FLASH
[20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  |  Un terroriste musulman a percuté une voiture-taxi dans une foule au centre de Moscou, blessant au moins 7 personnes. Le terroriste musulman, qui a tenté de fuir les lieux, a été arrêté  |  Exceptionnel effet Trump : la banque centrale américaine remonte sa prévision de croissance, à 4,8%  |  [15/06/2018] Effet Trump : je sais que les médias s’en fichent, mais les chiffres de l’emploi sont les meilleurs depuis 44 ans  |  Afghanistan : le chef des taliban pakistanais aurait été tué par un drone américain  |  La France a encore condamné Israël à l’ONU lors d’une résolution qui interdit à Israël de se défendre contre les terroristes  |  [14/06/2018] Ah il est beau le ramadan! Un projet d’attentat sur le sol français a été déjoué avec l’arrestation de deux hommes en Seine-et-Marne  |  [13/06/2018] Israël : le directeur du Shin Bet (agence de sécurité) annonce avoir empêché 250 attentats terroristes en 2018  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 mai 2018

Un nouveau rapport montre que le revenu médian des ménages a augmenté de 3 % depuis l’entrée en fonction du président Trump.

C’est un nouveau signe d’une économie forte, et les sondages montrent que, tandis que les médias agonisent Trump d’insultes et cachent ces résultats, le public attribue la bonne nouvelle au président.

En fait, le revenu médian des ménages a non seulement augmenté régulièrement sous Trump, passant de 59 471 $ en janvier 2017 à 61 483 $ le mois dernier, mais selon Sentier Research (1), qui suit le revenu sur une base mensuelle à l’aide des données du recensement, le revenu du ménage est maintenant plus élevé qu’il ne l’a été depuis 50 ans – après ajustement pour l’inflation.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un revirement radical par rapport aux années Obama

  • Les données de Sentier Research montrent que sous Obama, les revenus des ménages ont baissé fortement pendant deux années complètes après la fin officielle de la récession.
  • Puis il a fallu quatre ans pour rattraper ce retard.
  • Les revenus se sont ensuite stabilisés, n’affichant aucun gain global entre août 2015 et décembre 2016 à la fin de son mandat.

Le moral des ménages en hausse

Lors des élections, l’économie est la première préoccupation de la classe moyenne américaine : l’emploi, la stabilité des entreprises et leur désir de s’installer sous des horizons moins taxés au Mexique, le taux de chômage qui les affecte directement, le taux salaire horaire, le montant de leur chèque en fin de mois, affecté par les charges prélevées sur leur fiche de paye, les impôts locaux, les impôts de l’Etat et les impôts fédéraux. Ce sont les choses qui concernent vraiment les Américains au quotidien.

La hausse du revenu médian n’est pas qu’une autre indication que l’économie s’est considérablement renforcée sous Trump, comme il l’avait d’ailleurs promis pendant sa campagne électorale, mais la preuve que l’économie capitaliste (pas le capitalisme de copinage à la façon française ou Clinton) et le libéralisme (pardonnez-moi de rappeler que cela n’existe pas en France et les politiciens eux-mêmes ne savent pas ce que ça veut dire) sont seuls capables de créer de la richesse chez les citoyens, et donc un mieux-être. Et les sondages montrent que l’humeur du public s’est considérablement améliorée en conséquence.

  • Le dernier indice IBD/TIPP d’optimisme économique est de 53,6 (3) – tout ce qui est au-dessus de 50 est optimiste, et l’indice a toujours été optimiste depuis l’entrée en fonction de Trump.
  • L’indice de la qualité de vie a atteint son plus haut niveau en 14 ans en mai.
  • L’indice de « stress en raison des problèmes financiers » est à son plus bas niveau historique (4).
  • Le sondage Gallup montre que 67 % des Américains disent que c’est maintenant le bon moment pour trouver « un emploi de qualité aux États-Unis », et ce taux est le plus élevé depuis que Gallup a commencé à poser cette question il y a 17 ans. Et pour énerver mes lecteurs Démocrates et les journalistes qui nous lisent, je ne peux pas ne pas mentionner que le meilleure mesure jamais obtenue sous Obama a été un maigre 45 %.
  • CNN, le plus anti-Trump des réseaux câblés, révèle à contrecœur que 57 % des Américains affirment que « les choses vont bien aux États-Unis », un chiffre en hausse par rapport à 49% en février.
  • Le dernier sondage CBS News/YouGov a révélé que 64 % des répondants estiment que l’économie est plutôt ou très bonne.

Economie, 1ère préoccupation des ménages, totalement occultée par les médias

Je l’explique plus haut, la bonne santé de l’économie ayant un impact direct sur le quotidien des Américains, c’était leur premier critère de sélection lors des dernières élections présidentielles, et c’est encore le principal sujet de préoccupation des Américains, selon un sondage de Morning Consult du 30 avril dernier (5).

Et les médias le savent bien. Et il savent que la bonne santé économique est intimement liée à l’efficacité des décisions du président Trump qu’ils abhorrent.

Résultat, l’économie est absente des médias, et les journaux télévisés passent sous silence les bons résultats de l’administration Trump.

MRC Business (6) a surveillé la couverture médiatique de l’économie sur ABC, CBS et NBC entre le 1er avril et le 5 mai 2018, et a constaté :

  • Aucun n’a signalé que le taux de chômage a baissé à 3,9%, le plus bas depuis 2000.
  • Aucun n’a mentionné que le taux de chômage des Noirs et le plus bas jamais enregistré dans l’histoire,
  • L’émission World News Tonight sur ABC a évoqué en 15 secondes le 5 mai les excellents chiffres de l’emploi d’avril avant de changer de sujet pour parler de Star Wars Day, sujet sur lequel il a passé 6 fois plus de temps.
  • 8 des 18 sujets économiques des journaux télévisés du soir avaient une connotation négative, se concentrant sur la « brutalité » des baisses de la bourse, et de la « peur croissante d’une nouvelle guerre économique » et son impact sur les agriculteurs et les entreprises.
  • Aucune des chaînes n’a évoqué les excellents chiffres de la croissance au 1er trimestre ni celui sur la confiance des ménages, au plus haut depuis 17 ans. Ils ont remplacé cela, pour ABC par une interview avec les acteurs de la série Avengers, et pour NBC, avec une longue émission sur le nom du dernier bébé royal britannique.

C’est dans ce contexte que les journalistes doivent vraiment commencer à s’inquiéter :

Eux qui préparent la victoire des Démocrates en novembre, leur embargo sur les chiffres de l’économie n’ont pas empêché que 68 % de la population dit maintenant que les décisions politiques de Trump sont en partie responsables de toutes ces réussites économiques, selon le sondage CBS (qu’aucune autre chaîne n’a repris). Trente-cinq pour cent disent qu’il mérite « beaucoup » de crédit pour l’économie actuelle, alors que seulement 11 % disent qu’il n’en mérite pas du tout.

Et les chiffres de popularité de Trump enregistrent également des gains réguliers, pour atteindre maintenant 50%, soit plus qu’Obama à la même période.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

(1) Sentier Research

(2) Investors.com

(3) IBD/TIPP Economic Optimism Index

(4) Financial Stress Index

(5) Morning Consult

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz