Publié par Dreuz Info le 5 mars 2018

Lu sur le Salon beige : “Bernard Antony dénonce le cadavre du communisme qui bouge encore”

Sans vergogne une affiche de “pub” de l’Humanité dans les kiosques annonce un hors-série “Marx, le coup de jeune” avec “en cadeau” le Manifeste du Parti communiste, édité pour la première fois il y a 170 ans. Et je constate que dans (le coup de jeune de) “l’Huma”, on n’hésite plus à publier des textes gauchistes, trotskystes ou maoïstes, de la période soixantehuitarde. Daniel Bensaïd est simplement présenté comme “philosophe” et sans mention qu’il était un dirigeant de la LCR. Et on cite Louis Althusser (ancien directeur de Normale Sup) et encore Michel Foucault et Pierre Bourdieu. Voilà qu’au verso de la plaquette de réédition du Manifeste, je lis qu’en 2014 l’UNESCO a fait entrer ce texte “au panthéon de la pensée politique” en le classant au patrimoine de l’humanité !

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais chacun sait qu’en fait d’UNESCO, c’est plutôt “d’UNESCOmmuniste” qu’il faut parler.

Comme on le voit, au parti communiste dit “français” et à l’Humanité, on n’hésite pas à “faire tourner la roue de l’histoire à l’envers“. Si Marx, Lénine, Staline, sont morts et bien morts, les communistes du PCF, selon l’expression de Nietzsche, n’en ont pas encore enterré les cadavres ! Et Bernard Antony de conclure : “Le Manifeste du Parti communiste en cadeau ! Et pourquoi pas un séjour gratuit au Goulag ?

Parmi les moments les plus importants qui ont permis à la dictature socialo-communiste de fasciner et de repousser ensuite nombre d’intellectuels de droite non socialistes, il faut remarquer la dictature de la lutte de classes qu’impose le Manifeste communiste quand il réduit le développement historique au développement économique. La nostalgie de la Terreur de la dictature socialo-communiste règne chez les islamo-gauchistes.

K. Marx-F. Engels, Manifeste du Parti communiste : “Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, bref oppresseurs et opprimés, en constante opposition les uns aux autres, ont mené une lutte ininterrompue, tantôt dissimulée, tantôt ouverte, une lutte qui, chaque fois, finissait par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, ou par la disparition commune des classes en lutte”.

Cette vision socialo-communiste de l’histoire de la lutte de classes a déterminé la démarche de ses intellectuels partisans et sectaires selon une conception idéologique abstraite, alors que le peuple, ouvriers et paysans, devenait la cible prioritaire de leurs attaques. En clair, le Parti communiste français et ses intérêts bien compris étaient représentés par les dirigeants et les intellectuels communistes contre le peuple.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

C’est pourquoi la dictature socialo-communiste a peu à peu été repoussée. Et cela avec raison. Car par une telle opposition catégorique, les dirigeants et intellectuels communistes et le peuple ne pouvaient que s’exclure mutuellement. C’est le résultat auquel devait forcément aboutir cette idéologie socialo-communiste de la Terreur dénuée de toute pensée rationnelle et de tout projet concret pour améliorer la vie des gens.

La dictature de l’idéologie socialo-communiste est contraire à tout effort mené dans le but de maîtriser la réalité, sur un mode démocratique non-socialiste. Elle préfère se réfugier dans la propagande mensongère pour satisfaire les besoins de manipulation de l’opinion par l’idéologie socialo-communiste et la Terreur.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous