Publié par Dreuz Info le 9 avril 2018

Il ne fait aucun doute qu’il s’agisse d’une mise en scène. En effet, puisque ce journaliste portait supposément un gilet-par-balles “de Presse”, comment se fait-il qu’il ait été touché à l’abdomen, des traces de sang sur son corps, alors qu’il n’y a aucune trace sur son gilet ? Aucune déchirure, aucun trou et aucune trace de sang sur ce qui est censé le protéger ?

  • Soit, ce n’est pas un vrai journaliste puisqu’il ne portait pas de gilet lorsqu’il a été touché, ce qui déculpabiliserait totalement l’armée israélienne.
  • Soit, il est bien journaliste, mais qui au moment de l’attaque ne portait pas de gilet, ce qui déculpabiliserait totalement l’armée israélienne.
  • Soit c’est une belle mise en scène comme sait le faire le Hamas, alors cela déculpabiliserait totalement l’armée israélienne.

Alors que l’ONU que les médias du monde entier s’en donnent à cœur joie en titrant “Un journaliste palestinien abattu lors d’une manifestation à Gaza meurt de ses blessures“, l’armée israélienne précise qu’elle n’a pas eu connaissance d’un incident lors duquel Yasser Murtaja aurait été frappé. Par contre, elle précise que d’autres membres des médias avaient pu être touchés lors des manifestations, bien qu’ils portaient des vêtements identifiables.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Selon le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, “un journaliste palestinien bien connu est mort d’une blessure par balle subie alors qu’il couvrait des manifestations près de la frontière israélienne“.

Murtaja a été abattu dans la ville de Khuzaa, dans le sud du pays, qui a été submergée d’une épaisse fumée noire causée par des pneus en flammes, allumés par des manifestants, selon des sources palestiniennes et des agences de presse. Il se serait trouvé à plus de 100 mètres de la frontière, portant un gilet pare-balles marqué «Presse» et tenant son appareil photo lorsqu’il a été abattu.

L’armée israélienne a déclaré n’avoir tiré que sur des “instigateurs” impliqués dans des violences. La radio de l’armée a rapporté samedi que Tsahal a déclaré ne pas être au courant de l’incident et être en train d’enquêter à ce sujet.

La radio israélienne a elle rapporté qu’il pilotait un drone pour prendre des photos (localiser les soldats israéliens pour les désigner à des snipers du Hamas ?) lorsqu’il a été touché.

Murtaja travaillait pour Ain Media, une société de production télévisuelle locale. Sur une vidéo publiée par ladite société de production, on peut l’y voir tenir un discours plus qu’ambigu pour des “journalistes” :

Traduction de la légende en arabe : “Nos avions sont dans le ciel et nos soldats sont sur le terrain.
Nos troupes sont prêtes pour tous les scénarios dans la soirée.
Un matin rafraîchissant”

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Des témoins ont décrit la zone dans laquelle Murtaja a été abattu comme très chaotique. Les manifestants avaient incendié de grandes piles de pneus, engloutissant la zone dans une fumée noire destinée à les protéger des tireurs d’élite israéliens. Des séquences ont montré que la visibilité était limitée et que les visages de certains militants étaient couverts de suie noire.

Les troupes israéliennes de l’autre côté de la clôture ont riposté avec des gaz lacrymogènes, des balles d’acier revêtues de caoutchouc et des canons à eau, ainsi que des tirs réels occasionnels.

Murtaja est, selon le Syndicat des journalistes palestiniens, l’un des six journalistes palestiniens à avoir été blessé par balles au cours des affrontements vendredi. D’autres rapports cités par la radio militaire ont indiqué que 10 journalistes avaient été blessés.

Le syndicat a déclaré que les six hommes avaient été abattus alors qu’ils portaient des vêtements les identifiant clairement comme étant des journalistes et ajoute qu’Israël doit être tenu “pleinement responsable de ce crime“.

Une porte-parole de l’armée israélienne n’a pas immédiatement commenté la déclaration.

Le Centre pour la liberté des médias de Gaza, qui défend les journalistes palestiniens, a appelé, toute honte bue, la communauté internationale à intervenir pour protéger ses journalistes.

Quoi qu’il en soit, Yasser Murtaja était un activiste influent du Hamas, et occasionnellement un journaliste, tout comme le cas précédent de Mohammed F Murtaja, pseudo journaliste et vrai combattant du Hamas qu’il avait glorifié dans une publication :

 

La mort de Yaser Murtaja a bien été maquillée, comme l’attestent toutes les photos prises.

Le Hamas voulant nous faire croire à la mort d’un journaliste en pleines fonctions. Il a, pour cela, tout fait pour mettre en évidence son gilet de reporter, sauf que celui-ci était parfaitement neuf, non souillé et non impacté !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Claude HAMON pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous