FLASH
[15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  |  Les médias obsédés par la haine de Trump ne vous ont pas dit que Trump passe en revue les troupes avec la reine Elizabeth II à Windsor, l’une des rares, sinon la seule fois en plus de 70 ans, qu’elle l’a fait avec un chef d’État? Étrange, leur métier n’est pas d’informer?  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 mars 2018

Le président Trump a annoncé ce jeudi 22 mars le départ de H.R. McMaster, qui est remplacé par John Bolton, ancien ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU de l’Administration Bush, au poste de conseiller national à la Sécurité intérieure.

Lors d’un court échange exclusif, John Bolton a expliqué à Dreuz.info comment il voit l’Europe post Brexit.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Son témoignage remonte à l’été 2016, juste après le choc du Brexit, et il permet de comprendre la philosophie du nouveau conseiller à la Sécurité intérieure du Président Trump, pourquoi ce dernier vient de le nommer à son poste, et surtout sa vision de la direction politique qu’il souhaite pour l’UE, qui en séduira plus d’un.

Jean-Patrick Grumberg : « Monsieur l’ambassadeur, que va-t-il advenir de l’Europe, maintenant que la Grande-Bretagne a décidé de la quitter ?

John Bolton : Je pense que l’Union européenne a un énorme problème. Les Anglais ont voté pour partir, alors que l’UE a des problèmes financiers évidents, et que l’Euro est une monnaie en difficulté.

Je pense personnellement que l’Europe est devenue moins avec l’UE, que la somme de ses composants.

L’Amérique veut une Europe forte, et ce n’est pas ce qu’est l’Union européenne dans sa forme courante, et j’espère qu’ils [les Européens] vont trouver un moyen de la quitter. »

Et concernant les Etats-Unis (Donald Trump n’était pas encore président) ?

« La politique étrangère des Etats-Unis est la réflexion du président, et c’est une des raisons pour lesquelles je pense que le sujet de la sécurité nationale doit être au centre du débat politique, et je ne pense pas que la plupart des Américains soit d’accord avec la direction qu’a choisie Obama. »

John Bolton a toujours eu une vision très lucide de la situation du monde, et il n’a jamais eu froid aux yeux pour l’exprimer. Grand ami d’Israël, il a été très critique concernant les errements multiples de l’administration Obama, et a très tôt dénoncé l’aberration des accords sur le nucléaire iranien, qui a terme, si l’Iran atteint ses objectifs comme les accords le lui permettent au bout de 10 ans, vont faire exploser toute cette partie du monde, avec des retombées à côté desquelles l’immigration massive que subissent les Européens depuis l’invasion de la Libye est une anecdote.

« Je suis heureux d’annoncer qu’à compter du 9 avril 2018, John Bolton sera mon nouveau conseiller à la sécurité nationale », a tweeté le président Trump ce jeudi :

Malgré quelques divergences de vues – John Bolton a défendu la guerre en Irak alors que Trump considère que les Etats-Unis n’auraient pas dû s’y engager, mais qu’une fois engagé, Obama n’aurait jamais dû quitter l’Irak de cette façon, laissant le champ libre aux groupes terroristes – John Bolton s’est dit honoré de cette nomination, qui l’a pris par surprise par sa rapidité, quelques heures seulement après son entretien avec le président à la Maison-Blanche.

« C’est un honneur d’avoir été sollicité par le Président Trump pour le poste de conseiller à la Sécurité nationale. J’accepte humblement son offre. En ce moment, les Etats-Unis font face à un vaste éventail de problèmes et j’ai hâte de travailler avec le président Trump et son équipe pour relever ces défis complexes dans le but de rendre notre pays plus sûr à l’intérieur et plus fort à l’étranger. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz