FLASH
[24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  |  [23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 22 février 2018

Des dizaines de lycéennes manquent à l’appel au Nigeria, deux jours après l’attaque d’une école de filles par des combattants de Boko Haram.

L’armée a retrouvé mercredi 76 écolières disparues après un raid mené par des combattants de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué des parents des victimes et un responsable local. Les corps de deux autres jeunes filles ont aussi été découverts.

«Certaines» des 111 jeunes filles portées disparues dans un internat du village de Dapchi ont été retrouvées et mises en sécurité par les forces nigérianes, a assuré le porte-parole du gouverneur de l’Etat de Yobe.

Les écolières étaient portées disparues après cette attaque dans le village de Dapchi, dans l’Etat de Yobe, soit le plus important rapt de ce genre depuis l’enlèvement en 2014 de 270 élèves d’une école de Chibok. Reuters n’a pas été en mesure de déterminer le sort des autres jeunes filles portées disparues.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Scènes de panique

Les insurgés du groupe djihadiste nigérian, lourdement armés, ont mené lundi un assaut sur le village. Ils ont tiré en l’air et fait exploser des grenades, selon les témoignages des habitants recueillis par l’AFP. La plupart des élèves et les professeurs de la Girls Science Secondary School se sont enfuis en brousse, craignant d’être enlevés par les combattants.

Jointe au téléphone, l’une des jeunes filles ayant réussi à s’échapper, Aisha Yusuf Abdullahi, a décrit «une expérience traumatisante». «Nous étions dans la mosquée sur le point de commencer les prières du soir quand nous avons entendu des coups de feu».

«Dans la panique, certaines ont escaladé la clôture et sauté dans des véhicules stationnés à l’extérieur, sans savoir à qui ils appartenaient», a expliqué l’adolescente de 16 ans. Aisha a dit être parmi les chanceuses qui sont «rentrées en courant» dans l’école jusqu’au bureau de la directrice, où elles sont restées cachées en attendant que les insurgés repartent.

Motifs incertains

Les véritables motivations des assaillants à Dapchi restent floues, même si certains villageois affirment qu’ils ont visé en priorité l’établissement scolaire. Après s’être rendus dans l’école déserte, les insurgés ont en outre pillé plusieurs magasins à la recherche de vivres et de matériel, selon des médias locaux.

Les rumeurs de paiement de rançons en échange des lycéennes de Chibok libérées pourraient inciter le groupe djihadiste à commettre d’autres enlèvements, prévient Amaechi Nwokolo, analyste pour le Roman Institute for International Studies à Abuja.

«Ils ont compris que les kidnappings peuvent être un nouveau moyen de récupérer de grosses sommes d’argent» pour acheter des armes, des munitions et des véhicules, souligne-t-il. Mais selon d’autres observateurs, la quête de moyens de subsistance au jour le jour reste le principal objectif du groupe djihadiste.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Insurrection sanglante

Boko Haram, dont le nom signifie «l’éducation occidentale est un péché», mène depuis 2009 une insurrection sanglante dans le nord-est du Nigeria ayant fait plus de 20’000 morts et 2,6 millions de déplacés. Il a kidnappé des milliers de personnes, dont des femmes et des enfants.

En 2014, l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok avait déclenché une vague d’indignation mondiale, donnant au groupe une tragique notoriété sur la scène internationale.

Source : 20min.ch

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz