FLASH
[17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  |  Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, est décédé d’un cancer  |  Breaking News: Un avion de l’armée israélienne a attaqué une cible terroriste à Gaza  |  [15/10/2018] Une militante pro-migrant a été violée par un migrant marocain, a rapporté La Voix du Nord  |  New York : Ali Kourani, 34 ans, a été arrêté pour terrorisme après avoir tenté de devenir un informateur du FBI, offrant des informations sur le Hezbollah  |  Beaumont-sur-Oise (95) : un frère d’Adama Traoré jugé pour avoir incendié un bus et roué de coups un chauffeur  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 25 avril 2018

La perspective d’une candidature de Manuel Valls aux municipales espagnoles n’enchante guère les formations politiques espagnoles, qui dénoncent un parachutage.

Manuel Valls va-t-il franchir les Pyrénées? L’ancien Premier ministre réfléchit activement à se présenter aux élections municipales de Barcelone sous les couleurs de la formation de centre-droit Ciudadanos. « Cela m’intéresserait de m’investir encore dans le débat sur l’indépendance catalane », a déclaré le député LREM de l’Essonne, qui a confié « étudier » la proposition du chef de file de Ciudadanos Alberto Rivera. Une offre de service diversement appréciée dans la classe politique espagnole. Si la presse ibérique vante la stature et l’expérience de l’ex-chef du gouvernement français, la gauche catalane se montre sceptique face à ce qu’elle considère comme un parachutage électoral.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un « martien politique »

« Est-il vraiment raisonnable de se lancer dans une mission à la plus grande gloire du parachutisme et sauter d’un navire français aux élections municipales de Barcelone en 2019? », interroge l’ancien candidat aux municipales de la gauche républicaine catalane (ERC) Alfred Bosch dans une note de blog intitulée « Ecoute, Manuel Valls« . « Manuel, savez-vous qu’en 2019 un maire est élu? Vous qui avez été maire d’Evry, pensez-vous qu’il est très intelligent d’importer des candidats qui ne connaissent pas la ville, qui n’y ont jamais vécu et qui n’ont pas participé aux grands débats locaux? Ne pensez-vous pas que l’irruption d’un martien politique pourrait être interprétée comme un manque de respect envers les citoyens? », harangue-t-il.

Même défiance du côté du parti de gauche radicale Podemos. Le chef de file de la formation politique en Catalogne, Xavier Domenech, a dénoncé un « ballon d’essai » et une « posture politicienne ». « C’est une annonce totalement intéressée de Manuel Valls dont la carrière politique est à l’agonie en France et qui retrouvera ainsi l’exposition des journaux télévisés ». Moins remonté contre celui qui partageait jusqu’en 2017 la même famille politique que lui, le leader du parti socialiste espagnol (PSOE) Pedro Sanchez a tout de même indiqué qu’il ne se sentait pas plus proche de Valls que du leader du Labour britannique Jérémy Corbyn. Le secrétaire en charge de la politique économique des socialistes, Manuel Escudero, a de son côté noté que les « coupes budgétaires sauvages » décidées par l’administration Valls avaient détruit la France.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Seconds plats »

La droite espagnole, qui a vu venir la menace, n’épargne pas plus l’ancien Premier ministre. Le président du Parti populaire de Catalogne Xavier García Albiol a questionné les intentions de Manuel Valls. « Ils se trompe s’il voit dans son accès à la mairie de Barcelone le moyen de poursuivre le débat identitaire », a-t-il estimé. « Diriger une mairie, c’est avant tout régler les problèmes de ses administrés. »

La maire de Barcelone Ada Colau, ralliée à Podemos, qui pourrait faire les frais d’une candidature de Manuel Valls, a attaqué très durement le député LREM. « Il n’a jamais mis les pieds dehors et ne connaît pas les problématiques des quartiers » de Barcelone, a-t-elle déclaré, jugeant que Barcelone ne méritait pas qu’on lui repasse les « seconds plats ». « Barcelone mérite des candidats qui connaissent la ville et en ont fait leur priorité », a souligné celle qui entretient encore le mystère sur une nouvelle candidature.

Source : Challenges.fr

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz