FLASH
[16/12/2018] Attentat de Strasbourg : une 5e victime a perdu la vie  |  La hausse de 100 euros pour les salariés au Smic pourrait être reportée à juin. Les primes et les hausses de la fonction publique passent avant  |  France Inter interviewe un président de la confédération des commerçants indépendants anti #GiletsJaunes – sans préciser qu’il est le référent LREM de la Lozère – et rien dans le Décodex  |  Bruxelles : les manifestants contre la pacte de Marrakech sont 5 fois plus nombreux que ceux en sa faveur. A Paris, on les cherche, en vain  |  Belgique : heurts entre police et manifestants anti-immigration devant la Commission européenne suite à la signature du Pacte de Marrakech  |  Explosion à Sapporo au Japon : 40 blessés  |  Progrès : 79% des 33 pays d’Amérique latine et des Caraïbes à l’ONU ont changé leur vote dans une direction positive envers Israël à partir de 2009  |  L’UE rejette la nouvelle demande du Hamas, et soutient que le Hamas est une organisation terroriste  |  Israël a découvert un 4e tunnel du Hezbollah qui viole les traités internationaux et menace la sécurité  |  Tsahal va démolir la maison d’un terroriste palestinien qui a assassiné Ari Fuld, un Israélien d’origine américaine  |  [15/12/2018] Gilets jaunes : une chaîne humaine prévue dans les Alpes-de-Haute-Provence samedi  |  [14/12/2018] Le Weekly Standard, un magazine conservateur psycho-rigide et anti-Trump, ferme après 23 ans d’existence  |  Effet trump : La Chine annonce que sa croissance économique est beaucoup + lente que prévu : elle perd la guerre commerciale contre les USA et a suspendu ses hausses de tarifaires contre les USA. Les États-Unis, en revanche, se portent très bien  |  Israël : un colon musulman palestinien s’est infiltré par la clôture de protection de Gaza et a attaqué un soldat, qui a été légèrement blessé à la tête  |  [13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean Vercors le 13 mars 2018

 Pourquoi la totalité de Jérusalem appartient à Israël – légalement, historiquement et moralement

  • Les Juifs étaient majoritaires à Jérusalem au XIXe et au début du XXe siècle
  • La déclaration de 1922 de la Société des Nations, juridiquement contraignante, donne à Israël des droits légaux exclusifs sur l’ensemble de Jérusalem
  • La Jordanie a ethniquement nettoyé les Juifs en 1948

Comme le rappelait justement Jean Patrick Grunberg en 2016, par la résolution 80, l’ONU s’est interdit de créer un Etat palestinien – et elle ne peut pas faire machine arrière.

  • Le plan de partition de l’ONU de 1947 pour la Palestine corpus separatum a échoué parce que les Arabes l’ont rejeté
  • En 1967 lors de la guerre des six jours la Jordanie était l’agresseur
  • En 1995, Les accords d’Oslo II, le corpus separatum a finalement été enterré

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

 

Les Juifs étaient majoritaires à Jérusalem au XIXe et au début du XXe siècle

À la suite de la déclaration de Trump à Jérusalem, une partie de la réaction arabo-musulmane a été de répéter le récit arabe palestinien selon lequel Jérusalem était une ville musulmane avant l’arrivée du sionisme et l’immigration juive dans la région.

Cependant, les données statistiques du 19ème et début du 20ème siècle racontent une histoire complètement différente.

Bien qu’il existe plusieurs sources, en partie contradictoires, sur le nombre de Juifs, de musulmans et de chrétiens à Jérusalem au milieu du XIXe siècle, la plupart indiquent une nette majorité juive.

Mon approche pour estimer les vrais chiffres sur la démographie de Jérusalem est de faire la moyenne de toutes les sources européennes (prussiennes, suisses, françaises, britanniques) entre 1844 et 1866, ce qui donne les résultats suivants :

  • Juifs – 7940 (48%)
  • Musulmans – 5010 (30.5%)
  • Chrétiens – 3540 (21,5%)

Les chrétiens comprennent à la fois des chrétiens non arabes et arabes. Les principaux groupes chrétiens étaient grecs orthodoxes, latins et arméniens suivis par les Coptes, les Ethiopiens et les Syriens. En supposant que 75% des chrétiens étaient non-arabes, la population était divisée en 48% de Juifs, 36% d’Arabes, 16% d’Autres.

En 1922, des données beaucoup plus fiables sont disponibles à partir du recensement britannique :

  • Juifs – 33 971 (54,7%)
  • Musulmans – 13 413 (21,6%)
  • Chrétiens – 14 669 (23,6%)

En appliquant la même hypothèse, cela signifie 55% de Juifs, 27,5% d’Arabes, 17,5% d’Autres

En 1944, la majorité juive passait à 61,8% contre 24,2% pour les Arabes et 14% pour les autres.

Jérusalem était une ville juive, avant et après le sionisme.

 

Le nettoyage ethnique des Juifs en 1948 par la Jordanie

Related image

Le terme «nettoyage ethnique» fait apparaître des images de l’exode forcé de 1948 du quartier juif dans la vieille ville de Jérusalem.

En mai 1948, lorsque les forces combinées (Libye, Syrie, Irak, Jordanie, Égypte plus des contingents du Soudan) de la Légion arabe (l’armée jordanienne) et les milices arabes palestiniennes locales conquirent le quartier juif, les résidents juifs n’ont pas été traité comme des résidents du territoire occupé, conformément à la Convention de Genève. Au contraire, tous les Juifs ont été expulsés de leurs maisons.

De plus, après la fin des combats et la signature du cessez-le-feu, avec la «ligne verte» qui traverse Jérusalem, les résultats de l’expulsion ne sont pas inversés. Après la signature d’un accord d’armistice détaillé entre Israël et la Jordanie, aucun Juif n’a été autorisé à retourner dans la vieille ville de Jérusalem. Sous l’occupation jordanienne, ce qui restait des anciennes synagogues était systématiquement détruit ou profané.

Les clauses des accords d’armistice du 3 avril 1949 précisaient que les Israéliens auraient accès aux sites religieux de Jérusalem-Est. Cependant, la Jordanie a refusé d’appliquer cette clause en faisant valoir que le refus d’Israël d’autoriser le retour des Palestiniens dans leurs maisons à Jérusalem-Ouest annulait cette clause dans l’accord.

Les touristes entrant à Jérusalem-Est devaient présenter des certificats de baptême ou une autre preuve qu’ils n’étaient pas juifs.

Le comité spécial qui devait organiser les visites des lieux saints n’a jamais été formé et les Israéliens, quelle que soit leur religion, se sont vu interdire l’accès à la vieille ville et aux autres lieux saints. Le quartier juif et ses anciennes synagogues ont été systématiquement détruits, comme la synagogue Hurva et les pierres tombales du cimetière juif sur le mont des Oliviers qui ont été utilisées pour construire des latrines pour les casernes de l’armée jordanienne.

La Jordanie refusait l’accès au site sacré de toute personne juive, israélienne ou non israélienne, dans une politique ouvertement raciste.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

 

Rejet arabe du plan de partition de 1947, corpus seperatum

La Déclaration de la Société des Nations de 1922, juridiquement contraignante, a déclaré à l’unanimité : «Considérant que le lien historique du peuple juif avec la Palestine a été reconnu et que les motifs de reconstitution de leur foyer national dans ce pays ont été reconnus». La déclaration attribuait la totalité de la Palestine au foyer national juif, donnant à Israël des droits légaux exclusifs sur l’ensemble de Jérusalem.

Dans le Plan de partage des Nations Unies pour la Palestine de 1947, la région de Jérusalem et Bethléem ont été proposées pour devenir «corpus separatum». Selon le plan, la zone serait placée sous un régime international, lui conférant un statut spécial en raison de son importance religieuse commune.

  • Le plan de partition a échoué. Israël a accepté le plan mais les dirigeants arabes ont rejeté la résolution et indiqué qu’ils rejetteraient tout autre plan de partition.
  • Les délégations des États arabes ont déclaré immédiatement après le vote de la partition qu’elles ne seraient pas liées par la décision, et ont quitté le pays.
  • Ils ont fait valoir que cela violait les principes de l’autodétermination nationale dans la charte des Nations Unies qui accordait aux gens le droit de décider de leur propre destin. Les délégations arabes à l’ONU ont publié une déclaration conjointe le lendemain de ce vote qui stipulait: « le vote concernant la partition de la Palestine a été soumis à de fortes pressions et à de fortes pressions, ce qui le rend doublement invalide ».

Le 16 février 1948, la Commission des Nations Unies pour la Palestine au Conseil de sécurité a rapporté que « Des intérêts arabes puissants, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Palestine, défient la résolution de l’Assemblée générale et s’efforcent délibérément de modifier par la force le règlement envisagé. «  Les Arabes étaient également contre l’établissement d’un régime international à Jérusalem.

Avant 1967, les Arabes rejetaient totalement le plan de partition et le corpus separatum. En 1949, Israël a déclaré Jérusalem comme capitale et le plan a été abandonné par les deux parties au conflit.

Hypocritement, après 1967, ils ont commencé à le soutenir, comme un moyen de faire pression sur Israël pour qu’il cède Jérusalem.

En 1995, dans les Accords d’Oslo II entre Israël et l’AP, le corpus separatum a été finalement enterré lorsque la zone en question a été divisée – la partie de Bethléem incluse dans le corpus separatum est devenue partie de la zone A sous administration de l’autorité palestinienne, tandis que la partie Jérusalem du corpus separatum est resté sous le contrôle total israélien.

En acceptant la partie de Bethléem du corpus seperatum sous contrôle de l’autorité palestinienne, celle-ci a indirectement confirmé que le corpus seperatum était mort.

 

La Jordanie était l’agresseur dans la guerre des Six Jours 

Certains révisionnistes prétendent qu’Israël était l’agresseur dans la guerre des Six Jours et a commencé la guerre avec la Jordanie afin de capturer Jérusalem-Est et la «Cisjordanie».

Les faits historiques nous rappelle une histoire différente.

L’Egyptien Nasser a utilisé la confusion des premières heures du conflit pour convaincre le roi Hussein de Jordanie qu’il était victorieux. Une des brigades jordaniennes stationnées en Cisjordanie a été envoyée dans la région d’Hébron afin d’établir des liens avec les Égyptiens. Hussein a décidé d’attaquer. Des échanges intermittents de mitrailleuses ont commencé à se dérouler à Jérusalem le 5 juin à 9 h 30, et les combats se sont graduellement intensifiés au fur et à mesure, les Jordaniens commençant à tirer au mortier et au canon. Sous les ordres du Général Narkis, les Israéliens ont réagi seulement avec des tirs d’armes légères, tirant sur une trajectoire plate pour éviter de frapper des civils, des lieux saints ou la Vieille Ville.

À 10h00 le 5 juin, l’armée jordanienne a commencé à bombarder Israël. Deux batteries de 155 mm de long ont ouvert le feu sur les banlieues de Tel Aviv et de Ramat David. Les commandants de ces batteries ont reçu l’ordre de lancer un barrage de deux heures contre des cibles civiles et militaires dans le centre d’Israël. Des obus ont frappé la périphérie de Tel Aviv.

Le Premier ministre israélien Eshkol avait envoyé un message au roi Hussein promettant de ne pas engager d’action contre la Jordanie si elle restait hors de la guerre. Le roi Hussein a répondu qu’il était trop tard, « le dé était jeté ».

Les Jordaniens ont commencé un barrage de 6 000 obus sur Jérusalem. Les installations militaires, la résidence du Premier ministre et l’enceinte de la Knesset ont également été ciblées. Les pertes civiles israéliennes ont fait 20 morts et environ 1 000 blessés. Quelque 900 bâtiments ont été endommagés, notamment l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

16 avions jordaniens ont attaqué des villes du centre d’Israël, tuant un civil, en blessant sept et en détruisant un avion de transport.

Ce n’est qu’alors que l’armée israélienne a commencé à riposter, ce qui a conduit à la libération de Jérusalem-Est après 19 ans d’occupation illégale jordanienne (1948 à 1967).

 

Résumé

En somme, Jérusalem entière appartient à Israël – historiquement, légalement et moralement.

NB : A l’heure ou j’écris cet article j’apprends que le Honduras, le Paraguay, la république Tchèque et le Guatemala sont prêts à transférer leur ambassades à Jérusalem

Merci à Tomer Ilan pour sa collaboration

 

Sources:

Demographic history of Jerusalem:https://en.wikipedia.org/w…/Demographic_history_of_Jerusalem
Jordanian annexation of the West Bank: https://en.wikipedia.org/…/Jordanian_annexation_of_the_West…
The Six-Day War: https://en.wikipedia.org/wiki/Six-Day_War
United Nations Partition Plan for Palestine: https://en.wikipedia.org/…/United_Nations_Partition_Plan_fo…
Corpus separatum:https://en.wikipedia.org/wiki/Corpus_separatum_(Jerusalem)
Jordan’s Ethnic Cleansing of Jews in 1948: http://www.jpost.com/…/Ethnic-cleansing-Memories-of-1929-an…
Jordan shelling on Tel Aviv in 1967 (Hebrew):https://news.walla.co.il/item/3063670

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz