Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 avril 2018

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ce soir mercredi 11 avril 2018, s’est entretenu par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine. Le Premier ministre israélien a réitéré qu’Israël ne permettra pas à l’Iran d’établir une présence militaire en Syrie.

Embed from Getty Images

Poutine a de son côté demandé à Netanyahu d’éviter les mesures déstabilisatrices en Syrie.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le Premier ministre israélien a indiqué qu’il empêchera le “l’enracinement militaire iranien” dans un pays déchiré par la guerre. Poutine a insisté sur “l’importance de respecter” la souveraineté de la Syrie.

Alors que les menaces entre Israël et l’Iran s’intensifient, le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’éviter toute mesure susceptible d’accroître l’instabilité en Syrie.

Mais Netanyahu a déclaré qu’Israël continuera de contrer tous les efforts de l’Iran pour renforcer sa présence militaire dans le pays voisin déchiré par la guerre.

Lors de l’appel téléphonique avec Netanyahu, Poutine a souligné “l’importance fondamentale du respect de la souveraineté de la Syrie, et a appelé Israël à s’abstenir de toute action qui pourrait déstabiliser davantage la situation dans ce pays et constituer une menace pour sa sécurité”, a rapporté l’agence de presse officielle russe Spoutnik.

L’appel, qui avait été lancé à l’initiative du Premier ministre israélien, portait sur la question syrienne… y compris en relation avec les récentes frappes de missiles sur l’aérodrome T-4 à Homs par l’armée de l’air israélienne.

Le service de presse du bureau du Premier ministre a déclaré il y a quelques minutes que Netanyahu “a réitéré qu’Israël n’autorisera pas un retranchement militaire iranien en Syrie”.

Netanyahu a déclaré lundi dernier qu’Israël frappera quiconque a l’intention de nuire à l’État juif, semblant se référer indirectement à la frappe de missiles intervenue il y a 10 jours sur la base aérienne syrienne T-4, qui aurait tué 14 personnes, dont 7 Iraniens.

Hier mardi, un haut conseiller du Guide suprême iranien Ali Khamenei a menacé Israël. “Les crimes ne resteront pas sans réponse “, a déclaré Ali Akbar Velayati lors d’une visite en Syrie, selon l’agence de presse officielle de la République islamique.

Les responsables israéliens ne semblaient pas prendre à la légère la menace d’une attaque de représailles – soit par l’Iran, soit par son mandataire, le groupe terroriste du Hezbollah, demeurant en état d’alerte dans le nord.

Un reportage du journal télévisé israélien Hadashot TV, citant de nombreux reportages étrangers, a déclaré que la cible de l’attaque n’était pas un chargement de missiles, mais plutôt un “système avancé” qui aurait pu compliquer ou miner la supériorité aérienne israélienne dans le ciel du Liban et de la Syrie.

L’armée de l’air israélienne a déjà effectué une frappe aérienne contre la base T-4, également connue sous le nom de Tiyas, le 10 février dernier, après qu’un opérateur iranien travaillant à partir de cette base a fait voler un drone iranien en territoire israélien.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous