FLASH
[10/12/2018] Alerte info : des colons arabes ont tiré en direction d’un poste de Tsahal près de Bir Zayit en Judée  |  Après avoir voulu briser les sanctions américaines contre l’Iran, condamné Israël 8 fois à l’ONU, poussé les pays d’Europe centrale à ne pas déplacer leurs ambassades à Jérusalem, le CDU de Merkel refuse de geler des fonds pour le terrorisme palestinien  |  Ils ont signé le pacte mondial pour les migrations de l’ONU – pour le compte des peuples – sans demander leur accord (qui aurait été non)  |  #Giletsjaunes : la moitié des radars du pays auraient été détruits – d’un côté, c’est la réponse à l’acharnement anti-voitures ; de l’autre, il faudra plus d’impôts pour les faire réparer  |  [09/12/2018] Judée Samarie : 2 colons arabes palestiniens en voiture ont ouvert le feu sur des passants juifs – 6 blessés, dont 1 femme enceinte, grièvement  |  38% des juifs d’Europe envisagent de quitter leur pays en raison de l’hostilité grandissante envers leur communauté (i24NEWS)  |  #LeDrian invite Trump à ne pas se mêler de politique intérieure française – qu’il donne l’exemple et ne se mêle pas de la politique israélienne  |  Frontière israélo-libanaise : l’armée libanaise a placé des centaines de chars à la frontière, en infraction avec les résolutions de l’ONU, présent sur place, et qui regarde ailleurs  |  [08/12/2018] #GiletsJaunes : 700 interpellations sur le territoire, dont 581 à Paris  |  Paris, rue Christophe-Colomb, des #Giletsjaunes se dissocient des casseurs et les insultent  |  Paris : nombreux #GiletsJaunes ont quitté les Champs Elysées pour se rendre avenue Marceau où les tensions se sont concentrées en milieu d’après-midi. Plusieurs feux allumés avec les palissades qui protégeaient les boutiques  |  Alerte info : Tsahal a tiré en direction de 3 terroristes du Hezbollah qui approchaient la frontière – ils se sont enfuis  |  Les #giletsjaunes ont fait font fermer 3 grands centres commerciaux autour de Caen  |  #GiletsJaunes : 700 arrestation en début d’après midi. 40 000 manifestants selon les autorités  |  Intermarché de Monistrol sur Loire, bloqué depuis des jours par les #GiletsJaunes, forcé de fermer : il n’a plus aucune livraison depuis des jours. 130 personnes au chômage technique. La station essence est vide  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 30 avril 2018

« 308 Noire CD… » « Mondéo Bleu nuit EC… » A l’entrée de la cité, un tag recensant les plaques des voitures de police sert d’aide-mémoire aux guetteurs. Bienvenue à La Capsulerie, à Bagnolet. A deux stations de métro de Paris, le quartier est gangréné par le deal et les habitants se sentent « abandonnés ».

Cet après-midi là, une dizaine de CRS patrouillent dans la cité. Ils ont été déployés en renfort le 25 avril, après une flambée de violence. Trois hommes connus de la police ont été blessés par balle ce mois-ci. Des voitures ont été incendiées.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Tout laisse à penser qu’il s’agit de règlements de comptes liés au point de deal », l’un des principaux de Seine-Saint-Denis, confie une source proche de l’enquête. Le risque de « surenchère » inquiète élus et habitants. Ils pressent les autorités d’agir avant un « mort » ou une « balle perdue ».

En attendant, la présence des forces de l’ordre n’empêche pas le trafic. A peine ont-ils tourné le dos que les guetteurs reprennent leur poste, comme les acheteurs.

« Si vous cherchez du cannabis, c’est simple », raconte un habitant. « Dès que vous sortez du métro, un rabatteur vous prend en charge, il vous guide jusqu’à la cité, vous donnez votre argent et vous attendez, au pied de cette tour, qu’on vous apporte la marchandise. »

A l’endroit désigné, une vingtaine de personnes patientent, les yeux sur leur smartphone. Hommes et femmes, jeunes et vieux. Certains en veste et chemise, d’autres en tee-shirts. « Les clients viennent de toute la région parisienne, de tous les milieux », explique une source policière.

Le « four » (point de vente) est ouvert de midi à minuit. On y vend essentiellement du cannabis, pour un chiffre d’affaires quotidien estimé à plusieurs milliers d’euros. Des centaines d’acheteurs défilent chaque jour, au vu de tous. Parfois, « la file d’attente va jusqu’à l’entrée de la cité », raconte une autre habitante.

Cheveux courts, veste en jean, elle qui vit là depuis plus de 40 ans, estime que la situation a commencé à se dégrader il y a sept ans. Jusque-là, le trafic se pratiquait à petite échelle « caché dans les appartements », raconte-t-elle autour d’un café avec deux voisines. « Il y avait une bonne ambiance dans le quartier, et vous viviez aux portes de Paris pour pas cher ».

« On ne voit plus d’issue »

Mais l’emplacement, à 400 mètres du métro, au pied du périph, de l’autoroute et d’une gare routière, a aussi tapé dans l’oeil des dealers. Poussés notamment par le démantèlement de trafics dans les villes alentour, expliquent les habitants, ils ont peu à peu pris possession de la cité.

Aujourd’hui, des guetteurs surveillent les allées et venues, dévisagent les passants. « A un moment, ils nous demandaient notre carte d’identité pour entrer dans les immeubles », racontent les trois voisines.

Comme elles, tous les habitants rencontrés décrivent une ambiance « pesante ». « Lorsque j’ai pris mes fonctions », raconte un gardien, « ils ont mis quelqu’un derrière la fenêtre de la loge pour me surveiller. Il est resté là deux mois, il me suivait quand je sortais ».

Autre symbole de cette mainmise, à l’entrée de la cité, un jeune en jogging garde un oeil sur un mur. Une dizaine de plaques d’immatriculation y ont été taguées. « C’est celles des voitures de police banalisées. Quand il en voit une, il alerte les vendeurs », décrypte un membre de « Retrouvons notre dignité », une association d’habitants qui milite contre le trafic.

Devant la maison de quartier, où un impact de balle est encore visible, Alexis Corbière, le député LFI de la circonscription, explique avoir demandé, avec le maire socialiste Tony Di Martino, des renforts policiers, en plus de la brigade de 15 agents déployée il y a un an. L’association d’habitants et plusieurs élus réclament aussi, depuis des années, l’ouverture d’un commissariat de plein exercice.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Contactée, la préfecture dit avoir pris en compte la « situation de violence » et assure qu’une présence policière renforcée sera maintenue « jusqu’à nouvel ordre ».

Mais les habitants craignent que cela ne suffise pas: « Le quartier a été abandonné, on a laissé le trafic s’installer. Aujourd’hui, il est là, en permanence. On ne voit plus d’issue. »

Source : Tv5monde

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz