FLASH
[20/10/2018] Nord de la France : escroquerie aux allocations sociales – au moins 1,7 million d’euros, 3 romanichels mis en examen  |  76% des Français choqués, désapprouvent le comportement de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions  |  Inondations de l’Aude : de nombreux vols et cambriolages relevés dans les zones sinistrées  |  A Créteil, un lycéen pointe son arme à quelques centimètres de sa prof, en classe, pour qu’elle le note -présent- (source Le Parisien)  |  [19/10/2018] Grande-Bretagne, la fête peut reprendre : l’islamiste Anjem Choudary est sorti de prison après avoir purgé la moitié de sa peine  |  Effet trump : la croissance de la Chine n’a jamais été aussi faible depuis 2009  |  Avec 900 000 followers, @Tsahal_IDF court-circuite la censure totale des médias et informe les gens de la réalité du terrorisme musulman  |  France : un « jeune » de 23 ans est mort d’un coup de couteau. 2 autres sont blessés. @lavoixdunord appelle ça une « querelle de voisinage »  |  Hier, @Twitter a dit qu’il ne fermera pas le compte de Louis Farrakhan qui a dit que « les juifs sont comparables à des termites ». Twitter doit expliquer aux gens bannis pour moins que ça sa définition de l’incitation à la haine  |  [18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 17 mars 2018

Encore un merveilleux discours du Premier ministre hongrois prononcé ce jeudi 15 mars lors de la commémoration de la révolution hongroise pour l’Indépendance et publié en français par Visegrád Post.

Croisons les doigts pour que ce défenseur de notre Europe, celle que nous aimons, soit réélu le 8 avril prochain en dépit des manigances machiavéliques de son ennemi acharné, le diabolique G. Soros.

Entendrons-nous un jour de telles paroles de la bouche d’un dirigeant occidental ? Je l’espère de tout coeur afin que l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants ne soit pas celui de l’esclavage islamique dans leur propre pays.

 


 

À l’occasion de la fête nationale hongroise et à trois semaines des élections, Viktor Orbán démontre sa popularité et sa détermination à lutter contre « un réseau international organisé ».

Le 15 mars, la Hongrie célèbre la révolution pour l’indépendance de 1848-1849. C’est un jour éminemment politique pour les Hongrois et, traditionnellement, chaque parti organise un événement avec ses sympathisants.

Les différents partis d’opposition ont réuni chacun quelques milliers de participants. Mais l’événement du jour fut incontestablement la « marche de la paix ».

 

500.000 personnes ont défilé à Budapest le 15 mars 2018 pour soutenir Viktor Orbán. Photo : page facebook de Viktor Orbán

Le Fidesz, le parti de Viktor Orbán, a organisé entre 2012 et 2014 ces « marches de la paix » pour démontrer sa popularité et sa capacité de mobilisation hors du commun. La première marche avait été faite pour démontrer à l’Union européenne le soutien dont Viktor Orbán jouissait en Hongrie, alors même qu’il devait négocier sur sa nouvelle constitution. Mais depuis 2014, aucune marche de la paix n’avait été organisée.

Et cette année fut un record : environ 500.000 personnes, malgré la pluie, ont défilé dans Budapest pour exprimer leur soutien à Viktor Orbán. Véritable démonstration de force à destination des indécis, de l’opposition et de l’étranger, la marche des partisans de Viktor Orbán – réunis à l’appel du polémiste et présentateur Zsolt Bayer – s’est achevé sur la place du parlement où le Premier ministre hongrois a tenu son discours du 15 mars.

Avant le départ de la marche, Zsolt Bayer, figure historique du Fidesz et de la télévision hongroise, a déclaré que les participants sont ceux qui savent encore ce que signifient « Dieu, la nation et la patrie, ceux qui savent ce qu’est la famille et ce que représentent les enfants, et reconnaissons les deux genres, la femme et l’homme »

 

La place du parlement lors du discours de Viktor Orbán. Photo : page facebook de Viktor Orbán

Voici les points principaux du discours de Viktor Orbán du 15 mars 2018

Dès l’ouverture de son discours, Viktor Orbán a salué les participants, en particulier les centaines de Polonais présents, rappelant les liens forts et anciens qui unissent la Pologne et la Hongrie. Pour le Premier ministre hongrois, la force de chaque pays est une garantie pour l’autre. Et en ce sens, « la marche de la paix de cette année n’est pas qu’une affaire nationale, c’est également un soutien à la Pologne ».

« Lors des élections dans trois semaines, il ne s’agit pas de voter pour les quatre années à venir : l’enjeu est l’avenir du pays ». Pour Viktor Orbán, ses partisans sont les héritiers des combattants de la liberté de 1848-49. Rappelant que depuis trente ans, ses partisans, unis derrière lui, ont mené des luttes nombreuses et importantes, Viktor Orbán a annoncé que « le principal combat reste à venir » car selon lui, « on veut nous enlever notre pays ».

« Ils veulent qu’en quelques décennies, de notre propre gré, nous donnions notre pays à d’autres. Des étrangers venus d’autres coins du monde qui ne parlent pas notre langue, ne respectent pas notre culture, nos lois et nos modes de vie. Qui veulent remplacer les nôtres par les leurs. Ils veulent qu’à l’avenir, ce ne soit plus nous et nos descendants qui vivions ici, mais d’autres. Et il n’y a aucune exagération [dans mes propos], » a déclaré le Premier ministre hongrois, expliquant par la suite la situation de l’Ouest de l’Europe et le présentant comme un contre-exemple.

« Ceux qui n’arrêtent pas l’immigration à leurs frontières disparaissent ». Selon Viktor Orbán, « cela essaye de nous être imposé par des forces extérieures et des puissances internationales ». Et les élections du 8 avril sont selon lui une bonne occasion pour ces forces de faire valoir leur plan. « Nous ne voulons donc pas juste gagner une élection mais notre futur ».

« L’Europe et, en son sein, la Hongrie, est arrivée à un point critique : jamais les forces patriotes et internationalistes ne se sont opposées de la sorte ». Pour l’homme fort de Budapest, l’opposition se fait entre les millions de patriotes et de démocrates, et les élites mondialistes et anti-démocratiques.

« Nous devons faire face à un déplacement de population, qui menace notre mode de vie. […] Ce n’est pas les faibles petits partis d’opposition que nous avons à combattre mais un réseau international organisé en véritable empire. Des médias soutenus par des consortiums étrangers et des oligarques d’ici, des activistes rémunérés, des agitateurs, les ONG financées par les spéculateurs internationaux, ce que le nom de George Soros représente et incarne. C’est ce monde que nous devons combattre pour préserver le nôtre ».

Dans une rhétorique martiale, Viktor Orbán considère l’opposition dans son ensemble comme un allié objectif de George Soros et de ses intérêts.

« L’Europe est envahie. Si l’on ne fait rien, ce sont des dizaines et des dizaines de millions qui d’Afrique et du Moyen-Orient viendront en Europe ». Rejetant la passivité de l’Europe occidentale, Viktor Orbán a mis en garde l’Europe face à la démographie africaine à venir. « Bruxelles ne défend pas l’Europe » a asséné M. Orbán, insistant sur la volonté de Bruxelles de vouloir au contraire soutenir cette immigration.

« Après les élections, nous demanderons réparation. Moralement, politiquement, et juridiquement ». Pour l’opposition, cette phrase a sonné comme une menace.

« Comme le disait avec justesse nos aïeux, un peuple lâche n’a pas de patrie. […] Nous avons toujours combattu et nous avons toujours gagné à la fin. Nous avons renvoyé le sultan et ses janissaires, nous avons renvoyé l’Empereur Habsbourg et ses soldats, les Soviets et leurs camarades, et maintenant nous allons renvoyer George Soros et ses réseaux. »

Revenant à l’immigration, Viktor Orbán explique qu’une erreur suffit, « si le barrage cède, l’invasion se produira, et l’occupation culturelle sera irréversible».

En conclusion, le Premier ministre hongrois a fait appel aux jeunes, pour leur dire l’importance d’avoir une patrie. « Jeunes, la patrie a besoin de vous, venez combattre avec nous pour elle, pour que le jour où vous aurez besoin de la patrie, elle soit toujours là pour vous ! »

Le discours s’est terminé par la récitation – et non le chant – de l’hymne national – qui est une prière – ainsi que par un appel à la lutte.

Bénis les Hongrois, ô Seigneur,
Fais qu’ils soient heureux et prospères,
Tends vers eux ton bras protecteur
Quand ils affrontent l’adversaire !
Donne à qui fut longtemps broyé,
Des jours paisibles et sans peine ;
Ce peuple a largement payé
Pour les temps passés ou à venir.

Aux Carpates, sur Ton conseil,
Nos aïeux osèrent s’étendre.
Quelle belle place au soleil
Tu aidas nos pères (fils de Bendegúz) à prendre !
Aussi loin que de la Tisza
Et du Danube le flot danse,
Aux fils héroïques d’Arpad,
Tu as prodigué l’abondance.

u fis onduler, à l’instar
Des mers, les épis dans nos plaines,
Et Tu permis que du nectar
De Tokay, nos coupes soient pleines.
Grâce à toi, nos drapeaux ont pu
Flotter chez le Turc en déroute,
Les murs de Vienne être rompus
Par Matthias et ses noires troupes.

Hélas! nos fautes, trop souvent
Ont fait éclater Ta colère,
Et de Tes nuages ardents
Tu as fait jaillir le tonnerre.
Alors ce furent les Mongols,
Leurs dards sifflants et leurs pillages,
Puis le Turc qui sur notre col
Posa le joug de l’esclavage.

Que de fois, sur l’amas sanglant
Des cadavres de nos armées,
Par les cris orgueilleux d’Osman
La victoire fut proclamée !
Que de fois, ô patrie, enfin,
Tes propres enfants t’attaquèrent!
Et par leurs crimes, tu devins
L’urne funèbre de leurs frères.

Fuir ! Mais d’asile il n’est point
Contre le fer et sa furie.
Dans son propre pays, en vain
Le fuyard cherchait sa patrie.
Il allait par monts et par vaux,
Pour compagnon, douleur et doute,
Pour horizon du sang à flots,
Et des flammes pour clef de voûte.

Là, ces ruines furent un fort,
Autrefois y régnait la joie.
À sa place, un râle de mort
Et des plaintes de cœurs qu’on broie.
La liberté ne fleurit point,
Hélas dans le sang des victimes !
Les yeux de l’orphelin sont pleins
Des pleurs de ceux que l’on opprime.

Prends pitié du Hongrois, Seigneur !
Si souvent il fut dans les transes !
Tends vers lui un bras protecteur
Dans l’océan de ses souffrances !
Donne à qui fut longtemps broyé
Des jours paisibles et sans peines.
Ce peuple a largement payé
Pour les temps passés ou qui viennent.

 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz