FLASH
[16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  |  Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, est décédé d’un cancer  |  Breaking News: Un avion de l’armée israélienne a attaqué une cible terroriste à Gaza  |  [15/10/2018] Une militante pro-migrant a été violée par un migrant marocain, a rapporté La Voix du Nord  |  New York : Ali Kourani, 34 ans, a été arrêté pour terrorisme après avoir tenté de devenir un informateur du FBI, offrant des informations sur le Hezbollah  |  Beaumont-sur-Oise (95) : un frère d’Adama Traoré jugé pour avoir incendié un bus et roué de coups un chauffeur  |  ‪La Courneuve : un musulman a poignardé un homme en hurlant Allahou Akbar‬  |  Aubervilliers : attaque au couteau à cris d’Allah Aoukbar : probablement un couteau déséquilibré  |  Cologne: la police parle d’une prise d’otage à la gare  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 avril 2018

Alors que les pro-Assad et les pro-Russes désertent Dreuz, je me suis demandé comment ils n’ont pas vu plus tôt que Dreuz défend des valeurs qui n’existent ni chez Poutine ni bien entendu chez Assad et certainement pas en Iran.

Dreuz n’est pas « anti-Poutine », car la Russie n’entre pas dans le champ de notre ligne éditoriale. Mais lorsque les événements l’exigent, il n’est pas pour nous question d’abandonner notre rigueur pour faire plaisir à certains.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Au cas où tous ne l’auraient pas compris, Dreuz considère que le politiquement correct n’est pas le terrain exclusif de la gauche. Il y a aussi un politiquement correct de droite. Qui impose que lorsqu’on est de droite, on doive être pro-Poutine quoi qu’il arrive. L’inverse vaut à gauche.

Les choses sont un peu plus compliquées que ça, heureusement ! La preuve :

  • Le président Trump a décidé de renforcer les sanctions contre la Russie, tout en déclarant, hier lors de la conférence de presse commune avec le président japonais ABE, que si les Etats-Unis s’entendent avec la Russie, ce sera une bonne chose, pas une mauvaise chose (il a dit la même chose concernant la Corée du Nord !). S’entendre ne veut pas dire s’aimer ou s’approuver.

Il se trouve que de par mes origines (j’ai 25% de sang russe, 50% de sang roumain, et 25% de sang polonais dans les veines), et mes relations familiales et amicales, je sais un peu ce qui se passe en Russie et dans la tête des Russes. Il se trouve que je n’aime pas les limites à la liberté individuelle, l’impérialisme et les projets d’expansion de Poutine vers une nouvelle Grande Russie, ni les « bienfaits » des régimes autoritaires. Mais j’aimerai qu’on s’entende avec Poutine. Je suis d’accord avec Trump lorsqu’il dit que ce serait formidable.

Israël y est parvenu et c’est très bien, et cela, alors que Netanyahu a prévenu Poutine qu’il serait bien avisé de ne pas s’interposer lorsqu’Israël fait respecter la ligne rouge qu’il a tracée en Syrie, et qu’il bombarde des positions militaires syriennes ou iraniennes. Poutine l’a compris, et lorsqu’Israël frappe, les condamnations des médias russes sont molles, l’armée russe regarde ailleurs.

Dreuz, de par son positionnement, est unique en son genre. Dreuz irrite, Dreuz dérange, Dreuz agresse, à gauche évidemment, mais aussi à droite.

  • La gauche globale qui cherche à imposer un monde sans frontières nous déteste à peu près autant que l’extrême-droite identitaire nous rejette.
  • Les soraliens vomissent notre soutien à Israël avec la même force que les mélanchonistes.
  • Les gaullistes se méfient que nous soyons un média américain.
  • Le Front national est irrité que nous ne les soutenions pas.
  • L’extrême droite pro-russe nous déteste.
  • Guy Millière a été qualifié d’antisémite lorsqu’il a dit qu’il ne fallait pas voter Macron, et j’ai été qualifié de complice lorsqu’une fois élu, j’ai dit qu’il fallait lui accorder le bénéfice du doute.
  • On m’a appelé Kapo parce que Dreuz a appelé à soutenir Riposte laïque.
  • Et je me suis fait traiter de gauchiste marxiste lorsque j’ai critiqué Poutine.

Dreuz irrite, Dreuz dérange, Dreuz agresse…

Edwy Plenel craint Dreuz. Il est tellement dérangé par les vérités que nous sommes bien peu nombreux à révéler, qu’il a bloqué Dreuz sur Twitter. L’avocat de gauche Patrick Klugman également, il n’aime pas que Dreuz expose ses petits compromis avec les valeurs qu’il dit défendre, et il a également bloqué Dreuz sur Twitter et Facebook.

  • L’IT manager de Dreuz a envoyé un message dont j’ai eu copie pour dire qu’il a noté une importante augmentation d’attaques de hackers et de tentatives d’attaques DDoS sur Dreuz depuis moins d’une semaine. Pamela Geller, chez qui je publie des articles en anglais, a subi une attaque DDoS et son site a été hors connexion pendant 4 jours.
  • Les attaques par des Trolls russes n’étaient pas une plaisanterie. Les modérateurs de Dreuz ont supprimé près de 400 messages de commentateurs nouveaux, au contenu hostile ouvertement pro-russe en une semaine, au lieu d’une moyenne de 2 ou 3 messages d’insultes par jour habituellement.

Oui, Dreuz, de par son positionnement, est unique en son genre, et cela dérange. Mais si nous ne dérangions pas, à quoi servirions-nous ? Et pourquoi un mea culpa ?

Dreuz s’est fixé une mission, et elle consiste à proposer notre analyse des événements du monde à nos lecteurs.

Beaucoup de lecteurs comptent sur nous, chaque matin, pour leur apporter un éclairage différent de la pensée unique qui leur est servie dans les médias traditionnels (c’est pourquoi je répète souvent que Dreuz ne fait pas de la réinformation mais de l’information, car nous disons ce que les autres cachent).

Pourquoi un mea culpa

Les pro-Assad et les pro-Russes nous désertent, disais-je. J’ai été étonné qu’ils n’aient pas compris plus tôt que Dreuz soutient l’idée d’une société libre et laïque de culture judéo-chrétienne.

C’est probablement que nous ne l’avons pas assez souvent ou assez bien rappelé, ou que nous avons manqué de clarté, probablement parce que nous avons pensé que cela va sans dire, alors que ça va toujours mieux en le disant.

Je porte sans doute ma part de responsabilité pour avoir pris pour argent comptant que nous étions sur la même longueur d’onde.

Je leur présente mes excuses s’ils se sont sentis trompés par Dreuz lorsqu’il leur est apparu évident que nos valeurs sont en phase avec celles du principal pays qui se revendique de racines judéo-chrétiennes au monde, les Etats-Unis, et pas avec celles de la Russie ou de la Syrie, et encore moins avec celles de l’Iran ou de la Corée du Nord.

Mea culpa si j’ai pu laisser penser que je pouvais défendre une valeur et son contraire.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz