Publié par Magali Marc le 27 février 2018

Le 14 février dernier, à l’école Marjory Stoneman Douglas, en Floride, Nikolas Cruz a tué 17 personnes, membres du personnel et élèves. L’officier de police présent sur place, Scot Peterson, a pris position à l’entrée ouest du bâtiment pendant plus de quatre minutes après le début des tirs, mais n’est jamais entré. La fusillade a duré environ six minutes.

Nikolas Cruz, un ancien étudiant de 19 ans, renvoyé de l’école pour des raisons disciplinaires, a terrorisé les membres de son ancienne école secondaire de la Floride en y tuant au moins 17 personnes à l’aide d’un fusil semi-automatique après avoir actionné l’alarme d’incendie pour attirer davantage d’élèves dans son piège.

Nikolas Cruz était affublé d’un masque à gaz et équipé de grenades fumigènes ainsi que de plusieurs chargeurs. Il a déclenché l’alarme d’incendie avant de tirer avec un AR-15, une arme qui a été utilisée lors de plusieurs autres fusillades.

L’arme de Cruz, un fusil semi-automatique, AR-15, est une arme fréquemment utilisée lors de tueries de masse comme lors des fusillades à Las Vegas, Newtown, Aurora, etc. C’est une arme légère et facile à utiliser qui peut être modifiée pour accélérer sa fréquence de tir. Elle coûte entre 625 et 1,125 US$.

Seulement six minutes se sont écoulées entre le moment où Cruz est entré dans l’école et le moment où il est reparti tranquillement en se mêlant à la foule. Il a atteint une trentaine de personnes pendant ce bref laps de temps, dont 17 mortellement.

Des policiers du compté voisin (Coral Springs) ont été appelés en renfort. Lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, plusieurs ont été surpris de constater que leurs collègues de Broward, n’étaient pas entrés à l’intérieur de l’école pour tenter d’appréhender le forcené ou pour porter secours aux victimes.

Une source de la police de Coral Springs a indiqué au réseau CNN que quatre de leurs collègues de Broward étaient postés derrière leurs véhicules et avaient dégainé leurs armes.

Après le carnage, Cruz a marché jusqu’à un magasin Wal-Mart voisin et a acheté une boisson gazeuse chez Subway, avant de se rendre dans un McDonald. Il a été intercepté en pleine rue par la police une quarantaine de minutes plus tard. Il n’a offert aucune résistance.

Le shérif du comté, Scott Israël a suspendu sans solde l’officier, Scot Peterson, et l’a placé sous enquête. Ce dernier a choisi de démissionner.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

*****************************

Scott Israël, trop désinvolte pour son propre bien

Analyse de Cheryl K. Chumley parue dans Le Washington Times, le lundi 26 février

Le shérif du comté de Broward, Scott Israël, a déclaré à l’émission « State of the Union » de CNN, non seulement qu’il ne démissionnera pas, mais que « bien sûr » il ne démissionnera pas.
Les législateurs ne pensent pas non plus qu’il le devrait. Ils pensent qu’il devrait être viré.
Franchement, il ne s’est pas rendu service lors de ses nombreuses apparitions médiatiques récentes.
Israël a commencé à se placer en mode d’autoprotection, mettant ses propres intérêts au-dessus de ceux des autres et essayant à tout prix de sauver sa réputation et celle de son service de police. Ce n’était pas beau à voir.

Or dernièrement, le Président de la Chambre des Représentants de la Floride, Richard Corcoran, a envoyé une lettre au gouverneur de l’État, Rick Scott, l’exhortant à suspendre Israël.

Un membre de la même Chambre, Bill Hager, vient de demander à Scott de renvoyer Israël pour « négligence à faire son devoir et incompétence », selon le Palm Beach Post. Pendant ce temps, les survivants de la tuerie et leurs familles n’ont pas exactement des sentiments d’aménité envers le shérif non plus.

« Il n’a pas agi à plusieurs niveaux différents et il est personnellement responsable de cet échec », a déclaré à Fox News Kyle Kashuv, l’un des adolescents survivants. « Le tueur aurait pu être facilement arrêté à la fois par le FBI et par le département du shérif s’ils avaient agi. »

Cela ne tient pas seulement au fait que son adjoint, Scot Peterson, qui a démissionné, était le seul responsable de l’application de la loi sur les lieux et n’a rien fait pendant que Nikolas Cruz tirait sur les gens à l’intérieur de l’école, tuant 17 étudiants et membres du personnel.

Cela concerne aussi les allégations – contestées par Israël mais soumises à une enquête – selon lesquelles plusieurs autres policiers armés et entraînés sont restés sans rien faire pendant que le tueur faisait ce qu’il voulait.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Cela concerne aussi le fait que le bureau du shérif a reçu près de deux douzaines d’appels et de plaintes au sujet de Cruz, ce qui a entraîné plus de trois douzaines de visites à son domicile, selon Hager.

« Le shérif était pleinement conscient de la menace que cette personne représentait pour la communauté et il a choisi de l’ignorer », a déclaré Hager dans sa lettre au gouverneur.

Israël se défend et a qualifié les remarques de Hager d’«insensées» et de « mensongères ». Mais il ne défend pas bien sa propre cause.

Sur CNN, devant l’animateur, Jake Tapper, Israël se disait « seulement démoralisé par la démission de l’ancien adjoint [Scot] Peterson », qui a démissionné après avoir été surpris à l’extérieur de l’école, planqué pendant que les coups de feu s’abattaient sur les élèves.

C’est bel et bon, il devrait l’être.

Mais Tapper lui a demandé ceci: « Pensez-vous que si le bureau du shérif Broward avait fait les choses différemment, cette fusillade n’aurait peut-être pas eu lieu? » Et là, Israël a répondu : « Ouais, écoutez, si les «si» et les «mais» étaient des noix et des bonbons, OJ Simpson serait toujours dans les livres de records. »

Comment ?

17 étudiants et membres du personnel sont morts. Ce n’est pas le moment de parler avec désinvolture.

Mettez de côté les déclarations, les défenses, les excuses et les explications et ce qui reste, à la fin, c’est qu’Israël est le gars à la tête d’un département avec au moins un policier qui n’a rien fait alors que les enfants se faisaient tuer.

Si la responsabilité s’arrête au sommet, Israël est actuellement en situation de vulnérabilité – et son ton, ses déclarations, son attitude et ses défenses dans les médias devraient refléter cette réalité. Il devrait montrer un peu d’humilité.

Source de l’introduction: plusieurs articles du Journal de Montréal.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile