FLASH
[15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  |  Les médias obsédés par la haine de Trump ne vous ont pas dit que Trump passe en revue les troupes avec la reine Elizabeth II à Windsor, l’une des rares, sinon la seule fois en plus de 70 ans, qu’elle l’a fait avec un chef d’État? Étrange, leur métier n’est pas d’informer?  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 19 février 2018

Mélina Boughedir est visée par un mandat de recherche en France.

La Cour pénale centrale de Bagdad (Irak) a remis lundi en liberté une djihadiste française qu’elle venait de condamner à sept mois de prison pour « entrée illégale en Irak », car sa peine était couverte par sa détention préventive. Son expulsion a été ordonnée, elle restera en prison quelques jours le temps que ses documents de sortie soient établis. La peine tranche avec la sévérité avec laquelle, hier dimanche, des femmes arrêtées à Mossoul ont été condamnées.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mélina Boughedir, 27 ans, avait été arrêtée par l’armée irakienne le 9 juillet dernier à Mossoul, l’ancien bastion djihadiste dans le nord du pays, avec ses quatre enfants, deux garçons et deux filles alors âgés de 5 mois à 6 ans. Elle était parvenue à survivre recluse pendant trois semaines dans un immeuble de Mossoul avant d’être arrêtée aux dernières heures de la bataille pour reprendre la ville. Les avocats français de la jeune femme avaient appelé la France à les faire rapatrier, au nom d’une « obligation morale » à l’égard d’une famille française.

Originaire de Seine-et-Marne, Mélina et son mari Maximilien, originaire des Yvelines, avaient quitté leur domicile de Nanterre en 2015 pour se joindre à la cause de l’organisation djihadiste, en Syrie d’abord, puis en Irak. En juillet, lors de l’arrestation de Mélina et de ses enfants, RMC avait raconté que la famille disait ne plus soutenir Daech depuis une année et avait demandé à plusieurs reprises à rentrer en France. Mais la question du rapatriement de ressortissants, dont on peut difficilement savoir s’ils ont combattu ou sincèrement tourné le dos à l’organisation islamiste, divise toujours en France. Alors porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner avait estimé que la Française devait être jugée en Irak car elle n’était pas au cœur de la bataille de Mossoul « pour faire du tourisme ».

L’agence Associated Press, citant des sources irakiennes, avait en outre affirmé que Mélina était membre des brigades féminines de la police morale de l’organisation Etat islamique, Diwan al-Hisba.

Devant la cour, ce lundi, la jeune femme a assuré en arabe être entrée en Irak en octobre 2015 à partir de la Syrie, qu’elle était « femme au foyer » et que son mari, un Français dénommé Maximilien, qui était cuisinier, avait été tué lors de la bataille de Mossoul. En juillet, aucune information n’avait été donnée sur le sort du mari.

Maximilien Thibaut est ou était connu de l’antiterrorisme français et de la justice. En juillet 2015, il avait été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, dans le procès de Forsane Alizza, un groupuscule islamiste pro-djihad. Dans l’arrêté ministériel de 2012 gelant les avoirs du groupe, Maximilien Thibaut, époux de Mélina Boughedir, apparaissait comme « membre actif de Forsane Alizza ».

Depuis juillet, trois des quatre enfants ont pu rentrer en France. La jeune femme a comparu avec son dernier fils dans les bras, selon l’AFP.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le président lui alors demandé si elle regrettait ce qu’elle avait fait. « Oui », a-t-elle répondu en français avant de se reprendre en arabe : « naam ». Il lui a ensuite demandé si elle avait un avocat et, devant sa réponse négative, lui en a commis un d’office. Ce dernier s’est borné à expliquer que l’accusée « était jeune » et qu’elle « n’avait pas participé à des actes de violence ». « Elle restait à la maison », a-t-il dit. Le président de la cour a ensuite pris la parole pour la condamner « en vertu de la loi sur les étrangers de 2017 » car elle était entrée sur le territoire sans visa.

Selon une source proche du dossier, Mélina est « visée par un mandat de recherche diffusé dans le cadre d’une information judiciaire ouverte en France ».

Source : Leparisien.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz