FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 13 avril 2018

La politique anti-migrants de Viktor Orbán a été sa victoire dans la «lutte pour l’âme de l’Europe» – et la défaite d’Angela Merkel.

Selon un commentateur politique allemand, la victoire de Viktor Orban aux élections hongroises marque la défaite d’Angela Merkel et la fin de la lutte pour le pouvoir en Europe, qui s’est déclenchée pendant l’été 2015 au plus fort de la crise migratoire.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Eric Frey, le directeur du Der Standard, a déclaré que M. Orbán et Mme Merkel se sont affrontés il y a trois ans lorsque le Premier ministre hongrois a réagi à l’afflux croissant de réfugiés sur la route des Balkans, en fermant la frontière extérieure de l’UE.

M. Frey a écrit :

« C’était la lutte pour l’âme de l’Europe. Trois ans plus tard, cela devient évident : Orbán a gagné ce combat.

Les Etats touchés par la vague de réfugiés en Europe centrale se sont tous déplacés vers la droite.

Merkel vient juste de s’en tirer aux élections du Bundestag allemand et depuis lors, elle est en opposition extrêmement forte avec l’AfD, dont la xénophobie dépasse même celle du parti Fidesz de M. Orban. »

  • M. Frey a souligné qu’en Autriche, la crise des réfugiés avait donné une large majorité à la coalition turquoise-bleue et avait fait de Sebastian Kurz le chancelier.
  • Il a dit qu’en Italie, où des centaines de milliers de personnes sont entrées dans le pays via la Méditerranée, deux partis populistes ont été élus lors des dernières élections.

Il a déclaré :

« Le plus grand échec a été le projet de l’UE concernant la répartition homogène des demandeurs d’asile: bien qu’aucun pays n’ait reçu de réfugiés qui ne souhaiteraient pas trouver abri dans son pays d’accueil, la décision était suffisante pour diviser l’Union.

C’est une autre raison pour laquelle Orbán a remporté son élection triomphalement en peignant une image d’une invasion de son pays natal.

Aujourd’hui, les frontières de l’Europe sont fermées.

Même Merkel a adopté la politique de barbelés d’Orbán.

Viktor Orban a retrouvé le pouvoir sur un billet anti-immigration.

Eric Frey :

« Les images des masses de réfugiées aux frontières ont été profondément enracinées dans l’esprit du peuple – et ont fait de l’Europe un endroit beaucoup moins convivial.

Cela affectera non seulement les anciens et les nouveaux immigrants, mais aussi ceux qui souhaitent avoir une société tolérante et libérale.

La question des réfugiés a renforcé les positions des défenseurs de la politique identitaire nationaliste et de la ‘démocratie illibérale’.

La conviction de certains qu’ils pourraient retourner vers un passé où l’ouverture ancrée dans le projet européen n’existait pas encore, a bouleversé de grandes parties de la population et met maintenant en danger l’intégration en entier.

La crise financière et la crise de l’euro ont ébranlé la confiance de nombreuses personnes dans les élites, et les experts bruxellois et l’immigration de masse a fait le reste ».

M. Frey ajoute que la peur des étrangers, des musulmans et des «terroristes» est une réalité, et qu’elle ne pouvait pas même être vaincue par les arguments les plus raisonnables.

Il conclut ainsi :

« Cela ne signifie pas que les visions d’Orbán doivent dominer l’Europe. Si l’élément émotionnel explosif de la migration pouvait être équilibré par une politique d’immigration stricte, alors il devrait être plus facile d’obtenir un soutien pour les objectifs européens propagés par le président français Emmanuel Macron.

Cela profiterait finalement aux migrants qui sont déjà là et qui resteront.

Sur la question des frontières, Orbán avait raison à bien des égards en 2015.

Maintenant, il est important d’empêcher sa politique renforçant l’injustice de gagner. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Oksana Zvirynska pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz