Le professeur Litvak a également suggéré une autre possibilité, à savoir que l’Iran n’est pas une entité monolithique et qu’ « il y a un certain jeu interne en cours en Iran. Il est possible que certains soient occupés à promouvoir une ligne plus dure contre Israël, tandis que d’autres non. Les extrémistes tentent peut-être de provoquer Israël et cela ne fait pas l’affaire de Rouhani. »

Certains spéculent sur le fait que l’Iran et la Syrie ont peut-être tenté d’attirer les avions de combat israéliens dans l’espace aérien syrien pour leur tendre un piège. On peut s’entendre pour dire que si les pilotes israéliens du F-16 ayant survécu à leur chute sur le territoire israélien avaient été tués ou capturés par les forces syriennes ou iraniennes, l’histoire aurait été très différente.

(…)

Des responsables du Département d’État américain et du Pentagone ont déclaré que Washington soutenait pleinement le droit d’Israël de se défendre, tout en mettant en garde les Iraniens contre leurs efforts pour déstabiliser le Moyen-Orient.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction de © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz