FLASH
[19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  |  André Santini : « Emmanuel Macron est entouré de gens qui n’ont aucune expérience ». Parce que Macron il a de l’expérience lui ?  |  Tamika Mallory, cofondatrice de #WomensMarch et fan du nazi noir Farrakhan, refuse de reconnaître le droit d’israël à exister  |  Pendant le blocage du gouvernement sur le financement du mur avec le Mexique, la cote de popularité de Trump explose auprès des Latinos  |  [17/01/2019] Leçon n° 34 pour les #GiletsJaunes : la liberté ne nous est pas donnée par le gouvernement mais par le droit naturel. Le gouvernement n’est pas là pour nous offrir notre liberté mais pour la garantir  |  Le mois dernier, 934 personnes ont été tuées par des islamistes dans 29 pays, dont 15 par attentats suicides. Le nombre de morts par des extrémistes de droite le mois dernier s’élevait à 0  |  Bogota (Colombie) : 5 morts, 10 blessés par l’explosion d’une voiture piégée près de l’académie de la police  |  L’antisémite Alain Soral vient d’être condamné à 1 an de prison ferme pour injure raciale, provocation et incitation à la haine raciale après ses propos sur la communauté juive  |  Et encore, et encore et encore : San Remo (Italie): Une femme belge enlevée, séquestrée, violée, prostituée, pendant 2 mois par 6 Tunisiens  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 25 avril 2018

La perspective d’une candidature de Manuel Valls aux municipales espagnoles n’enchante guère les formations politiques espagnoles, qui dénoncent un parachutage.

Manuel Valls va-t-il franchir les Pyrénées? L’ancien Premier ministre réfléchit activement à se présenter aux élections municipales de Barcelone sous les couleurs de la formation de centre-droit Ciudadanos. « Cela m’intéresserait de m’investir encore dans le débat sur l’indépendance catalane », a déclaré le député LREM de l’Essonne, qui a confié « étudier » la proposition du chef de file de Ciudadanos Alberto Rivera. Une offre de service diversement appréciée dans la classe politique espagnole. Si la presse ibérique vante la stature et l’expérience de l’ex-chef du gouvernement français, la gauche catalane se montre sceptique face à ce qu’elle considère comme un parachutage électoral.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un « martien politique »

« Est-il vraiment raisonnable de se lancer dans une mission à la plus grande gloire du parachutisme et sauter d’un navire français aux élections municipales de Barcelone en 2019? », interroge l’ancien candidat aux municipales de la gauche républicaine catalane (ERC) Alfred Bosch dans une note de blog intitulée « Ecoute, Manuel Valls« . « Manuel, savez-vous qu’en 2019 un maire est élu? Vous qui avez été maire d’Evry, pensez-vous qu’il est très intelligent d’importer des candidats qui ne connaissent pas la ville, qui n’y ont jamais vécu et qui n’ont pas participé aux grands débats locaux? Ne pensez-vous pas que l’irruption d’un martien politique pourrait être interprétée comme un manque de respect envers les citoyens? », harangue-t-il.

Même défiance du côté du parti de gauche radicale Podemos. Le chef de file de la formation politique en Catalogne, Xavier Domenech, a dénoncé un « ballon d’essai » et une « posture politicienne ». « C’est une annonce totalement intéressée de Manuel Valls dont la carrière politique est à l’agonie en France et qui retrouvera ainsi l’exposition des journaux télévisés ». Moins remonté contre celui qui partageait jusqu’en 2017 la même famille politique que lui, le leader du parti socialiste espagnol (PSOE) Pedro Sanchez a tout de même indiqué qu’il ne se sentait pas plus proche de Valls que du leader du Labour britannique Jérémy Corbyn. Le secrétaire en charge de la politique économique des socialistes, Manuel Escudero, a de son côté noté que les « coupes budgétaires sauvages » décidées par l’administration Valls avaient détruit la France.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Seconds plats »

La droite espagnole, qui a vu venir la menace, n’épargne pas plus l’ancien Premier ministre. Le président du Parti populaire de Catalogne Xavier García Albiol a questionné les intentions de Manuel Valls. « Ils se trompe s’il voit dans son accès à la mairie de Barcelone le moyen de poursuivre le débat identitaire », a-t-il estimé. « Diriger une mairie, c’est avant tout régler les problèmes de ses administrés. »

La maire de Barcelone Ada Colau, ralliée à Podemos, qui pourrait faire les frais d’une candidature de Manuel Valls, a attaqué très durement le député LREM. « Il n’a jamais mis les pieds dehors et ne connaît pas les problématiques des quartiers » de Barcelone, a-t-elle déclaré, jugeant que Barcelone ne méritait pas qu’on lui repasse les « seconds plats ». « Barcelone mérite des candidats qui connaissent la ville et en ont fait leur priorité », a souligné celle qui entretient encore le mystère sur une nouvelle candidature.

Source : Challenges.fr

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz