Publié par Gaia - Dreuz le 2 avril 2018

Un stand demandant la libération de Tariq Ramadan attire de nombreux soutiens du prédicateur religieux aux Rencontres annuelles des musulmans de France au Bourget. Mais crispe aussi certains visiteurs et exposants.

Impossible de rater le stand en soutien de Tariq Ramadan aux rencontres annuelles des musulmans de France. Organisées par l’ex-Union des organisations islamiques de France (UOIF), une instance proche des frères musulmans, ces rencontres se terminent ce lundi au parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis).

De grandes affiches noires au slogan explicite réclament la libération du prédicateur religieux, qui est d’ordinaire la tête d’affiche de ce rendez-vous mais qui a été mis en examen et incarcéré pour viols au début du mois de février.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Adil, 26 ans, glisse dans une enveloppe deux lettres-types destinées à Emmanuel Macron et au ministère de la Justice. « Il a droit à la présomption d’innocence, il faut le soutenir. On ne dit pas qu’il n’est pas coupable, mais on veut qu’il soit traité comme tout le monde », réclame le jeune homme, qui a fait le déplacement depuis Lyon pour venir au Bourget.

« C’est le meilleur orateur et islamologue de France »

A l’entendre, l’absence du conférencier se ressent sur la fréquentation : « Il y a deux ans, on pouvait à peine marcher dans les allées. Tariq Ramadan, c’était la grande star de l’événement. » « Pour moi, c’est le meilleur orateur et islamologue de France. Il n’a pas de double discours », estime pour sa part son ami Ismail, 23 ans.

Farid, 38 ans, est un fervent supporter de Tariq Ramadan. Ce Parisien estime que le soutenir est « un acte citoyen » : « Il a toujours œuvré pour un monde meilleur, il est un facteur de déradicalisation. Sans lui, on serait dans une situation encore plus grave. » Il qualifie les accusations de viols d’« invraisemblables ». « Il n’a pas pu faire ça », assène le trentenaire.

Malgré ces très nombreux soutiens, sans doute majoritaires, le stand crée des crispations. Nesrine, 20 ans, est membre de l’association Aide-Moi, qui œuvre pour favoriser l’accès aux voyages des personnes handicapées.

« Je ne souhaite pas apporter mon soutien à ce collectif, il y a des choses plus importantes sur ce salon que Tariq Ramadan », estime la jeune femme. La cagnotte mise en place pour financer la procédure judiciaire de l’islamologue controversé l’agace au plus haut point. « Je pense qu’il gagne très bien sa vie, il n’a pas besoin qu’on lui donne de l’argent pour payer son avocat. Alors que nous vendons des bouteilles à un euro pour récolter des fonds… », raille-t-elle.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Le stand floqué d’affiches #Free Tariq Ramadan n’a pas sa place »

Certains exposants sont assez mal à l’aise avec ces soutiens. « Les accusations à son égard sont très graves. Moi, je me mets du côté du droit des femmes », affiche Selma, qui présente au salon du Bourget un projet sur le sens du port du voile des femmes, entre l’Orient et l’Occident. Elle estime que le stand floqué d’affiches #Free Tariq Ramadan « n’a pas sa place dans le salon ». « Il y a des projets présentés ici qui ont des causes nobles, humanitaires, qui me semblent plus importantes de celle de Tariq Ramadan. »

Source : Leparisien.fr

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous