Quantcast
FLASH
[17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  |  Election Israël: Le taux de participation en Judée Samarie serait faible  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 25 avril 2018
Photo du Bishop Murray Medical Centreles victimes de l’attaque ont été prises en charge.

Un nouvel épisode d’affrontements intercommunautaires a fait au moins 18 morts, mardi matin, dans une église du Nigeria.

Deux prêtres catholiques et au moins 16 fidèles ont été tués dans le centre du Nigeria, où les affrontements intercommunautaires se multiplient ces derniers mois, a-t-on appris auprès de la police mardi. L’attaque qui a visé une église est attribuée à des éleveurs.

Une trentaine d’hommes armés ont surgi tôt mardi mardi dans la chapelle du village de Mbalom alors qu’une messe de funérailles était célébrée, a déclaré le patron de la police de l’Etat de Benue, Fatai Owoseni à la presse. Ces « bandits suspectés d’être des éleveurs ont tué deux révérends pères ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Nous avons récupéré 16 corps (de fidèles) et ceux des deux prêtres sur les lieux de l’attaque », a ajouté M. Owoseni. La police « fouille toute la zone » pour retrouver les coupables et les traduire en justice, a-t-il encore souligné.

Abattues de sang-froid

Le diocèse de Makurdi, capitale de l’Etat de Benue, a confirmé l’attaque et la mort des prêtres Joseph Gor et Felix Tyolaha dans un communiqué condamnant les violences.

Selon Terhemen Angor, un habitant de Mbalom, l’office venait de démarrer vers 5h30 locales (6h30 en Suisse) à l’église St Ignatius «quand des tirs rapprochés ont commencé à résonner». «Les gens ont commencé à courir et à crier», a-t-il raconté à l’AFP, affirmant qu’une vingtaine de personnes avaient été «abattues de sang-froid», et de nombreuses autres blessées.

Les assaillants ont ensuite attaqué le village, «pillant plus de 60 maisons, des terres agricoles et des greniers alimentaires», a-t-il raconté. La population terrorisée a fui vers des localités voisines, ajoute-t-il.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Tournure identitaire

Les Etats du centre du Nigeria sont régulièrement touchés par des affrontements meurtriers pour l’accès à la terre et à l’eau entre agriculteurs sédentaires de confession chrétienne et éleveurs nomades, majoritairement peuls et musulmans, accusés de saccager les fermes agricoles avec leurs troupeaux.

Ce conflit séculaire pour les ressources, aggravé par l’explosion démographique dans le pays le plus peuplé d’Afrique (180 millions d’habitants) prend depuis plusieurs mois une tournure identitaire et religieuse. Le gouvernement du président Muhammadu Buhari a déployé l’armée dans plusieurs Etats, dont celui de Benue, pour tenter d’endiguer les violences intercommunautaires.

Selon l’agence locale de secours (SEMA), ce conflit a fait plus de 175’000 déplacés dans l’Etat de Benue depuis le début de l’année, dont 80’000 enfants, qui vivent pour la plupart dans des camps. Selon un rapport de septembre 2017 de l’International Crisis Group, plus de 2500 personnes ont ainsi été tuées au Nigeria en 2016. (ats/nxp)

Source : lematin.ch

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz