FLASH
[18/04/2018] Message de Trump à Israël: Meilleurs vœux au 1er ministre @Netanyahu et à tout le peuple d’Israël à l’occasion du 70e anniversaire de votre Grande Indépendance. Nous n’avons pas de meilleurs amis nulle part. J’ai hâte de déménager notre ambassade à Jérusalem le mois prochain !  |  Royaume-Uni : des produits chimiques trouvés à l’université de Manchester – des centaines de personnes évacuées alors que la police entoure le bâtiment  |  Un camion palestinien chargé d’explosifs en prévision de la célébrationdes 70 ans d’Israël a été intercepté  |  Le directeur de la CIA Mike Pompeo a rencontré le dictateur nord Coréen Kim-Jong Un, confirme Trump qui ajoute : « tout s’est bien passé et une bonne relation s’est établie »  |  Barbara Bush, la femme de G.H. Bush est décédée à l’âge de 92 ans  |  [17/04/2018] Gaza : Tsahal a tiré sur un poste du Hamas situé au sud de Gaza après des tirs sur des soldats israéliens  |  L’équipe de télé de CBS a visité Douma et a vu et filmé le cylindre de gaz chimique coincé dans un immeuble. Comment est-ce possible que les Russes ne l’aient pas vu ?  |  Toulouse, avantage de l’immigration : nouvelle soirée de violences urbaines après le contrôle d’une musulmane en niqab  |  Allemagne : une cadre du parti de Merkel, propriétaire d’un hôtel, recevra 2,7 millions d’euros pour héberger 31 migrants  |  La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur de Bachar el-Assad  |  Nantes : « On va tous vous tuer, Allahou Akbar », un musulman modéré menace de mort des militaires de l’opération Sentinelle sur le périphérique  |  Interview de Macron: La Maison-Blanche contredit le président et répète que les Etats-Unis ne resteront pas en Syrie  |  Cette nuit, et pour la 2e fois en 7 jours, israël a bombardé une base militaire près de Homs en Syrie  |  Le maire anti-israélien et pro-terroriste de Gennevilliers Patrice Leclerc a été interdit d’entrée en Israël  |  [15/04/2018] Israël vient de bombarder un tunnel terroriste qui partait de Gaza et arrivait en Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Danièle Lopez le 6 avril 2018

Douze ans plus tard, nous pouvons estimer son coût, à raison de 10% supplémentaires par année, à 164 milliards, compte non tenu de l’afflux de tous ces illégaux qui envahissent notre territoire et ceux « légaux » que nos gouvernements font entrer au nombre de 300 ou 400 mille, chaque année. Ce sont, bien entendu, 164 milliards, à la charge du contribuable français. Mais les chefs de l’État, tous, refusent obstinément de dévoiler les chiffres réels. 

Nous étions tout juste, à un an de l’élection présidentielle de 2012 lorsque j’ai publié, sur mon site, cet article qui, s’il était écrit  aujourd’hui, pas un iota ne serait changé, sauf… pour le nombre d’immigrés et pour le chiffre faramineux que nous coûte leur entretien.

Chacun de nous examinera, particulièrement, les fonds dépensés inutilement (et pour cause) et surtout de manière dispendieuse, pour maintenir, contre vents et marées, cette politique d’immigration qui a, depuis des décennies, appauvri les Français.

A ce petit jeu, la gauche n’est plus du tout la seule à promettre de nous saigner (à blanc), la droite du Président sortant (ndlr : Sarkozy) et celles qui s’y rattachent nous ont donné la preuve qu’ils feront tout pour nous diriger, exsangues, à la porte des pays du tiers-monde.

Devrons-nous, devenus cigales françaises, en haillons, demander l’aide des pays du Maghreb et d’Afrique, immensément riches en pétrole et autres ressources minières, quémander quelque dollar pour subsister alors qu’ils se sont reposés sur la France depuis tant d’années pour nourrir leurs sujets ?

Ce n’est malheureusement pas une fable. La fontaine française s’est tarie à la vitesse  MACH 20 et les conditions météorologiques n’y ont été pour rien. C’est, le résultat de la politique « immigrationniste » désastreuse des dirigeants de ce pays qui, à coups de milliards de dollars et d’euros, se sont octroyés le droit de distribuer le fruit de notre labeur à des gens qui, s’ils étaient restés chez eux, nous auraient évités la descente aux enfers qui nous attend et dont on ne sait à quel moment ni si un jour, elle se stabilisera.

Le déficit budgétaire de la France n’est pas entièrement la conséquence de « la crise de la dette mondiale« . Il est le résultat de la dette empruntée, chaque année, pour subvenir aux besoins de cette population immigrée qui se dore la pilule au soleil sauf lorsqu’elle se trouve à l’ombre fraîche des bureaux des aides sociales et des hôtels en tout genre mis, gracieusement, à leur disposition.

Deux études ont été réalisées, l’une par Jean-Paul GOUREVITCH – expert international en ressources humaines, spécialistes des migrations : l’étude porte sur l’année 2008. Contribuable.org

L’autre par :

  • Yves-Marie LAULAN – économiste et géopoliticien, démographe, ex-président du Comité économique de l’OTAN.qui a accepté de répondre aux questions de Monde et Vie

L’immigration coûte plus de 70 milliards € à la France chaque année. Soit l’équivalent annuel de son déficit budgétaire.

Pour Yves-Marie Laulan et, trois ans plus tard, interrogé par Hervé Bizien pour le magazine Monde et vie de juillet 2011, les coûts de l’immigration en France sont dissimulés par le gouvernement. Il apparaît donc que le véritable coût de l’immigration en France, pour l’école, les transports, le logement, la sécurité sociale, les aides etc… atteint 70 à 80 milliards d’euros.

Alors que la campagne électorale démarre, nous vous laissons le soin de juger lequel d’entre les candidats à l’élection présidentielle sera à même de juguler le flux migratoire et dont la politique sociale sera la plus juste et la plus équitable pour tous les Français. (ndlr : Nous avons choisi le pire, il faut le dire !)

Je vous livre, donc, l’interview réalisée par Monde et Vie n° 846 que vous trouverez à la page 13, dans la rubrique « Économie » de ce magazine qui interroge Monsieur Yves-Marie Laulan. Les chiffres avancés concernent l’année 2006.

Démographe, économiste et géopoliticien, ancien directeur général du Crédit municipal de Paris, ex-président du Comité économique de l’OTAN, Yves-Marie Laulan a enseigné à l’ENA, aux Universités de Dauphine et de Paris 2, avant de fonder l’Institut de Géopolitique des Populations.

Monde et vie : Connait-on le nombre de personnes issues de l’immigration qui vivent en France ?

Yves-Marie Laulan : Nous en avons une idée assez précise. Actuellement, il est possible d’évaluer la population immigrée et issue de l’immigration (autrement dit les étrangers et les première et deuxième générations nées sur le sol français) entre 7 et 8 millions de personnes, soit plus du dixième de la population française. (ndlr : Je ris quand on veut vous faire croire que, 12 ans plus tard, il y aurait 3 millions d’immigrés en France !)

Ces personnes sont originaires, pour l’essentiel, de l’Afrique noire, du Maghreb et un peu de Turquie. Ces communautés très importantes dont les racines ne sont pas en France peuvent représenter un vivier électoral très intéressant, ce qui explique l’attitude du parti socialiste, par exemple, qui souhaiterait capter ces suffrages pour s’emparer du pouvoir.

M-V : Quelle est l’importance des immigrés originaires de l’Europe de l’Est ?

Y-M L : Les ressortissants des pays de l’Est de l’Europe ne représentent pas plus de 3% de cette population immigrée, soit 200 000 à 300 000 personnes au maximum.

M-V : La presse publie régulièrement des communiqués de victoire à propos du taux de natalité français. Que faut-il en penser ?

Y-M L : Nous avons le taux de fécondité le plus élevé d’Europe : 1.81%, ce qui permet à l’Insee et au Figaro d’écrire que nous sommes les champions. Mais en réalité, sur 830 000 naissances recensées en France, en 2006, 165.000 venaient de cette population issue de l’immigration.

En réalité, le taux de fécondité de la population française « de souche » voisine celle de la Grande Bretagne, à 1.6%

  • Celui des Maghrébines en France est de 2.7%
  • Celui des Noires d’origine africaine, 4.2%

Michèle Tribalat,  (ndlr : démographe française, chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED) depuis 1976) a montré dans une étude publiée, voilà trois ans, que 31% des jeunes de moins de 20 ans en Île de France et 18% à l’échelle nationale, sont originaires de l’Afrique noire, du Maghreb et de Turquie.

Dans 30 ans, nous aurons passé la barre des 50%. Sans cet apport, nous ne serions pas champions d’Europe !

Cette situation aura des conséquences évidentes sur les mœurs, l’économie et la politique, comme l’a bien compris le parti socialiste.

M-V : Peut-on savoir combien coûte l’immigration à la France ?

Y-M L : C’est un sujet effroyablement compliqué car l’administration française ne consacre pas de mission ni de programme budgétaires à l’immigration. Les coûts sont dissimulés.

C’est pourquoi une étude réalisée sous l’égide de Philippe Seguin, lorsqu’il était président de la Cour des comptes, est arrivée au chiffre ridicule de 700 millions d’euros.

Dans le cadre de la présentation budgétaire actuelle, il était impossible d’identifier un coût supérieur.

Cependant, en 2006, nous avons fait paraître, dans le cadre de l’Institut de géopolitique des populations, que j’ai créé voilà une douzaine d’années avec Jacques Dupâquier, un « essai d’évaluation des coûts économique et financiers de l’immigration » réalisée avec plusieurs experts, en particulier, Gérard Lafay, professeur à l’Université de Paris II et Jacques Bichot, professeur à l’Université de Lyon III.

En utilisant toutes sortes de documents, non seulement tirés du budget de l’Etat et de la Sécurité sociale mais, émanant, aussi, des directions ministérielles : éducation nationale, Intérieur etc…, nous avons essayé d’identifier les coûts liés à l’immigration, fonction par fonction et, au bout de ce travail de Romains, nous sommes arrivés au chiffre de 35 milliards d’euros au minimum, qui augmente d’environ 10% chaque année. (ndlr : C’est en 2006, que cette étude est publiée. Nous sommes en 2018).

Mais en réalité, les experts qui ont travaillé à cette étude pensent qu’il faut le doubler et que, le véritable coût de l’immigration pour la France – entre l’école, les transports, le logement, la sécurité sociale, les aides etc. – atteint 70 à 80 milliards d’euros, soit l’équivalent annuel du déficit budgétaire.

Autrement dit, la France s’endette pour assimiler des jeunes gens dont un certain nombre la remercient en brûlant des voitures…

Heureusement, il existe aussi des immigrés qui se comportent convenablement et travaillent : ils représentent 10% de la population concernée et dégagent une contribution positive à l’effort national que l’on peut estimer à une dizaine de milliards d’euros.

Le solde négatif de l’immigration est donc compris dans une fourchette de 60 à 70 milliards d’euros par an.

M-V : Quel est le plus gros poste de dépenses ?

Y-M L : C’est évidemment le poste social.

M-V : Comment expliquez-vous que vos travaux et ceux des experts qui ont participé à votre étude ne soient pas utilisés ?

Y-M L : Le gouvernement ignore volontairement nos travaux parce qu’il ne veut pas que les français sachent la vérité. Il laisse donc volontairement les idéologues de l’Insee et de l’Ined les tromper.

C’est ainsi que l’on tue un pays.

Propos recueillis par Hervé Bizien

« C’est ainsi que l’on tue un pays », conclut Yves-Marie Laulan. Sept ans plus tard, nous ne pouvons que constater que notre pays se meurt peu à peu.

Depuis 2006, la situation en France n’a fait qu’empirer. Nous pouvons aisément calculer le coût de cette immigration que nous devons supporter, aujourd’hui. Ne nous étonnons plus que toutes les réformes qui ont été entreprises – souvent en catimini – et qui le seront encore, grèvent le budget familial de chaque Français, chaque année un peu plus, dans tous les domaines : impôts, sécu, médicaments non remboursés, CSG, RDS, retraite à la carte avec bonus-malus pour les prochains retraités, tabac, carburant, des verbalisations (véhicule) de plus en plus faramineuses … J’en oublie ? Sûrement.

Tout cela nous appauvrit depuis des dizaines d’années pour entretenir les immigrés qui nous remercient… en nous tuant. Puisque, maintenant, ils ont franchi le Rubicond. Les poubelles et les voitures brûlées ne dérangeant pas plus que ça, les pouvoirs publics ni la magistrature, ils sont passés à la vitesse supérieure.

Aujourd’hui, pour vous remercier de les avoir accueillis, ils violent, ils volent, ils tuent ! Et l’État français continue de les faire rentrer par centaines de milliers, tous les ans.

 

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz