FLASH
[16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  |  Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, est décédé d’un cancer  |  Breaking News: Un avion de l’armée israélienne a attaqué une cible terroriste à Gaza  |  [15/10/2018] Une militante pro-migrant a été violée par un migrant marocain, a rapporté La Voix du Nord  |  New York : Ali Kourani, 34 ans, a été arrêté pour terrorisme après avoir tenté de devenir un informateur du FBI, offrant des informations sur le Hezbollah  |  Beaumont-sur-Oise (95) : un frère d’Adama Traoré jugé pour avoir incendié un bus et roué de coups un chauffeur  |  ‪La Courneuve : un musulman a poignardé un homme en hurlant Allahou Akbar‬  |  Aubervilliers : attaque au couteau à cris d’Allah Aoukbar : probablement un couteau déséquilibré  |  Cologne: la police parle d’une prise d’otage à la gare  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 17 avril 2018

Au fur et à mesure qu’on lit le nouveau livre d’Ibn Warraq, « L’islam dans le terrorisme islamique* », un autre livre vous vient à l’esprit, celui de Samuel Huntington, « Le choc des civilisations* ».

En effet, les pages d’Ibn Warraq font comprendre, sans ambiguïté aucune, qu’il existe décidément en ce monde deux grands destins collectifs différents et ils le sont dans une telle intensité qu’inéluctablement, la différence justement, va aller s’amplifiant pour s’achever dans une eschatologie qui sera nécessairement une conflagration dont l’échelle de l’horrible n’a jusque là jamais été atteinte. Il est cependant une chose qu’on est en droit de se demander : s’agit-il vraiment d’un choc ? Car un choc finalement, c’est l’impact entre deux objets dont la force est plus ou moins identique d’où la violence qui en résulte. Or, le choc entre la civilisation occidentale et l’islam, ne s’apparente t-il pas plutôt au coup porté par un gros marteau sur une motte de beurre ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On peut adhérer à cette vision des choses que certains -je n’en doute pas- qualifieront de simpliste. Mais peu importe en fait, car en effet, une question arrive, logique : comment réagit l’Occident aux coups répétés que lui porte l’islam ? Et d’ailleurs, l’Occident a t-il même un seul début de réaction ? Et c’est là justement où le livre d’Ibn Warraq est fondamental. Pourquoi ? Mais parce qu’il légitime au premier chef la détermination d’Israël et sa grande lucidité à résister face à la barbarie islamique ! Il lui offre un argument fondamental dans ses prises de décisions celles-là mêmes qui chagrinent tant la sensibilité si délicate des bien-pensants de l’Occident qui trouvent lesdites décisions beaucoup trop brutales. Israël en ce sens, n’appartient pas à l’Occident alors qu’elle devrait être au contraire son porte-drapeau. Ibn Warraq éclaircit la situation, ouvre les yeux de l’Occident et légitime donc la lucidité d’Israël.

Ibn Warraq a cette puissance de travail extraordinaire -qu’on retrouve si peu aujourd’hui- et qu’avaient nos génies d’autrefois, nos Balzac, nos Hugo … Ibn Warraq -ceci dit sans exagération- est le Léonard de Vinci de l’islamologie. Je ne crois pas qu’il est exagéré de dire qu’il a lu tous les islamologues de la planète dont il tire des citations pour étayer sa thèse. Et sa thèse justement, c’est que la terreur depuis Mahomet lui-même juqu’à Daesh, est la seule nature de l’islam dont elle couvre d’une brume épaisse la totalité. Ibn Warraq passe en revue de manière chronologique donc, toutes les écoles de terreur issues comme des chardons du codex. Le coran, les habits, la sunna ne sont en fait qu’une exhalation puante d’apocalypse, un manuel d’instruction satanique pour s’opposer à tout ce que la vie offre de beauté : la vie elle-même d’abord, la danse, la musique, le vin … Il n’y a qu’une voie : celle qu’a définie Allah et celui qui s’en écarte, est condamné avec la fermeté la plus terrible. Ibn Warraq évoque toutes ces guerres civiles qui ont égrené l’islam. Car bien sûr, le terrorisme islamique n’est pas réservé -comme on a trop tendance à le croire- à nous exclusivement, mais d’abord aux musulmans eux-mêmes, selon ce principe d’obsession pathologique qui est le moteur permanent du terrorisme : « ordonner le convenable, interdire le blâmable ». Chaque musulman, quel qu’il soit, où qu’il soit, est une cible, cible de ces censeurs théologiques infernaux dont l’intransigeance est la seule essence de leur pédagogie, mais bien sûr, et en résultant, il est également la cible de lui-même car il se doit d’être son propre gendarme pour s’habituer à ne jamais tomber sous le coup fatidique desdits censeurs.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

On comprend ainsi qu’Ibn Warraq nous met en garde contre la dangerosité qui résulte de ce maelström indicible. Comme lui, courageux, -l’apostat est puni de la mort en islam !- s’est échappé de cette prison cérébral, cette prison dont il connaît les moindres recoins, il nous crie de faire face à cette schizophrénie théologique. Il nous implore de retrouver notre vigueur, de passer de l’état de beurre à celui de l’acier. Et dans sa conclusion, il est très clair : il en va de l’avenir du monde. Comme hier, on s’était battu contre la peste brune, puis contre la peste rouge, il est aujourd’hui un devoir impératif qui nous incombe : nous battre contre la peste verte !

Le livre d’Ibn Warraq est le bréviaire indispensable de notre espoir et la confirmation qu’Israël est sur la bonne voie, qu’Israël a compris depuis longtemps le message de ce grand islamologue américain originaire du Pakistan et qu’elle devrait rappeler ledit message à ces ingénus de gouvernants occidentaux. Il faut absolument lire ce livre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Philippe Arnon pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz