Publié par Gaia - Dreuz le 26 mars 2018

La jeune femme, âgée de 18 ans, est toujours en garde à vue ce lundi, ainsi qu’un jeune homme mineur, ami proche du djihadiste.

Trois jours après les attaques terroristes de Carcassonne et du supermarché Super U de Trèbes, dans l’Aude, deux proches du tueur Radouane Lakdim sont toujours en garde à vue ce lundi.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il s’agit de sa compagne, âgée de 18 ans, et d’un jeune homme présenté comme un de ses amis, âgé de 17 ans. Leurs gardes à vue ont été prolongées dimanche.

Selon une source proche de l’enquête, la jeune femme « manifeste des signes de radicalisation ». De source judiciaire, elle est fichée « S », comme l’était Lakdim.

Toujours selon nos informations, elle était suivie par la DGSI pour son profil islamiste, très actif sur les réseaux sociaux : “Elle se dit sympathisante E.I sur Facebook”. Suivie pour radicalisation, elle était inscrite au fichier des radicalisés et faisait l’objet d’un suivi lors des réunions de coordination préfectorales hebdomadaires. « Elle était dans le bas du spectre, avec des signaux faibles », explique une source du renseignement.

Radouane Lakdim, un Français d’origine marocaine de 25 ans, s’était présenté vendredi comme « un soldat » de Daech, lequel a, peu après, revendiqué les attaques. A son domicile, dans la cité d’Ozanam à Carcassonne, les enquêteurs ont découvert des « notes faisant allusion à Daech » et s’apparentant à un testament.

Elle regrette qu’il n’y ait pas eu plus de morts

Tout en affirmant n’avoir rien su des projets de Lakdim (“il aurait coupé les ponts avec elle il y a quelques semaines”), cette convertie a cependant raconté lors de sa garde à vue être pro-djihad armé. Elle a par ailleurs affirmé qu’elle cautionnait les attentats en France, pays qu’elle qualifie de “mécréant”, et qu’elle considère normal que Daech venge ses “frères” tués par l’armée française en Syrie ou en Irak. Toujours d’après nos informations, elle a dit regretter qu’il n’y ait pas eu plus de morts lors des attaques de vendredi. Enfin, elle a indiqué aux enquêteurs que si elle avait été au courant des projets d’attentats de son compagnon, elle ne l’aurait pas dénoncé.

L’hommage de Trèbes aux quatre victimes

Au total, Lakdim a tué quatre personnes et en a blessé trois autres. Armé d’un pistolet, d’un couteau et d’engins explosifs artisanaux, il a tout d’abord volé une voiture à Carcassonne, vendredi, peu après 10 heures, blessant grièvement son conducteur, de nationalité portugaise, et tuant son passager, un viticulteur à la retraite.

Après avoir tenté de s’en prendre aux parachutistes du 3e RPIMa, il a ensuite tiré sur des CRS revenant d’un jogging, blessant l’un d’eux près de la caserne.

Il a ensuite fait feu dans le Super U de Trèbes, tuant un salarié du supermarché et un client. Il a enfin poignardé le lieutenant-colonel Beltrame, qui a succombé à ses blessures samedi matin.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Dimanche, la petite ville de Trèbes a rendu hommage aux quatre victimes. A Carcassonne, le général Richard Lizurey, patron des gendarmes, a rencontré une soixantaine de gendarmes du groupement de l’Aude, dont Arnaud Beltrame était le numéro 3. Il devait rencontrer en privé sa veuve dans l’après-midi puis les hommes du GIGN à Toulouse, dont l’un a été blessé.

Source : Leparisien.fr

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile