Quantcast
FLASH
[13/12/2019] Royaume-Uni : Les pro-#Brexit, anti-immigration, anti-Europe rejettent le socialisme dans un raz-de-marée électoral par 368/202 sièges  |  [11/12/2019] #Netanyahou songe à recruter l’ancien directeur de campagne de #Trump, Corey Lewandowski, pour sa prochaine campagne électorale  |  Sondage : #Trump devant tous les candidats Démocrates dans le Michigan  |  #Obama a refusé de donner une aide militaire à l’#Ukraine, mais @CBSNews prétend que #Trump met l’Ukraine en danger face à la #Russie  |  Un Islamiste a fait encore un attentat-suicide, à l’extérieur de la principale base américaine en #Afghanistan  |  [10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 avril 2018
  • Dans le Times of Israel (15), Avi Issacharoff se demande pourquoi Assad est-il si pressé qu’il aurait utilisé une arme chimique alors qu’il est si près de son but, la libération totale de Douma.

Pour plusieurs raisons, répond Issacharoff à sa propre question :

• « d’abord, parce qu’il peut le faire. Le président syrien a compris qu’à la lumière de l’annonce récente du président américain Donald Trump que l’Amérique a l’intention de retirer prochainement ses forces de Syrie, il n’a personne en travers de son chemin.

• Il est probable que le dirigeant syrien paiera le prix sous la forme de quelques missiles Tomahawk américains frappant l’une des bases militaires du régime, mais il est tout à fait clair que les Américains n’iront pas plus loin que cela.

• Le Conseil de sécurité de l’ONU n’agira pas tant que les Russes soutiendront Assad, et la « communauté internationale » est une expression qui n’a plus de sens au Moyen-Orient.

• Assad est en violation des accords de retrait des armes non conventionnelles de Syrie conclu entre l’ancien président américain Barack Obama, la Russie et Damas après une attaque chimique à grande échelle en 2013. Mais qui s’en soucie ?

• La semaine dernière, le journal Haaretz a rapporté que l’armée syrienne a déployé des forces dans des zones où il est interdit d’opérer, comme la région du plateau du Golan. Pourquoi ? Encore une fois, parce qu’il le peut et qu’il n’y a personne pour l’arrêter.

• De plus, on peut s’attendre à ce que l’utilisation d’armes chimiques raccourcisse les combats – et pas seulement dans la région de Douma ou de Ghouta Est. Ce sera également un facteur important dans la prise de décision des rebelles dans la région d’Idlib et des hauteurs du Golan.

  • Brian Michael Jenkins, conseiller du président de RAND Corporation, une organisation de recherche un organisme de recherche à but non lucratif et non partisan qui aide à améliorer les politiques et la prise de décisions par la recherche et l’analyse (16), avance d’autres arguments :

« Les armes chimiques ont une utilité militaire limitée, un fait connu depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Il a été démontré que les explosifs et les balles de mitrailleuses ont tué beaucoup plus de gens, sans parler des maladies. L’utilisation d’armes chimiques provoque aujourd’hui une condamnation internationale, si ce n’est une action.

Ceux qui ordonnent leur déploiement risquent d’être accusés de crimes de guerre.

Alors pourquoi le président syrien Bachar Assad les utiliserait-il ?

• Contre les populations civiles, les armes chimiques sont des instruments de terreur – une démonstration que la résistance aura des conséquences horribles. Les massacres aveugles sont une conséquence de leur utilisation, et non l’objectif. L’objectif plus large est d’encourager les civils dans les zones tenues par les rebelles à se retirer.

• Cela est conforme à l’approche générale du régime syrien à l’égard de la contre-insurrection, qui diffère des notions occidentales de gagner des cœurs et des esprits. La Syrie veut que les zones échappant au contrôle du gouvernement soient dépeuplées. Dans le cadre d’une stratégie visant à rendre la vie intenable dans les zones rebelles, les forces armées syriennes ciblent les civils, les commerces, les approvisionnements alimentaires, les hôpitaux et les établissements de soins de santé. Cette approche a permis de transformer la moitié de la population syrienne en réfugiés qui fuient vers d’autres régions du pays ou à l’étranger.

• La stratégie de la Syrie s’inscrit également dans le cadre des efforts qu’elle déploie actuellement pour consolider un bastion loyal au régime dans la partie occidentale du pays. Les attaques aériennes et d’artillerie brutales sur la partie d’Alep tenue par les rebelles l’automne dernier faisaient partie de cette stratégie.

  • « Il est tout à fait possible qu’Assad ait utilisé des armes chimiques pour se forger une réputation de résistance extrême », a suggéré Christian Davenport (17), qui ajoute que « dans ce cas, le fait de signaler la dureté servirait à démoraliser l’opposition et à modifier ses calculs pour continuer à se battre ».
  • « Il est également possible », comme Mila Johns l’a soutenu (18), « qu’Assad ait utilisé des armes chimiques pour signaler à la communauté mondiale qu’il ne reconnaît pas l’autorité des normes mondiales de la communauté internationale ».
  • Enfin, presque tous les commentateurs du site Political Violence @ a Glance sont d’accord pour dire qu’Assad « révèle stratégiquement à ses ennemis jusqu’où il ira pour maintenir le pouvoir. »

Conclusion

Assad et son armée à la Ghouta orientale

La plupart des médias américains ne manifestent aucun désir d’évaluer s’il est vrai ou non qu’Assad a utilisé des armes chimiques.

L’ancien conseiller à la sécurité nationale du président Barack Obama, Tom Donilon, est apparu sur CNN. Il a dit que Trump devrait rapidement établir la preuve que le gouvernement syrien était derrière l’attaque. « Il faut que ce soit une preuve claire », a-t-il ajouté.

Donilon a été vertement interrompu par Wolf Blitzer, qui lui a rétorqué « nous avons vu la vidéo des enfants ». Donilon a reculé, et a dit à Blitzer qu’il n’avait aucun doute que le gouvernement syrien était responsable. Il a cependant ajouté :

« Je pense que les preuves sont assez convaincantes à ce stade, mais il faut les établir solidement. Vous avez 500 personnes qui ont demandé de l’aide médicale à la suite de cette attaque. C’est cohérent avec les actions passées de la Syrie d’essayer de nettoyer ces zones autour de Damas. A seulement 10 miles de Damas ».

Si les médias ont tous décidé qu’Assad est coupable, peu importe que les preuves soient convaincantes ou pas. C’est le même parti-pris que j’observe, mais dans le sens inverse, auprès de beaucoup de Français.

Je vais être honnête : je n’espère hélas pas grand-chose de ceux qui ont des préjugés arrêtés, qui n’entendent que les arguments qui leur donnent raison, se rassurent dans leur besoin d’avoir des certitudes, n’en bougent pas afin de ne pas risquer de mettre en danger leur processus de raisonnement, ou refusent de remettre en question des positions qui assoient toute leur conception du monde.

Ceux-là évoluent rarement vers une vision plus nuancée, et je ne suis pas Don Quichotte pour tenter de les convaincre. D’autant que chercher à convaincre n’est pas exactement ma philosophie. Je préfère donner des éléments de réflexion.

Les missions de l’ONU ont constaté l’utilisation probable de l’agent neurotoxique sarin dans le cas de Khan al-Assal (19 mars 2013), Saraqib (29 avril 2013), Ghouta (21 août 2013), Jobar (24 août 2013) et Ashrafiyat Sahnaya (25 août 2013).

Mais en fait, si vous réfléchissez bien, rien ne fera changer d’avis ceux qui ont décidé qu’Assad n’utilise pas l’arme chimique. Aucune preuve ne sera pour eux assez crédible et aucun organisme ne sera objectif, s’il conclut positivement. Même si le président Assad lui-même avouait avoir utilisé une arme interdite, ils affirmeraient qu’il l’a fait sous la contrainte. C’est ma conviction profonde.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

(1) http://thehill.com/policy/defense/382673-mattis-us-still-assessing-suspected-syria-chemical-weapons-attack

(2) https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-douma/syrian-government-launches-assault-on-last-rebel-enclave-in-ghouta-idUSKCN1HD1VO

(3) https://www.yenisafak.com/en/world/tens-of-thousands-still-remain-trapped-in-syrias-douma-3288735

(4) http://www.bbc.com/news/world-middle-east-43697084

(5) https://www.sams-usa.net/press_release/sams-syria-civil-defense-condemn-chemical-attack-douma/

(6) https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-ghouta-who/who-500-syrian-patients-show-symptoms-pointing-to-toxic-weapons-exposure-idUSKBN1HI18D?il=0

(7) https://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/syria-chemical-weapons-civilians-killed-douma-eastern-ghouta-damascus-a8294296.html

(8) https://www.cbsnews.com/news/chemical-weapons-watchdog-opcw-to-send-inspectors-to-syria-after-suspected-gas-attack/

(9) http://en.farsnews.com/newstext.aspx?nn=13970119001585

(10) https://www.lorientlejour.com/article/1109657/de-linteret-dassad-a-utiliser-les-armes-chimiques.html

(11) https://www.journalducameroun.com/en/why-might-syrias-regime-have-dropped-toxic-gas-on-ghouta/

(12) https://www.axios.com/french-strike-syria-chemical-weapons-e0b34a3e-880c-482b-8148-32878721b01c.html

(13) https://defence.pk/pdf/threads/the-douma-chemical-attack-is-fake-and-this-is-the-proof.552731/

(14) http://dailycaller.com/2018/04/11/theresa-may-trump-she-needs-more-proof-syria-did-chemical-attack/

(15) https://www.timesofisrael.com/why-did-assad-use-chemical-weapons-because-he-can/

(16) https://www.rand.org/blog/2017/04/why-would-assad-use-chemical-weapons.html

(17) http://politicalviolenceataglance.org/2013/09/13/friday-puzzler-the-logic-of-chemical-weapons/#comment-9883

(18) http://politicalviolenceataglance.org/2013/09/20/the-logic-behind-assads-use-of-chemical-weapons/

(19) http://www.jpost.com/Middle-East/German-company-involved-in-Syrian-chemical-attacks-defies-US-warnings-549486

(20) https://www.thedailybeast.com/john-bolton-syria-is-a-sideshow

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz