Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 février 2018

Je suppose que vous êtes au courant qu’Hillary Clinton s’est méchamment ramassée aux dernières élections, et que Donald Trump est le président des Etats-Unis.

Je vous dis cela car beaucoup n’arrivent toujours pas à l’admettre, ils ont encore sa victoire coincée comme une arrête dans la gorge.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un nouveau sondage va leur enfoncer l’arête encore plus profond.

Car vous n’ignorez sans doute pas que les Démocrates n’ont aucun concurrent sérieux à opposer à Donald Trump en 2020. Joe Biden n’est pas fiable puisqu’il a changé trois fois d’avis sur sa candidature en 2016 et personne ne veut miser sur lui. Bernie Sanders aura 78 ans, et ce fainéant est déjà un peu croulant.

Trois figures de la gauche ont laissé entendre qu’elles envisagent de se présenter à la primaire Démocrate.

Il s’agit du maire d’extrême gauche de New York Bill de Blasio, du gouverneur de New York Andrew Cuomo et de la sénatrice de New York Kirsten Gillibrand qui encore récemment révélait son cynisme et son immense hypocrisie sur le harcèlement sexuel, puisqu’elle a étouffé les viols et agressions sexuelles de Bill Clinton quand ça l’arrangeait, puis a tenté de se refaire une virginité en exigeant la résignation du sénateur Al Franken, accusé de méconduite sexuelle.

Les trois, qui jouissent d’une excellente réputation auprès de la gauche progressiste, ont pensé avoir leur chance en raison de l’absence de candidats Démocrates d’envergure.

Mais ils se sont réveillés avec la gueule de bois en prenant connaissance des sondages : les Américains ne veulent pas d’eux !

  • 58% des personnes qui ont répondu au dernier sondage de Quinnipiac ont déclaré que Kirsten Gillibrand ne doit pas tenter de se présenter contre Trump en 2020.
  • 63% ont déclaré que Cuomo ne devrait pas tenter de déloger Trump,
  • Et le meilleur pour la fin, 78% des New-Yorkais désapprouvent une candidature de leur maire en 2020.

 

La réalité est que le président Trump est de plus en plus populaire, et les Démocrates sont de plus en plus suspectés d’avoir commis des actes illégaux en mettant des membres de l’équipe de Trump sur écoute durant la campagne et inventé la collusion russe, et d’avoir couvert les malversations d’Hillary Clinton avec son serveur d’email privé.

La réalité est aussi qu’ils n’ont aucun programme. Leur seul programme consiste à voter non à l’intégralité des réformes proposées par Trump, et les Américains n’ont pas apprécié qu’ils aient fait fermer le gouvernement le mois dernier parce qu’ils ne voulaient accepter aucun compromis.

La réalité enfin est que les Démocrates reaganiens et ceux qui votaient Kennedy se détournent peu à peu d’un parti qu’ils avaient perçu en 2016 comme s’éloignant de leurs préoccupations pour ne s’intéresser qu’aux élites et aux progressistes, pour se tourner vers le président Trump dont ils commencent à voir qu’il s’intéresse vraiment aux classes moyennes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz