FLASH
[19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  |  André Santini : « Emmanuel Macron est entouré de gens qui n’ont aucune expérience ». Parce que Macron il a de l’expérience lui ?  |  Tamika Mallory, cofondatrice de #WomensMarch et fan du nazi noir Farrakhan, refuse de reconnaître le droit d’israël à exister  |  Pendant le blocage du gouvernement sur le financement du mur avec le Mexique, la cote de popularité de Trump explose auprès des Latinos  |  [17/01/2019] Leçon n° 34 pour les #GiletsJaunes : la liberté ne nous est pas donnée par le gouvernement mais par le droit naturel. Le gouvernement n’est pas là pour nous offrir notre liberté mais pour la garantir  |  Le mois dernier, 934 personnes ont été tuées par des islamistes dans 29 pays, dont 15 par attentats suicides. Le nombre de morts par des extrémistes de droite le mois dernier s’élevait à 0  |  Bogota (Colombie) : 5 morts, 10 blessés par l’explosion d’une voiture piégée près de l’académie de la police  |  L’antisémite Alain Soral vient d’être condamné à 1 an de prison ferme pour injure raciale, provocation et incitation à la haine raciale après ses propos sur la communauté juive  |  Et encore, et encore et encore : San Remo (Italie): Une femme belge enlevée, séquestrée, violée, prostituée, pendant 2 mois par 6 Tunisiens  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Mireille Vallette le 25 avril 2018

Les imams et «islamologues» montent au créneau. Impossible de reconnaitre ou par de vagues allusion la violence et l’intolérance du Coran.

Pour la première fois, des intellectuels et des personnalités connues mettent clairement en cause le livre saint des musulmans dans l’antisémitisme qui gangrène les communautés musulmanes. Quelque 300 d’entre elles ont signé un manifeste..

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Extrait: «Nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémitisme catholique aboli par Vatican II»

Ce manifeste m’a rappelé un livre de Daniel Sibony paru en 2013. Il y développe l’idée d’un «secret» bien gardé, à savoir les dizaines de versets qui expriment une «vindicte» contre les juifs, les chrétiens et les non musulmans en général. Il reproche aux Occidentaux leur silence sur cette question, qui indique un certain mépris, comme si les musulmans étaient incapables d’affronter le problème. Or, selon lui, ils le sont. Il imagine même que les musulmans pourraient «reconnaitre la violence -extrême- de l’acte fondateur, et de dire qu’elle est obsolète, qu’on n’en est plus là, plutôt que de laisser les extrémistes la mettre en œuvre».

La polémique qui a suivi la parution du manifeste laisse un léger doute.

Pour dévier les accusations, la stratégie est classique. Tous ceux qui se réclament du Coran pour justifier leur antisémitisme et plus généralement le rejet des non musulmans l’ont mal lu. Ou alors pas en arabe. Si, si, Tareq Obrou, recteur de la mosquée de Bordeaux a osé: «Le Coran est, à l’origine, en arabe. Je pense que ceux qui ont signé la tribune ont lu une traduction, une interprétation. Ça montre un manque de culture religieuse.» Et il poursuit par une légère contradiction: «N’importe quel texte sacré est violent, même l’Évangile!» Donc, le Coran aussi? Mais les chrétiens ne nient pas leurs textes. Comme le rappelle le manifeste, ils ont procédé à une révision… parfois douloureuse.

Perler de meurtres ordonnés par le Coran? «Il s’agit d’une aberration : il y a un appel au combat contre les juifs, les chrétiens et les musulmans injustes», déclare le recteur de Bordeaux, en précisant qu’il faut toujours remettre le texte dans son contexte historique. Les non musulmans sont pourtant voués à l’enfer à moult reprises dans son livre saint pour pratiquer une seule injustice: refuser le message d’Allah.

«Le fait de généraliser l’idée que le Coran appelle au meurtre, c’est de la folie», s’exclame Oubrou. Et puis ailleurs, cet aveu: «Il y a beaucoup de choses dans le Coran qui ne sont pas applicables aujourd’hui, car elles sont liées au contexte de l’époque.» Lesquelles? Comme d’habitude, le secret est bien gardé. C’est qu’il faudrait aussi expliquer comment il est possible que «l’Omniscient» ait ignoré qu’il faisait ses révélations dans un «contexte» et que pas mal de préceptes ne sont donc pas valables pour l’éternité. Mais cette atteinte au Coran incréé risquerait de saper l’ensemble du corpus islamique.

Pour la trentaine d’imams qui ont publié hier une réponse, sous la houlette du même Tareq Oubrou, certains «n’hésitent plus à avancer en public et dans les médias que c’est le Coran lui-même qui appelle au meurtre». Oui, en particulier ceux qui l’ont lu… même en arabe!

Sibony observe dans son livre qu’à propos de Charlie Hebdo, Tareq Oubrou se prononçait sans hésitation pour la liberté d’expression, mais regrette que le journal jette de l’huile sur le feu. Sibony observe: «Le problème, c’est que le feu est déjà là, depuis toujours: ces foules sont déjà en feu ou inflammables dès qu’on parle de leur religion sur un mode qui n’est pas le leur…»

Même le moderniste Ghaleb Bencheikh refuse obstinément d’ouvrir son Livre saint. Il ressent une «colère froide». «Dans la spiritualité islamiste, il y a une filiation entre la Torah et le Coran. Intrinsèquement, les musulmans qui connaissent leur religion ne peuvent pas être contre la religion juive». Pour lui, cette méconnaissance de l’histoire et de la culture musulmane représente un danger pour l’instruction de la religion auprès des plus « fragiles psychologiquement.»

Pour la trentaine d’imams, certains de leurs confrères radicaux sont coupables de discours extrémistes et antisémites, quoique «souvent inconsciemment». Cette incroyable observation conduit les auteurs à s’octroyer un satisfecit: «Le courage nous oblige à le reconnaître».

Une autre tactique des défenseurs de l’islam et des musulmans est de mêler les victimes et les coupables en luttant «contre l’antisémitisme et le racisme antimusulman». Pour Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, les extrémistes islamistes menacent tout autant la communauté juive que la religion musulmane. Et la tribune ne contribuerait en ce sens qu’à «brouiller les problèmes et entacher une amitié claire, nette et précise». Une amitié très coranique.

L’accusation revient un communiqué du recteur avec «…le risque patent de dresser les communautés religieuses entre elles ». Un risque affirmé par Ghaleb Bensheik : «séparer le eux du nous». Ou selon Abdallah Zekri, «accabler l’islam et les musulmans et en faire de nouveaux boucs émissaires ».

Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon. «C’est le terrorisme qui est à combattre, rappelle-t-il. L’islam est une religion de paix. Ceux qui tuent d’autres personnes au nom de l’islam sont des voyous, des jeunes paumés de banlieue qui ne connaissent rien du Coran.»

Dans les médias, des spécialistes du Coran très critique sont étrangement absents, par exemple les ex-musulmans. Majid Oukacha, Aldo Sterone, Waleed Al-Husseini, Chahdortt Djavann… Mais un signataire, encore musulman, a expliqué:

«Il faut remettre les pendules à l’heure et revoir l’exégèse du Coran, car il s’agit d’une interprétation qui date de IXe siècle, explique Mohamed Guerroumi, musulman pratiquant et militant du dialogue interreligieux à Nantes, qui a paraphé ce texte. La sourate 9 est très violente, les juifs ou mécréants étant considérés comme des ennemis des musulmans. C’est ce qu’on enseigne en ce moment aux jeunes musulmans en France.»

Daniel Sibony:  «Islam, phobie, culpabilité* », éditions Odile Jacob, octobre 2013.

https://www.nouvelobs.com/societe/20180423.OBS5622/aberration-exageration-les-musulmans-critiquent-le-ton-du-manifeste-contre-l-antisemitisme.html

https://www.20minutes.fr/monde/2260263-20180423-manifeste-contre-antisemitisme-responsables-musulmans-denoncent-proces-injuste

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/24/2786106-antisemitisme-des-musulmans-denoncent-un-proces-delirant.html

https://www.sudouest.fr/2018/04/23/nouvel-antisemitisme-des-musulmans-denoncent-un-proces-delirant-contre-l-islam-4397416-710.php

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/21/2784687-antisemitisme-france-plus-250-personnalites-denoncent-epuration-ethnique-bas-bruit.html

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz