FLASH
[19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  |  André Santini : « Emmanuel Macron est entouré de gens qui n’ont aucune expérience ». Parce que Macron il a de l’expérience lui ?  |  Tamika Mallory, cofondatrice de #WomensMarch et fan du nazi noir Farrakhan, refuse de reconnaître le droit d’israël à exister  |  Pendant le blocage du gouvernement sur le financement du mur avec le Mexique, la cote de popularité de Trump explose auprès des Latinos  |  [17/01/2019] Leçon n° 34 pour les #GiletsJaunes : la liberté ne nous est pas donnée par le gouvernement mais par le droit naturel. Le gouvernement n’est pas là pour nous offrir notre liberté mais pour la garantir  |  Le mois dernier, 934 personnes ont été tuées par des islamistes dans 29 pays, dont 15 par attentats suicides. Le nombre de morts par des extrémistes de droite le mois dernier s’élevait à 0  |  Bogota (Colombie) : 5 morts, 10 blessés par l’explosion d’une voiture piégée près de l’académie de la police  |  L’antisémite Alain Soral vient d’être condamné à 1 an de prison ferme pour injure raciale, provocation et incitation à la haine raciale après ses propos sur la communauté juive  |  Et encore, et encore et encore : San Remo (Italie): Une femme belge enlevée, séquestrée, violée, prostituée, pendant 2 mois par 6 Tunisiens  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 24 avril 2018

Le 23 mars 2017, cette mère de famille de 28 ans avait violemment frappé l’enseignante de sa fille. Elle pensait à tort que la maîtresse avait porté la main sur sa fille.

Une mère de famille, condamnée en mars à un an de prison ferme par le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) pour avoir giflé la maîtresse de sa fille, a été remise en liberté après avoir vu sa peine fortement réduite en appel.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette Rom kosovare de 28 ans, mère de cinq enfants, dont un bébé de 12 mois qu’elle allaitait toujours lors de son incarcération, a été condamnée par la Cour d’appel de Lyon à 12 mois de prison, dont 11 mois avec sursis mercredi, explique ce mardi auprès de son avocat.

En première instance, une peine nettement plus lourde, 18 mois dont six mois avec sursis, avait été prononcée suscitant l’indignation même dans le camp de la maîtresse, qui ne s’attendait pas à ce « qu’une mère de famille soit envoyée en prison ».

La cour d’appel a par ailleurs annulé la condamnation à ne plus résider sur la commune de Mably (Loire).

La cour saisie le soir même du jugement de première instance

« La cour que j’avais saisie le soir même du jugement de première instance, le 6 mars dernier, d’une demande de remise en liberté, a proposé de rejuger l’affaire sur le fond le 18 avril », explique Me Jamel Mallem, le nouvel avocat de la jeune femme « dont le casier judiciaire était vierge ».

« En appel, ma cliente a reconnu les faits nés d’un malentendu, car sa fille de cinq ans s’était elle-même fait une bosse à la tête. Alors qu’elle avait dans un premier temps dit à sa mère qu’elle avait été frappée par la maîtresse », indique Me Mallem.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le 23 mars 2017, la jeune mère avait infligé à l’institutrice de l’école de Mably plusieurs gifles, tirant son écharpe et sa queue de cheval, sous le regard d’élèves, de parents et d’autres enseignants. Une agression qui avait entraîné trois jours d’ITT (incapacité totale de travail).

Source : Leparisien.fr

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz