FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 16 mai 2018

Le Parisien – Aujourd’hui en France a passé deux soirées dans des services d’urgence de proche banlieue parisienne. L’incivilité y est le pain (quasi) quotidien des soignants.

« Mais tu vas la fermer ta gueule ? » hurle à la cantonade un robuste quinquagénaire à la voix rauque. Menotté, le voilà qui frotte son visage contre une porte avant de moquer les chaussures de sécurité de l’une des quatre policières qui l’accompagnent ce lundi soir là aux urgences de l’hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

Dans la salle d’attente, nichée dans le bâtiment circulaire, Mourad, 44 ans se tient la tête. Déjà, parce que depuis deux heures et demie qu’il attend (il est alors 22 heures), elle va, dit-il, « exploser ». Et parce que « le bordel dans le couloir » lui tape sur le système.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Les détenus devraient être séparés des autres patients, ce n’est pas rassurant. Je suis là parce que j’étais mal, mais à 19h30 mon généraliste était fermé…, alors rajouter la violence à l’attente… » peste-t-il avant de repartir une heure plus tard avec une ordonnance pour… une angine.

Depuis le poste de soin, la scène est pourtant passée inaperçue. « Ça ? C’est tout le temps, on ne le remarque même plus ! », rit du même jaune que sa tenue Yann, un infirmier de 33 ans.

« Il a balancé une chaise puis pété l’imprimante »

A part l’impatience, la pression à l’accueil, les cris, cette soirée en période des ponts, est d’ailleurs assez calme. Mais Yann et sa collègue Julie n’ont rien oublié de cette nuit de janvier où ils ont déposé plainte pour agression.

« Le patient, 35 ans environ, avait bu et probablement pris de la cocaïne, raconte l’infirmière de 30 ans, lunettes carrées sur regard bleu. Il a d’abord balancé une chaise puis pété l’imprimante avant de faire volte-face, de pousser Yann et de m’agripper violemment. Ça m’a fait le coup du lapin. »

Depuis, Julie en est quitte pour deux séances de kiné par semaine. Et pour se poser quotidiennement cette question : « Qu’est-ce qui va se passer cette nuit ? »

Ici, les soignants voient parfois passer des patients… par la fenêtre. Ou s’y faire livrer du McDo ! Une médecin, tout en refusant de « céder au catastrophisme », concède que rares sont les gardes où elle ne se fait pas insulter de « connasse » ou de « pute ».

Plainte pour menaces de mort

A 10 km de là, aux urgences de l’hôpital Louis-Mourier de Colombes (Hauts-de-Seine) où nous avons passé plusieurs heures deux jours plus tôt, les tenues sont, cette fois, bleues, mais les problématiques similaires.

Des patients intolérants à l’attente, des familles frustrées de voir un malade passer avant le « leur ». Léa, infirmière de 23 ans travaillait ce dimanche de décembre quand le ton est monté entre deux familles en salle d’attente : « Quatre hommes ont réussi à entrer dans les soins malgré le sas sécurisé. On était quatre filles. Ils répétaient : On va vous défoncer, on va vous attendre à la sortie, on a des flingues dans la voiture. »

Le vigile et la police sont intervenus. Léa a porté plainte pour menaces de mort. Ce soir-là, les soignantes se sont attendues pour rejoindre leur véhicule.

« Dieu merci, ce n’est pas tous les jours, mais des histoires, on en a tous, au point de les banaliser », renchérit Bruno, infirmier de 54 ans aux 35 années d’expérience. « Que cela se passe à l’hôpital me dépasse totalement », explique Bertrand, un patient avec une coupure au bras.

Ici, tous misent sur les prochains travaux pour mieux absorber l’augmentation de l’activité : 26 000 passages en 2014 contre 34 000 fin 2017. « L’extension va faire diminuer la pression, indique, confiant, le chef de service, Nicolas Javaud. La distinction des flux de patients selon la gravité a déjà permis de temporiser. »

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« J’aime mon métier, on sait pour qui on est là »

Et la vidéosurveillance ? « Il faut avoir à l’esprit que celui qui pète un câble, ce n’est pas prémédité, c’est de l’impulsion totale », prévient Julien. L’aide-soignant est ce soir-là à l’accueil où une affiche invite à ne pas commettre d’incivilités. Cela n’a pas empêché à la vitre derrière laquelle il se trouve d’être cassée ou couverte de crachats.

Depuis 29 ans aux urgences de Beaujon, Laurent a vu l’accueil se muer en forteresse. La vitre, depuis qu’un malade a jeté de la javel, a été rehaussée. Récemment, une estrade a été installée pour qu’agent et patient soient à la même hauteur. « Ça met sur un pied d’égalité », note Laurent, triste « recordman des agressions ». Du pistolet sous le nez, au coup de couteau, en passant par l’étranglement, le quadragénaire a tout connu. Il est toujours revenu. « J’aime mon métier. On sait pourquoi et surtout pour qui on est là. Même si c’est usant »

Source : Leparisien

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz