FLASH
[13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean Vercors le 15 février 2018

Embed from Getty Images

Le gouvernement Netanyahu risque d’être renversé – Pourquoi ? Il a reçu des cigares Arturo Fuente Opus X ? Du Champagne Don Perignon ?

Une tempête dans un verre d’eau provoquée par la gauche, travaillant à un rythme vertigineux pour faire tomber Netanyahu qui doit faire face à cette frénésie.

La gauche israélienne utilise des méthodes antidémocratiques depuis leur défaite aux dernières élections, un peu comme la gauche américaine qui voulait faire barrage à Donald Trump avec son lot de fake news.

  • Donc Netanyahu a reçu des cadeaux d’un millionnaire Australien ? Et alors ?
  • Et il est accusé de collusion avec un journal (Yedioth Ahronoth) contre un autre (Israël Hayom) ? Les médias le font entre eux depuis des années.
  • Netanyahu a-t-il été négligent avec ses emails qu’il aurait envoyé à l’Iran ? Non !
  • Netanyahu a-t-il donner l’ordre de livrer des armes au Hamas ou Hezbollah ? Non !
  • Netanyahu a-t-il créer des sociétés fictives aux Bahamas ou au Lichtenstein pour s’enrichir avec des fonds publics ? Non !
  • Netanyahou a-t-il utilisé l’autorité fiscale israélienne pour contrecarrer ses ennemis ? Non ! C’était Obama qui utilisait l’IRS.
  • Est-ce que Netanyahu a utilisé les services secretsisraéliens pour espionner les citoyens israéliens ou les membres de l’opposition ? Non ! C’était l’administration Obama contre Trump qui le faisait.
  • Netanyahu a-t-il enrichi sa fondation en échange de faveurs, alors qu’il est au pouvoir ? Non ! Ça c’était Hilary avec Obama.

Les médias ont cette fâcheuse habitude de tenir des procès avant enquête. Une personne, même si elle est suspectée et même si elle est accusée, est présumée innocente. C’est l’un des droits fondamentaux dans une démocratie.

Les médias font tout un carnaval pour essayer de présenter les décisions légitimes des ministres comme criminelles et non pertinentes. Chaque citoyen a droit à une présomption d’innocence. 

Les procès éclairs dans les médias travaillent en mode stalinien. Pourquoi ?

Parce que la police ne peut pas recommander des poursuites, la seule personne qui décide est le procureur général Mandelblit.

Tant que le Premier ministre n’est pas reconnu coupable, il peut continuer à servir dans sa position.

 

La gauche aime les scandales surtout lorsque les prétendus coupables sont de droite. Le phénomène n’est pas nouveau, on le trouve aussi aux Etats Unis d’Amérique et en France. Les médias auto proclamés « combattants pour la justice » cherchent comme des hyènes à faire tomber Netanyahu.

Dans une interview accordée à Arutz 7, Le professeur Aviad Hacohen, doyen du Sha’arei Mishpat Academic College a déclaré :

« Les médias s’excitent comme si tout avait déjà été décidé et ce n’est absolument pas le cas. Nous devons nous rappeler que nous sommes à la fin d’une enquête. Et après l’enquête, une décision doit être prise.

Le procureur général, et lui et lui seul, pas les recommandations de la police, d’avocats ou des médias déterminera le sort de cette affaire et s’il y aura un acte d’accusation, et si oui – alors quelles infractions cela inclura. »

Même si un acte d’accusation est déposé contre Benyamin Netanyahu, la procédure devant les tribunaux sera longue et peut prendre plusieurs années.

Sur le plan factuel, le rôle de la police est de rassembler autant de preuves que possible et, en ce qui concerne l’aspect juridique, le parquet doit commencer dès le début, impartialement et sans préjugés, à examiner les faits présentés par la police.

En ce qui concerne la démission de Netanyahu, le professeur Hacohen a déclaré :

« Il faut distinguer entre l’obligation légale et l’obligation éthique ou publique. Elle stipule que même si un acte d’accusation est déposé, tant que le procès ne se termine pas par une condamnation du premier ministre pour une infraction de turpitude morale, il n’a pas à démissionner et cela peut prendre de nombreuses années. « 

« A mon avis, tant qu’il n’y a pas de décision du procureur général, il n’y a aucune obligation pour lui de démissionner, non seulement parce qu’il a une présomption d’innocence, mais aussi parce que nous ne savons même pas ce que le procureur général pourrait décider. »

« Au moment où il y aura une décision du procureur général, alors tout sera complètement différent parce que l’hypothèse est que le procureur général examine les choses correctement et il ne déposera pas un acte d’accusation s’il ne pense pas qu’il y a une chance raisonnable de conviction, puis nous allons atteindre une situation complètement différente. »

« La police a recommandé des inculpations dans deux affaires de corruption: le procureur général peut décider de ne pas déposer d’acte d’accusation ou d’en déposer un sur des infractions relativement mineures telles que la fraude et l’abus de confiance, et non la corruption » a conclu Hacohen.

 

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz