FLASH
[13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 14 février 2018

La candidature d’Arthur Jones, ouvertement antisémite et raciste, pour représenter l’Illinois à la Chambre des représentants s’inscrit dans le contexte de l’émergence d’une ultra-droite décomplexée. Le Parti républicain n’a pas su lui faire barrage.

Qui pourra l’arrêter? Arthur Jones est un négationniste décomplexé, adepte de la ségrégation raciale et fervent défenseur de la suprématie blanche. Ex-leader de l’American Nazi Party, il décrit l’Holocauste comme le «plus grand mensonge de l’histoire». Il dirige aujourd’hui un nouveau groupe, l’America First Committee, ouvert à tout «Américain blanc aux origines européennes non juives». Cet homme compte faire son entrée en novembre au Congrès américain. Et il croit avoir des chances d’y arriver.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

«Vous êtes un nazi!»

Une voie royale s’offre pour l’instant à lui, du moins pour un petit tour de piste: seul candidat républicain en lice pour représenter l’Illinois à la Chambre des représentants, il n’a aucun opposant pour la primaire républicaine du 20 mars pour sa circonscription, qui comprend une partie de Chicago et de sa banlieue. Cela même alors que son parti s’en distancie et le condamne très clairement. «Le Parti républicain de l’Illinois et notre pays n’ont pas de place pour un nazi comme Arthur Jones», a fait savoir son président, Tim Schneider. Sur son site de campagne, l’ex-employé d’une compagnie d’assurances de 70 ans affiche ses convictions sans états d’âme. Il a même une section intitulée «Holocauste?». Il est aussi ouvertement anti-homosexuels, les gays cherchant à ses yeux à «déraciner» l’Amérique.

Arthur Jones aime vociférer sa haine lors de meetings. Il aboie, il invective. Le 8 février, il a donné un bel exemple de son agressivité lors d’une interview sur CNN, pendant laquelle il a asséné que «les juifs contrôlent le pays, le Congrès, l’économie et les médias». Il refuse aujourd’hui de se qualifier lui-même de nazi, préférant revendiquer le titre de «patriote américain». «Alors laissez-moi vous rappeler quelques détails, pour que nos téléspectateurs puissent juger par eux-mêmes, l’interrompt tout de go la journaliste Alisyn Camerota. Vous fréquentez des groupes antisémites depuis les années 1970, vous vous rendez à des réunions de néonazis – nous avons des images –, vous appartenez au National Socialist White People’s Party, vous vous habillez en officier nazi, et vous célébrez l’anniversaire de Hitler: vous êtes un nazi!»

Provocation? Candidature opportuniste dans le seul but de propager des thèses complotistes, antisémites et racistes? Cela y ressemble fort. Arthur Jones s’est déjà présenté à plusieurs élections locales dans sa région depuis les années 1970, sans jamais avoir gagné. Cette fois, il n’a pas d’adversaire républicain. Mais sa circonscription a depuis 1975 toujours voté démocrate. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’aucun autre républicain ne se présente.

«Un paisible nettoyage ethnique»

Depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, la rhétorique de l’extrême droite américaine s’est décomplexée. La candidature d’Arthur Jones, embarrassante pour le Parti républicain, auquel il ne s’identifie d’ailleurs pas, s’inscrit dans ce contexte. L’«alt-right», cette droite identitaire revendiquant la supériorité de la race blanche, est notamment incarnée par Richard B. Spencer, qui prône un «paisible nettoyage ethnique». Elle avait aussi son représentant officiel à la Maison-Blanche, avec le très controversé Stephen Bannon, qui a été limogé pour passer du statut d’éminence grise à celui de paria de Donald Trump.

En août dernier, la timide et surtout tardive condamnation des suprémacistes blancs par Donald Trump après les heurts de Charlottesville – qui s’étaient soldés par la mort d’une manifestante antiraciste – avait déclenché une vive polémique. David Duke, un ancien dirigeant du Ku Klux Klan, avait immédiatement fait de la récupération politique. Il avait d’ailleurs félicité Donald Trump lors de son élection.

Arthur Jones ne cache pas, lors d’interviews, vouloir «travailler» avec le KKK. Mais lui se dit déçu par Donald Trump, «parce qu’il a nommé trop de juifs dans son cabinet». Il montre notamment du doigt son gendre, Jared Kushner. Ce même Jared Kushner qui pendant la campagne présidentielle a volé au secours de Donald Trump, accusé d’antisémitisme. «Mon beau-père n’est pas antisémite. C’est aussi simple que ça. Donald Trump n’est pas antisémite et il n’est pas raciste. Mon beau-père est une personne incroyablement aimante et tolérante, qui a accueilli à bras ouverts ma famille et notre judaïsme depuis que j’ai commencé à fréquenter ma femme», a-t-il écrit, dans une opinion publiée dans le New York Observer, en rappelant qu’un de ses grands-oncles a été fusillé par les nazis.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La Coalition républicaine juive a fermement condamné la candidature d’Arthur Jones. Elle vient également de se dresser contre un élu républicain, Matt Gaetz, qui a invité au Congrès un personnage controversé lors du discours sur l’état de l’Union de Donald Trump. Chuck Johnson est un négationniste, dénonce l’organisation. «Ce n’est pas un négationniste, ni un antisémite, mais un provocateur», a rétorqué l’élu, sur la défensive. Visiblement mal à l’aise, il a toutefois admis qu’il aurait dû mieux vérifier son profil avant de l’inviter.

Source : Letemps.ch

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz