Publié par Gaia - Dreuz le 11 avril 2018

La Syrie présidera le mois prochain le Forum des Nations Unies sur le désarmement qui a abouti au traité interdisant les armes chimiques, révèle mercredi l’ONG UN Watch.

“Le fait que le régime syrien de Bachar al-Assad préside au désarmement mondial des armes chimiques et nucléaires sera comme mettre un violeur en série en charge d’un refuge pour femmes”, a fustigé Hillel Neuer, directeur d’UN Watch.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

UN Watch exhorte les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et tous les autres Etats membres et observateurs de refuser d’envoyer des ambassadeurs à toute réunion de ce forum de l’ONU qui est présidé par la Syrie, a-t-il poursuivi.

“Le régime d’Assad ne peut tout simplement pas être un président crédible de cet organe ou de tout autre organe des Nations Unies. L’utilisation par la Syrie d’armes chimiques mortelles, en violation de ses obligations de désarmement, va à l’encontre des objectifs et des principes fondamentaux de la Conférence du désarmement elle-même. La présidence syrienne ne fera que nuire à l’intégrité du cadre de désarmement et de l’ONU, et aucun pays ne devrait l’appuyer”, a-t-il insisté.

Samedi, la zone rebelle de la Ghouta, en Syrie, a été la cible d’une attaque chimique. Plusieurs éléments laissent à penser que du gaz sarin a été ajouté au chlore.

Selon les Casques blancs, un groupe de secouristes en zone rebelle, et l’ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS), l’attaque a fait au moins 48 victimes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Réuni pour la quatrième fois en six jours pour traiter de la question des armes chimiques, le Conseil de sécurité s’est une nouvelle fois déchiré, mercredi, à l’occasion d’un triple vote sur deux projets de résolution visant à mettre en place un nouveau mécanisme international d’enquête sur l’utilisation de telles armes en Syrie, et un troisième, minimaliste, qui apportait un “soutien sans réserve” à la Mission d’établissement des faits de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans ce pays. Aucun des textes n’a été adopté: la Fédération de Russie a opposé son veto à un projet de résolution des États-Unis, avant de voir ses propres textes rejetés par le Conseil.

Source : Lemondejuif.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous