FLASH
[21/05/2018] Le Paraguay inaugure aujourd’hui son ambassade à Jérusalem- le quai d’Orsay se fait livrer des laxatifs  |  [20/05/2018] Le Président Trump vient de demander officiellement une enquête pour savoir si le FBI et le département de la Justice d’Obama ont placé une taupe dans sa campagne présidentielle  |  [19/05/2018] Fusillade de Santa Fe : des photos nazis sur l’ordinateur de l’auteur de la tuerie (10 morts, 10 blessés)  |  [18/05/2018] Santa Fe : la tuerie de l’école a été arrêtée grâce à un professeur armé, comme Trump l’avait proposé : rien ne protège mieux des armes que les armes  |  Syrie : Les médias arabes affirment que l’explosion est une attaque israélienne sur des missiles utilisés par le Bavar-373, la version iranienne du système de défense antimissile russe S-300  |  Syrie : multiples explosion dans des dépôts d’armes à Hama près de l’aéroport militaire  |  Santa Fe, Texas : fusillade dans une école, 9 morts. Motif inconnu. Tueur arrêté  |  Attentat « à l’explosif ou au poison (à la ricine) » évité selon Gérard Collomb. 2 frères égyptiens arrêtés. Ils étaient surveillés sur Telegram. Quand le gouvernement protège les citoyens, on applaudi  |  Médias complices des morts de Gaza : le Hamas, heureux des condamnations par les médias, veut encore plus de morts, et prépare une autre journée d’émeutes  |  « A votre enterrement, l’Etat n’envoie pas des fleurs, mais une sommation d’impôts de succession à payer »  |  Après les aveux d’un chef du Hamas que les morts étaient des combattants, la presse de gauche américaine accuse le Hamas de commettre des « sacrifices humains »  |  [17/05/2018] Qui a inventé les attentats suicides ? Les Palestiniens ou les Iraniens ?  |  Une unité des «mistaravim (commando de Tsahal spécialisé dans le déguisement pour mieux infiltrer les communautés Arabes), se rendent sur un Campus Universitaire de Naplouse et kidnappe un terroriste recherché  |  Sirènes d’alarme dans le Golan: fausse alarme  |  Une plainte a été déposée par nos amis du @bnvca contre Le patron de RIVAROL. La condamnation de cette saloperie de Jérôme Bourbon serait une bonne nouvelle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 20 avril 2018

Le théologien, accusé de viols par quatre femmes, pourrait selon plusieurs sources changer de ligne de défense et admettre des relations sexuelles avec l’une d’elle. Une possible confirmation qui inquiète ses réseaux.

C’est un mauvais vent qui se lève, créant la panique parmi les soutiens de Tariq Ramadan. Jusqu’à présent, le théologien, accusé de viols par quatre femmes (dont l’une en Suisse) a campé sur une ligne de défense radicale : nier en bloc ce qui lui est reproché, jusqu’au simple fait d’avoir eu des rapports sexuels avec l’une ou l’autre des plaignantes. Ramadan avait juste consenti une relation de séduction, un flirt sans conséquence, lors de sa confrontation début février, pendant sa garde à vue, avec celle que la presse a surnommé «Christelle».

La ligne de défense de Tariq Ramadan – en détention provisoire depuis plus de deux mois et dont l’AFP confirmait mercredi soir qu’il souffre de sclérose en plaques mais qu’il peut être soigné en prison – est semble-t-il en train de bouger. Depuis le week-end dernier, l’un de ses principaux lieutenants a pris contact avec les cercles proches du prédicateur, préparant le terrain à un revirement de situation. «Tariq Ramadan admettrait avoir eu des relations sexuelles avec la troisième femme qui a porté plainte contre lui», explique à Libération une source proche de Musulmans de France (l’ex-UOIF, branche française des Frères musulmans). Il s’agit de «Marie» (nommée ainsi par les médias), une quadragénaire vivant dans le nord de la France, qui accuse le prédicateur de viols répétés, commis lors d’une douzaine de rencontres entre février 2013 et juin 2014 dans divers hôtels, notamment à Paris et Bruxelles.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Messages

L’avocat de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, précise à Libération que le prédicateur connaît effectivement Marie : «Il reconnaît avoir eu une relation avec elle mais elle n’était pas ce qu’elle a décrit. Il s’expliquera quand il sera interrogé par les juges.» Pour le moment, l’avocat refuse de dire si cette relation était ou non à connotation sexuelle. Dans son témoignage, outre les accusations de viols, la quadragénaire a décrit une relation sadomasochiste extrêmement violente.

Lorsqu’elle a été entendue par les policiers, Marie leur a aussi remis une somme très conséquente de documents, plusieurs centaines de messages écrits et audio échangés frénétiquement pendant presque deux ans, entre 2013 et 2014. «Il me demandait de lui envoyer des messages au moins trois à quatre fois par jour, des photos et des vidéos…» raconte la plaignante dans le récit qu’elle a transmis à la justice. Libération a pu consulter plusieurs éléments du dossier.

Leur profusion accréditerait une relation suivie, à la connotation sexuelle explicite. Sur l’un des enregistrements audio, Tariq Ramadan tiendrait des propos très crus. Des extraits ont été postés sur le blog du paparazzi Jean-Claude Elfassi, intermédiaire proche de deux des plaignantes.

Dès leur rencontre sur les réseaux sociaux en février 2013, à l’initiative de Tariq Ramadan, selon les pièces communiquées à la police par Marie, les deux futurs amants s’envoient des messages enflammés. «J’aime tout ça. Et tes belles photos. C’est bon !!! Tu es mienne. Oui ?» écrit celui qui se présente comme Tariq Ramadan. «Ecris-moi tes fantasmes. Ose, j’ai envie», insiste-t-il dans un autre message. Il signe ces premiers échanges de «baisers sucrés». Marie est séduite. Elle ne s’en cache pas, elle est «surprise et flattée qu’un homme aussi célèbre et occupé puisse lui consacrer du temps».

A sa demande, elle lui envoie volontiers des photos. Sur de mauvais clichés, elle apparaît en sous-vêtements noirs. En retour, il en réclame d’autres, des plus «hot». «Je vais en prendre des très hot, mon amour», répond-elle. Une semaine plus tard, Tariq Ramadan et Marie, selon le témoignage de cette dernière, se seraient retrouvés une première fois à l’hôtel Radisson Blu de Bruxelles. Les deux amants avaient prévu de passer deux jours ensemble. Mais, à l’issue de la première nuit, Marie, ayant subi, selon elle, des violences sexuelles répétées, s’enfuit. «J’étais tellement malade que j’ai mis huit heures à rentrer chez moi», raconte-t-elle. Elle lui écrit : «Je suis malade, je ne suis pas encore chez moi tellement j’ai dû m’arrêter jusqu’à dormir dans ma voiture.»

«Tu n’es rien»

En retour, le théologien s’inquiète, non pas de sa santé, mais de son départ précipité. Il craint, selon Marie, d’avoir été piégé et commence à la menacer. «Fais silence vis-à-vis de moi et de quiconque. Merci pour les cadeaux comptés. On ne me traite pas ainsi», lui enjoint-il. Dans les messages, il insiste : «Tu m’as utilisé. Tu n’es rien. Je paierai si tu veux. Quelle honte.»

Avant leur rendez-vous bruxellois, Marie lui aurait livré des éléments sur sa vie passée, notamment ses anciennes activités d’escort girl. Elle avait témoigné au début des années 2010 dans la sulfureuse affaire du Carlton de Lille, mettant en cause Dominique Strauss-Kahn qui a finalement été relaxé. De ces confidences, le théologien aurait tiré matière à exercer son chantage. Dans plusieurs messages, celui qui est présenté comme Tariq Ramadan y revient : «Ah on sait ? Tes enfants et ta maman aussi ? DSK le sioniste ? Les images ? Les vidéos ? Ah ? Salut tu es devenu si petite.» Dans un autre, il aurait écrit : «C’est donc terminé, c’était ta dernière chance. Mais les lumières seront jolies sur toi avec le lien révélé avec DSK et les photos et le reste. Ta famille, tes enfants n’auront rien à perdre au milieu du scandale et de ce qui sera montré de toi. Tes propos de cette nuit et tes mensonges sont honteux et tu t’es montré pute à 2 000 euros.» Pour le contrer, Marie réplique : «Ok… Tu parles de honte ?! Peut-être oui mais pour toi Tariq car moi, je suis restée fidèle à moi-même jusqu’à ce que je succombe à mon fantasme. Honte parce que tu n’es pas l’homme que tu montres, que tu prétends être.»

Toujours selon Marie, en exerçant des pressions, Tariq Ramadan aurait obtenu d’elle qu’elle poursuive, contre son gré, les contacts. «Il me menaçait de détruire ma réputation et de montrer à tous les photos et les vidéos que je lui envoyais», témoigne-t-elle.

Le témoignage de Marie et les documents qu’elle a produits mettent à mal la défense du prédicateur musulman, l’un des plus influents en Europe et en Afrique francophone. Dans l’entourage du théologien, on s’inquiète aussi de ce que pourraient révéler les expertises des disques durs de Tariq Ramadan saisis par la police. De nouveaux éléments qui viendraient accréditer le fait que Tariq Ramadan menait une double vie connue seulement, ces dernières années, de quelques cercles.

A la fin des années 2000, Majda Bernoussi, l’une de ses ex-maîtresses présumées, avait commencé à raconter sa liaison avec le théologien. Selon les informations de Mediapart et de l’hebdomadaire belge le Vif, Tariq Ramadan aurait, en 2015, conclu un accord avec elle, achetant son silence contre une rétribution financière. En 2012, d’anciennes maîtresses avaient échangé sur un forum de discussion, fermé suite aux interventions du théologien, selon leurs dires. Plus récemment, à l’automne 2016, un petit collectif s’est formé, soutenu par un groupe d’avocats. Il regroupe d’anciennes maîtresses supposées de Ramadan qui, à l’époque, auraient étudié la possibilité de porter plainte pour des menaces exercées à leur encontre par le théologien, mais sans aller au bout de leur démarche. Il ne s’agissait pas là d’abus sexuels, mais de relations consenties. «Les faits [des menaces et du chantage, ndlr] étaient prescrits», précise l’un des avocats. Depuis le dépôt des deux premières plaintes, fin octobre 2017, 19 femmes auraient témoigné au cours de l’enquête préliminaire menée par la police, selon une source proche du dossier.

Aux soutiens de Tariq Ramadan, il va être désormais très difficile de réfuter que le théologien musulman ne menait pas la vie exemplaire qu’il préconisait selon la stricte morale islamique. C’est un tremblement de terre qui se prépare au sein de l’islam francophone. «La fin d’une hypocrisie», estime un ancien proche du théologien. L’onde de choc pourrait atteindre d’autres responsables musulmans, notamment dans les milieux proches de l’ex-UOIF, qui auraient été alertés dans le passé, et à plusieurs reprises, du comportement de Tariq Ramadan à l’égard des femmes. «Si la double vie de Ramadan est établie et reconnue, nous espérons que cela va aider à libérer la parole des femmes», espère l’un des avocats du collectif de femmes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

«Masqués et gantés»

Très sensible, l’affaire Ramadan a suscité de grands remous, notamment dans les milieux musulmans. De leur côté, les trois femmes qui ont porté plainte en France contre le théologien ont subi beaucoup de pressions. Comme pour Henda Ayari et Christelle, la vie de Marie s’est dramatiquement compliquée. Depuis le dépôt de sa plainte, elle a essuyé injures et menaces, notamment au sein de sa famille, l’un de ses frères l’ayant publiquement traitée de «menteuse».

Le 25 mars, Marie a porté plainte auprès du commissariat de la ville où elle habite après avoir été agressée, selon ses dires, «dans [son] immeuble par deux hommes masqués et gantés». Ces faits seraient liés, d’après elle, aux accusations qu’elle porte contre Tariq Ramadan. Marie a affirmé, dans sa plainte, que Libération a pu consulter, que les deux hommes l’avaient «agrippée et tirée par derrière jusque dans la cage d’escalier». Ils l’auraient rouée de coups et lui auraient ensuite versé de l’eau sur le corps. «Celui qui m’étranglait, a-t-elle précisé, m’a alors dit : t’as de la chance […], la prochaine fois, ce sera de l’essence.»

Source : Liberation.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz