Publié par Gaia - Dreuz le 29 avril 2018

Une décision de justice vient de le confirmer, après le saccage de 215 tombes en 2015.

Pour Bernard Antony, c’est une victoire. Président de l’Agrif (Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne), il s’était constituée partie civile dans l’affaire de la profanation du cimetière Saint-Roch.
Le 15 avril 2015, 215 tombes avaient été saccagées par un Graulhétois de confession musulmane. Les faits s’étaient déroulés pendant la pause déjeuner des gardiens du cimetière et avaient provoqué une vague d’indignation.

Rappel des faits

Ce mercredi 15 avril 2015, il est presque 14h. Des salariés d’une entreprise de pompes funèbres stoppent leur pause déjeuner et retournent travailler au cimetière Saint-Roch. Quand un employé découvre plusieurs croix retournées dans une allée.

Source : Lejournaldici

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous