FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 février 2018
Être payé par le gouvernement russe pour troller l’Internet, ce n’est plus ce que c’était

 

Les trolls payés par le gouvernement russe sont tenus responsables de tout, de la chute d’Hillary Clinton au conflit en Ukraine. Ils ont dominé les manchettes et déclenché des intrigues politiques. Mais est-ce qu’un troll professionnel est vraiment conforme aux apparences ?

Après d’autres anciens employés, Lyudmila Savchuk et Olga Maltseva, membres de l’armée en ligne du Kremlin, racontent leurs histoires, à passer 12 heures par jour dans les bureaux les plus controversés de Russie.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le journal russe Bumaga a parlé à un ancien troll de sa vie dans “l’usine à trolls » – et pourquoi l’industrie n’est tout simplement plus ce qu’elle était.

Oui, les trolls russes ont ciblé les élections américaines

“Nous avons écrit environ 200 commentaires et 20 articles pour différentes fausses pages chaque jour. À l’usine, il y avait beaucoup d’équipes différentes écrivant sur différents sujets et ciblant différents sites Web. Fin 2016, je suis certain qu’il y avait des départements dédiés à la crise ukrainienne et aux élections américaines. En raison de mon accord de confidentialité, je ne peux pas vraiment dire pour quel ministère j’ai travaillé.

Troller est difficile (mais l’argent en vaut la peine)

J’ai obtenu un diplôme de philosophie en 2014 et je ne savais pas quoi faire. J’avais d’importantes dettes qui devaient être remboursées rapidement. Puis j’ai lu un article sur «l’usine» et j’ai réalisé que c’était un endroit où je pouvais gagner de l’argent rapidement. Beaucoup de mes collègues ont découvert des emplois de la même manière.

Quand je suis arrivée pour l’interview, je savais déjà que j’étais là pour écrire de la propagande pro-gouvernementale sur Internet. Je n’ai pas été surprise lorsque l’intervieweur m’a demandé d’écrire un commentaire sur les « éléments fascistes aux États-Unis ». J’avais un peu honte, mais c’était drôle aussi.

J’ai assez bien gagné ma vie. Même la crise économique en Russie ne nous a pas affectés. Si vous y travaillez assez longtemps, avec toutes les primes que vous obtenez pour atteindre vos quotas et faire du bon travail, vous pouvez obtenir entre 80 000 et 90 000 roubles par mois. Je suis restée dans ce travail seulement pour ça. Je me suis acheté une Mazda Six, pendant mon “séjour” là-bas.

Au début, c’était difficile de s’y habituer. Pourquoi étais-je assise dans un bureau étouffant pendant huit heures par jour, faisant ce que je faisais ? Mais j’ai été tentée par le travail et l’argent facile. Je me suis résignée à travailler là-bas et j’ai commencé à apprécier le fait que j’étais bien payée pour faire très peu.

Les politiciens russes sont des experts en troll

Un troll professionnel doit avoir un bon feeling des personnes avec qui il communique et il doit pleinement comprendre les réactions qu’il obtient. Plus important encore, les trolls ne devraient pas perdre leur créativité : il est incroyablement difficile d’inventer quelque chose de nouveau à écrire tous les jours.

Je pense que le troll Internet parfait est le [député de la Douma d’Etat Vitaly] Milonov. Tout ce qu’il dit et fait est presque un rêve éveillé dans sa folie. Prenez son récent projet de loi qui punit quiconque assiste à des manifestations de l’opposition. La démence. Et tout ça n’est que du vent, parce que personne ne le prend au sérieux.

Mais nos compatriotes n’aiment rien de ce qui se rapporte à [l’opposant politique] Alexeï Navalny, y compris son rassemblement [du 26 mars] contre la corruption. Alors Milonov a excité le public russe de gauche et renforcé l’autorité du gouvernement parmi ses fans. Il a pratiquement utilisé la logique et les méthodes d’un troll.

Troller n’est pas aussi efficace que vous pourriez le croire

Je ne peux pas citer un seul avantage que la société ait à gagner de ce genre de travail, pour être honnête. J’ai toujours eu honte d’y travailler, j’ai même décidé de ne le dire à personne. Les « usines à trolls » ne profitent pas à la société, il semble que tout le monde comprend cela, mais c’est comme la presse à scandale : tout le monde exécute ses obligations pour tenter de gagner de l’argent.

Mais vraiment, notre travail ne fait pas beaucoup de dégâts. Personnellement, je crois que notre travail n’apporte aucun résultat, et surtout pas les résultats espérés par nos employeurs. Personne ne croit à nos messages : ni nous, ni nos lecteurs. Les trolls se disputent avec les trolls. Il me semble que l’écrasante majorité des gens ne font tout simplement pas attention aux commentaires des trolls.

L’industrie du Troll est en pleine mutation

Les gens qui travaillent comme troll n’aiment pas vraiment leur métier. Mais les choses changent : avec “l’usine » tellement mentionnée dans les médias, la direction commence à réduire ses effectifs : j’ai été virée. Maintenant, ils recrutent des gens qui croient vraiment ce qu’ils écrivent. Vous devez prouver que vous êtes un patriote afin d’écrire des commentaires pour de l’argent.

Nos employeurs espèrent également que cette politique minimisera le risque d’avoir des taupes, comme cela s’est produit avec Maltseva et Savchuk [anciens employés qui ont poursuivi l’entreprise et discuté de leur travail avec la presse].

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Suite à la parution de cet article, un homme a été arrêté pour avoir parlé à la presse russe de son travail dans une usine à trolls. Son nom est Marat Mindiyarov.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Nurphi Sitraka Stell Randrianirainy pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz